nicolas luppens

  • La Place Fontainas

    Il était une fois
    LA PLACE FONTAINAS

    Avant le voûtement de la Senne, à l’endroit de la place actuelle se trouvait la rue de la Petite-Ile représentée ci-dessous par un dessin  de E. PUTTAERT – 1862 – extrait « Souvenir du Vieux Bruxelles » par Joe Diricx de Ten Hamme tome II.

    Au n° 4 de la rue habitait en 1835, mon aïeul avec ses huit enfants  et son épouse Catherine VAN MOORTEL, Jean HEYMBEECK, scieur de bois d'acajou.

     

    petite ile

    Monsieur Gustave Abeels, dans son livre intitulé « LA SENNE » décrit le dessin ci-dessus
    « là où il y a un rai de lumière – un pont franchissait la Senne. On aperçoit, à gauche, le coin de la façade de l’église de N.-D. de Bon Secours ».

    Une fois passé l’impasse du Meunier, la rue du Jardin des Olives et le pont du Bon Secours, on entrait dans la rue du Marché au charbon pour ensuite…….

     

    petite-ile bis

     

     La rue comptait au moins deux impasses, dont un grand nombre d’habitants, décédèrent du choléra suite à l’épidémie de 1866.

    Quant à Jean HEYMBEECK et son épouse, ils sont décédés, tous les deux, âgés de 40 ans, et ce dans l’année 1840. Leurs enfants ont été élevés par leur Grand-Mère, qui habitait rue de Terre-Neuve. 

     


    ccccccc 

     La petite île à la fin du 17ième siècle.  

    Cette reconstitution en plâtre a été faite par monsieur Joseph Dubois. Cette photo est extraite d’un livre de Jean D’Osta « LES RUES DISPARUES DE BRUXELLES ».
    Je cite Mr. d’Osta : « A l’arrière plan : le mur de la 1ière enceinte et les deux tours de la porte d’OVERMOLEN (marché au charbon).

    La rue de la petite île reliait les deux branches de la Senne entre le pont d’Overmolen et le pont de la Barbe (visible à gauche) menant à l’impasse de la Barbe et de la rue d’Anderlecht. La place Fontainas occupe maintenant ce site.

     

    Un puis un jour de 1870
    "PATAAAT – RATIBUS".
    Les travaux du voûtement de la Senne. (clic)

     

    fontainas2

    Vue générale de la futur Place Fontainas et du Boulevard Central
    Point rouge, on aperçoit au loin, le temple des Augustins (Pl. de Brouckère)
    3 points rouges à droite le dos de l’église du Bon Secours)

      

    Futur Place Fontainas - 1870
    Le même site, mais quelques semaines plus tard !

     

    Août 1870 - prise vue de la rue des Teinturiers - vers la rue de la Petite-Ile

    Août 1870 - prise de vue de la rue des Teinturiers - vers la rue de la Petite-Ile

     

    902 maisons seront détruites pour le voûtement de la Senne.
    Elles étaient occupées par 2.794 ménages comprenant 7.946 personnes.
    Source LA SENNE de M. Gustave ABEELS.

     

    Et dans le nombre Catherine HEYMBEECK, (fille de Jean et Catherine).
    Catherine avait épousé Joseph VAN WAERBEEK, ce dernier avait une petite fabrique de peignes située impasse de la Palette, une de très nombreuses impasses de la rue des Chats.
    Source LA SENNE, page 39, de M. Gustave ABEELS.

    Parmi les ouvriers, les deux frères de Catherine, Joseph et mon arrière Grand-père Louis, qui suite à l’éventration du bas de la ville, durent prendre leurs clic et leur Clac.
    Pour Joseph et son épouse Marie Thérèse NOËL, blanchisseuse de son état, dans un 1er temps, la rue du Lavoir et ensuite la rue du Faucon etc. etc....
    Et pour Louis, la rue des Vierges. 

