rue des denrées

  • La rue des Denrées

     

    Denrée.jpg
    Situation de la rue des Denrées (ligne verte) en 1953.
    (les démolitions sont en cour)
    A droite la Colonne du Soldat inconnu, la ligne rouge la rue Montagne de l'oratoire, où fut assassiné 1966 l'agent de police De Leener.

    plan-popp.jpg
    Plan Popp 1866 (un clic pour agrandir l'image)
    Encore la rue des Denrées et la situation de l'impasse de la Trompe (point bleu)

     

    rue des denrées

    La rue des Denrées en 1944, l'impasse de la Trompe est toujours visible.

     

     

    rue des denrées

     

    rue des denrées

     

    rue des denrées

     

    rue des denrées, Impasse de la Trompe,

    Photo aérienne du quartier en 2004.
    Aujourd'hui (2012) le coin est d'une tristesse incroyable. 
     

    La rue des Denrée, ex. rue des Cailles.

     

    Cette rue comme tant d’autres de Bruxelles, disparu pour laisser la place à la cité administrative.

    C’est dans les années 1950, que les gens durent partir vers d’autres horizons. C’est pour cette raison que la famille de Betty Chapelle, amie de francine a emménagé dans un premier temps rue des chandeliers, ensuite rue des Radis, pour finir rue « de lacaille » Et oui Betty était originaire des Bas_Fonds.

    On ne parlait pas des Bas Fonds avant 1824, ce n’était encore qu’un immense coteau en forte déclivité, limité en hauteur par la rue Notre Dame aux Neiges, et dans le bas par la rue des Cailles, rebaptisée rue des Denrées en 1866.

    rue des denrées

    Ici viendra la cité administrative

    rue des denrées

     

    C’est un véritable jardin aérien qui fut créé là,  avec la place des Panoramas (Congrès) ; le trou était profond de 14 mètres qui devint avec les années le dépotoir général du quartier, plein de ronces et d’arbustes.

    En fait avant la construction des structures en contre bas de la place du Congrès, la rue des Cailles se prolongeait par la rue du chemin de terre, pour finir rue des épingles.

     Ce joli coin, agreste tableau ne survécut pas aux transformations absolument anarchiques connues par Bruxelles au début du 19ème siècle, et après le coup fatal frappé par la rue Royale, l’endroit devint un des plus affreux coupe – gorge de la capitale. Nous étions là au milieu de la plus basse et concentrée prostitution, en concurrence avec  les maisons proches  de la rue Saint-Laurent. Cette situation perdura jusqu’aux années 1950. La rue des Denrées resta populairement la "Kwakketroet" jusqu’à sa démolition.

     

    rue des denrées

    A gauche l'entrée de la rue des Denrées. La guinguette "Le jardin de l'Oratoire", était situé rue de l'Oratoire, rendez vous de la "Société des Vrais Amis"