     

    Place Fontainas - Imp. de la Barbe
    La Place Fontainas aux environs de 1900 (Coll. Le pharmacien Jean Copins)
    Merci à Guillame Kekenbosch pour la photo.
    Vous pouvez remarquer que "La Distillerie d’Alost" et l’impasse de la Barbe sont encore au niveau du sol, d’avant voûtement de la Senne.

     

    Place Fonainas & rue d'Anderlecht
    Place Fontainas - Dans le fond l'entrée de la rue d'Anderlecht.

    Ci-dessous le même site vu d'un autre angle, les maisons à droite
    appartiennent à la rue des Moucherons (ex rue des Chats). 

     

    guillaume kekenbosch,serge bare,nicolas luppens

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Cocher Place Fontainas

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


     

     

    Les Cochers

    A l’autre coin de l’impasse de la Barbe,  face à la Cour de Bruxelles, était ouvert un petit café.

    Les cochers des quatre fiacres de la Place Fontainas le fréquentaient  et y pouvaient acheter l’équipement de leur profession, les chapeaux, les fouets, les lanières pour fouets, etc.

    Sur la place une fontaine servait jadis d’abreuvoir pour les chevaux.

     

     


    place Fontainas005 (2)

     

     

    PLACE FONTAINAS2

    la distillerie d'Alost !
    TOUT FOUT LE CAMP MONSIEUR 

     

    place Fontainas 003

     

    Un cornet à deux boules, c'est pour l'aveugle avec sa canne blanche.

     

    Lemonnier 11-06-39
    La Place Fontainas dans son dos.
    Le papa de Serge, prend la direction de la Place Anneessens.

     

    PLACE FONTAINAS 1915

     Les grands boulevards et la Place Fontainas vers 1915.

     

    fontainas (abris)

    Les grands boulevards et la Place Fontainas vers 1950 – 60
    A gauche de la photo, devant les pancartes publicitaires, on aperçoit l’abri
    où les gens pouvaient se mettre en sécurité lors des bombardements de la guerre 40 – 44.

     

    Amélie BERNAERTS 1965

    Le cortège funèbre, d’Amélie BERNAERTS, vient de passer la rue Philippe de Champagne et se dirige vers la place Fontainas.

     

    Juin 1966 2

     

    Le cortège funèbre arrive à la Place Fontainas, du côté de la rue de Bogards
    La dernière petite dame (avec son parapluie) est "Wiske Van Laurent" et à côté d’elle, Jeanneke de la rue des Navets, elle vendait du "Palmehaut" devant le Vieux St. Pierre et le reste de l’année elle était, dame de cour au cinéma STAR, et selon francine quelques temps aussi au cinéma CARLY.

     

    Ent5

     

    On aperçoit encore un peu la vitrine du magasin de meubles LEURIN et celle de mon photographe. Devant, le Monsieur aux cheveux gris, c’est mon cousin BREU et à côté les deux beaux-frères de mon père, suivi de ses belles-filles et de sa fille Jeannine.

     

     place fontainas a11

     Coin fontainas - Bogards

     

    Amélie BERNAERTS - Eglise

     

    Arrivé du cortège à l’église du Bon Secours, où tous les événements importants ont eu lieu (enterrements et Baptêmes). Sur cette photo, les personnes qu’on aperçoit viennent presque de tous les quartiers de Bruxelles, Deuvelshouk, Vismet, Place Anneessens, les vieux blocs et la Marolle.

     

    carabin

    L'église du Bon Secours vu par CARABIN & ci-dessous en jour d'octobre 2008, par Nicolas Luppens.

     

     

    baptème1

     C'est moi qui tiens la bougie, lors du baptême d'un enfant de ma sœur

     

     

    Bxl26102008 028c
    Photo de Nicolas Luppens

     

    En dernier regard sur la Place Fontainas

     

    Place fontainas - Navets

     

    aaaa
    Extrait de "BRUXELLES SUR SENNE" - Libro-Science.

     

     ccc

     

     

     La Jambe de Bois

     

    La Jambe de Bois était située à droite  de l’impasse et il fallait descendre quelques marches, pour accéder à une espèce de Cave.
    Les voyous de la strotche, ne pouvaient évidement pas rentrer. Les jours de la Saint Verhaeghen les kets attendaient les étudiants pour leur prendre  leur « Pen » ce qui ne se passait pas sans bagarres.  

     

    place Fontainas 9 11 13 15

     

    baptème

     

     PLACE FONTAINAS 1
    Photo Guillaume Kekenbosch

     La Place Fontainas Aujourd'hui

     

     

    PLACE FONTAINAS 2
    Photo de Guillaume Kekenbosch

     

    Un grand MERCI pour les photos à

    Guillaume Kekenbosch
    Nicolas Luppens
    Serge Baré 

     

     

  • Impasse des Lunettes.

    Impasse des Lunettes

     

    imp. des lunettes

    Dans l'impasse des lunettes, avant 1914, on enlevait la mouche des groseilles pour les pâtissiers.

    Au numéro 12 habitait Alexandre DEBEER CROES, plombier, il avait 10 enfants ; il est mort il y a 65 ans, (1895) pendant la kermesse Notre Dame au Rouge, c'était lui qui ornait l'impasse et qui mettait les lampions et le Menneke-Pis, il y avait 2 cafés dans l'impasse l'un au numéro 11 et l'autre au numéro 2.

    Pour préparer les groseilles (peler en terme Bruxellois) (nettoyer ou éplucher en 1797), les enfants recevaient des paquets de bonnes couques.

    Sur le cliché, on voit des enfants du quartier dont le petit Félix DEBEER , mourut, en 1932 à 30 ans , suite à un accident de charrette .

    Sur cette même photo prise en 1909, on voit la maman CROES-MAYER, qui est morte en 1927, à 74 ans.

    Marieke, à droite, qui tient un enfant, vendait du poisson au marché avec sa sœur Janette, elle y avait face à l'église Sainte-Catherine, une belle et grande échoppe.

    On voit encore la futur madame Isabelle DEBEER - CROES, qui faisait le marché aux fruits avec sa maman, au nouveau marché aux grains. Il y avait là, 3 filles MAYER qui faisaient le marché aux fruits.

    VLEESCHOUWER, dont le fils "Breu" est cafetier "à la Tête Pressée" rue du vautour, vendait des "patates casaques" et du "boustering", sa femme est restée veuve avec 8 enfants.

    Isabelle CROES, épouse DEBEER, vendait du papier et des sacs en papier dans une cave à la Grand-Place, dans les maisons des Ducs du Brabant, dite Maison Flamande. Mr et Mme DEBEER vendirent donc du papier au marché matinal à la Grand'Place, et depuis une dizaine d'années au nouveau marché aux grains ; Ils sont nés dans impasse des Lunettes.
    Ecrit par Jean Copin, pharmacien du quartier, Kermesse de 1960.

     

    Impasse des Lunettes2

     

     

    Impasse des Lunettes10

    imp. bril

    Merci à Nicky pour le dessin ci-dessus

     Andrée,

    L'impasse des Lunettes (08/2008)

     

    004


    005


    006

    Souvenir Andrée1
    Rue des Vierges

    Souvenir Andrée II
    Rue des Vierges

    Souvenir Andrée III

    Rue d'Anderlecht vers la place Fontainas.

  • Rue de la Rasière

    rue de la rasiere (plaque) merci titi

     

     Origine 

    La longue rue de la Rasière existait déjà en 1389.

    Avant la construction de la place du Jeu de Balle
    , en 1854, elle allait de la rue Haute à la rue des tanneurs !

    Sa partie inférieure est devenue la rue de l'Hectolitre.

    A ces débuts, la rue était connue comme Pluymstrate (rue de la Plume). Puis, vers 1500, s'installait dans cette rue une boulangerie nommée "'t Sister" (la Rasière), ancienne mesure de capacité pour la farine, et le peuple prit petit à petit l'habitude de nommer la rue sous ce nom-là.
    Merci à Titi

    ++++++++++


     

    Rue de la Rasière
    Photo 1 - merci Nelly

     

    Le haut de la rue de la Rasière
    Vue sur les Blocs


     

    rue de la Rasière en février 2009 - merci Nicky.

    La rue de la Rasière, aujourd'hui (15/02/09) en direction de la rue Haute. Merci Nicky.

    De Nicolas Luppens
    (Nicky).

    ...la "Zustervatstroet" comme dit ma Mouma.

    (personnellement je dis rue la Rasière), Pierrot, on doit voir plus loin sur les plans et il faut imaginé partir de la rue Haute et que tu descends la rue de la Rasière jusqu' à la rue des "Radis"(sur la gauche) et la rue du "Renardin"(sur la droite le long de l' église qui n' existe pas encore tout comme la place elle-même). Arrivé à hauteur rue des Radis, on tourne à droite quelques mètres sur Renardin et à gauche dans la rue des "Rats" qui elle va jusqu'à la rue des "Fleuristes" et puis à la rue des "Tanneurs". Voir plan Jacowick (1812)J.D.Vol 2, page ?  Tout début du livre.


    Autre info à ta question; On sait que la Rasière est une mesure de capacité en usage au 16éS.; elle valait 60kgr. Jadis la rue se nommait rue de la Plume. (Actuellement non loin de là etc...une autre rue de la Plume, etc...Une boulangerie où l 'on se servait de "rasières" et située au coin de la rue Haute est à l' origine de l' appellation.
    Lu dans "Les noms de rues à Bxl" (1951) de Bernaerts et Kervyn de Marcke.

     

     

    nicolas luppens
    Photo 3 - merci à Guillaume Kekenbosch

    Ci-dessous quelques commentaires sur facebook, suite à la parution de la photo (juillet 2013)



    Aurore De Bruyne.  
    Ma grand mère était propriétaire, mais je ne sais plus si c est de celle avant le renfoncement ou celle devant la 2 chevaux.



    Noël Camille Mortier
    Tes Grand Parents Aurore, ils ont tenu les deux charrettes d'escargots aux coin rue des renards et la rue haute et la deuxième à la rue Blaes et sur le coin du vieux marché ...

     

    Jo Hendboeg
    Notre ami Gilbert et Pierre y demeuraient,  tes copains aussi Nelly.

    Patrick Willeborts

    Dans le renforcement il y avait une boucherie aussi

     

  • Kermesse sur le Vieux Met

    Kermesse sur le Vieux Met

     

     

    volckaert piet 002

     

    Bien sûr que c' est le "Zotte-meule" qui est sur ce tableau (peint par Piet Volckaert).
    La rue qu' on voit derrière le moulin, c' est la rue de la Plume, on est donc bien sur le Vieux-Met(en +ou- 50/60).

    La chenille porte toujours le même nom le "Rocking-Car" et tourne encore et toujours (Famille de "Parapluke") et si ça vous dit, ce week-end c' est le carnaval de Hal, avec toujours un très beau cortège, une kermesse, une terrible ambiance et tout ce qui va avec et aussi le Rocking-Car.
    Sur le Zotte-Meule, je me souviens qu' il y avait deux "Troïka", un éléphant, un gros dé, une tête de "Noir", un champignon...
    Le Z-M était toujours sur le coin du marché, en face du Mouton Bleu, à coté de lui je vois les balançoires (Famille Migro), à coté un tir (Paul) encore à coté la chenille avec la bache pour les beiskes. Rien sur le terrain de basket et après (autre coté du marché) un moulin pour petits avec un tram, un camion de pompiers, des vélos et des belles Harley-Davidson(le fils c' était Livio). Plus loin encore un tir...et Jef Carbuur avec ses frites, je crois que c' est tout...?
    D' après ce qu' on m' a raconté le Z-M aurait été racheté par un antiquaire et pourri dans son jardin!!!
    Ecrit par Nicolas Luppens

     

    chenille avec capote

    La chenille

    Moi j'ai toujours appellé ce moulin le "Papillon". Ce moulin se trouvait toujours face à la rue de la Rasière. Il tournait très vite des fois en marche arrière et à un certain moment les voitures étaient recouvertes d'une bâche. Cela faisait l'affaire des amoureux. Bravo pour les photos. Que de souvenirs.

    Sur la grande chaîne je n'allais pas car des "meesssekluuters" du quartier se mettaient derrière pour te pousser à vive allure et comme j'ai le vertige ce n'était pas mon truc.
    Ecrit par Nelly Lallemand

     

    image1[1]

    La Grande Chaine

    image2[1]

     

    Sur ce tableau peint par Piet Volckaert, on aperçoit le Zotte-meule, et aussi la maison où j'ai habité de 1957 à 1961.

    Je garde un très bon souvenir de ces années. Très souvent mon père regardait par la fenêtre du 2ième étage les garçons jouer au Football et avec comme commentaire « il y en a là tout près qui vont devenir bon ».

    De ma chambre (une belle petite mansarde) j'entendais sortir de la Caserne des pompiers,   les véhicules de secours au bruit de PINPON PINPON et après 22 heures DINGELING DINGELING. Les cloches de l'église qui sonnaient tous les quarts d'heure. Le dimanche matin, les dernieres chansons à la mode,  du marchand de disques, un titre m'a surtout marquée, car ils l'ont au moins passé 500 fois "NON JE NE REGRETTE RIEN", d'Edith Piaf .
    Je suis d'accord avec la description de Nicky du Zotte-meule,  moulin qu'on retrouvait aussi "sur la Marolle" et à la Chapelle. Ce moulin faisait également jouer des disques , c'est alors que j'ai entendu pour la première fois  LONNELY BOY, chanté par Paul Anka.
    Ecrit par francine Kohne

     

     

     

     

     

     

     

     

  • La rue des Radis en chanson

    Merci Titi - Patron donne une x un verre à titi

     

     

     Vous ne trouvez pas qu'il manque quelque-chose ici?

    Une chanson par exemple?

    Et bien la voilà! Sur l'air de "Sous les ponts de Paris".

    Alleï, tous ensembles..een,twee drââ

    Bien que la guerre cruelle
    Nous dicte encore ses lois
    Il existe à Bruxelles
    Un charmant petit endroit
    Où restrictions et privations
    Ne sont plus des mots en usage
    Car on trouve là beurre chocolat
    Gâteaux et délicieux fromages

    Dans la rue des Radis
    A deux pas du Midi (la gare hein!)
    On voit grouiller des mercantis affables
    Installés là sans échoppe ni table
    Et sous l' œil bienveillant
    Des flics aux casques blancs
    On vend aux gens du lundi au sam'di
    Dans la rues des Radis

    Nos marchands de cigarettes
    Nous rationnent sans pitié
    Rue des Radis c' est chouette
    On en est submergés
    Des Amadis Quyanachis
    Toute la gamme
    Que certains flanquent
    Des Maruland il y a de tout là-dedans
    Il n' y a vraiment que le tabac qui manque

    Dans la rue des Radis
    Tous les avant-midis
    Des Marolliennes vous vendent sans grimace
    Du marronnier ou du crin de l'eur paillasse
    Ach' tez pas cher mesdames
    Septante francs les cent grammes
    C' est de l' Arlebecht profitez qu' on vous dit
    Dans la rue des Radis

    On vous y vend du lard rance
    Du beurre qui l' est aussi
    Des oeufs en abondance
    Et du pain blanc rassis
    Du vrai pudding
    Ooooh shocking!
    De la semoule de riz macaroni
    D' la graisse à frites et des côtelettes(cortelettes comme nous on dit!)
    Du Sunlight et du Lux en paillettes

    Et voilà, la chanson est finie...la rue des Radis aussi...elle est finie et bien finie, rayée de la carte, quelle tristesse. J' espère que c' est la dernière, notre pauvre Radaïesegang, nous on ne t' oubliera jamais!
    signé;
    "Les Nostalgistes Réunis"

    Ecrit par Nicolas Luppens
    (Nicky)