Fontaines

  • Fontaine Rouppe. (9)

     

    La fontaine Rouppe.

     

    Situation actuelle : La fontaine dédiée au bourgmestre Nicolas Rouppe se situe, assez logiquement cette fois, place Rouppe.
     
     
     
    Cette place est peu prisée par les Bruxellois, et pour cause : les voitures y règnent en maître ! Elles tourbillonnent autour de la fontaine Rouppe, réduite à l'état de rond-point et, d'autre part, elles occupent les ailes gauche et droite de la place, au point de les transformer en simples parkings.
     
     
    Reste à savoir ce qui peut bien expliquer cette configuration particulière. Il se trouve que c'est à cet endroit que se situait, et ce dès 1839-1840, la gare ferroviaire dite "des Bogards", ancêtre géographiquement décalé de l'actuelle gare du Midi, construite hors Pentagone en 1869.
     

    1.png

     
    La présence de cette gare explique notamment la largeur inhabituelle de l'avenue de Stalingrad, qui va de la place à la petite ceinture, débarrassée de ses voies ferrées. Le nom de "Bogards" fait référence à un ancien couvent du même nom, jadis situé au même endroit et dont seule une rue conserve aujourd'hui le souvenir, nous y reviendrons.
     
    Description : La fontaine Rouppe est l'oeuvre de C.A. Fraikin et J. Poelaert. Cette fontaine à double vasque est implantée dans un parterre de verdure au centre, comme nous l'avons dit, d'un carrefour à grande circulation. "La figure est une statue de marbre blanc, une femme au visage serein qui personnifie la ville de Bruxelles comme l'indique son diadème formé des tours de la cathédrale des Saints-Michel-et-Gudule.

    Son bras étendu décerne une couronne de laurier. Elle domine une vasque de bronze posée comme une coupe peu profonde en un socle élégant et circulaire qui lui sert de pied. L'eau de la vasque supérieure qui arrive par quatre gueules de lions ailés retombe dans la vasque intérieure par douze têtes de lion sculptées dans la bordure de la vasque supérieure." ( www.lemuseedeleauetdelafontaine.be ).

    Historique : A l'origine, la place Rouppe n'était rien de plus qu'un grand pré destiné au séchage du linge appartenant à la Blanchisserie de la Pierre Bleue. La place proprement dite, baptisée du nom du bourgmestre de Bruxelles Nicolas Rouppe, fut inaugurée le 26 septembre 1841. "Sa moitié sud englobait les baraquements de la première Gare du Midi (dite aussi Gare des Bogards).

    Celle-ci avait été ouverte au public le 17 mai 1840 pour l'inauguration de la voie ferrée de Bruxelles à Tubize." (Jean d'Osta). De fait, c'est aussi en 1841 que les vieux bâtiments de l'ancien couvent des Bogards, furent rasés, "notamment pour le percement de la rue du Chemin de fer qui prolongea la rue du Midi jusqu'au "terminus ferroviaire des Bogards" (Gare du Midi primitive, aujourd'hui place Rouppe). Mais la grande chapelle, qui datait de 1718, subsista. Elle existe encore, mais peu visible de la rue, étant englobée dans les bâtiments modernes de l'Académie royale des Beaux-Arts, qui forment le coin des rue du Midi et des Bogards." (Jean d'Osta).

    La fontaine Rouppe fut, quant à elle, sculptée en 1848 et voisina un certain temps avec les pavillons en bois de la première Gare du Midi, dont les voies occupaient l'emplacement de l'actuelle avenue de Stalingrad.

    A noter qu'il existe aussi une petite rue Rouppe (55 m), qui relie l'angle nord-est de la place Rouppe à la rue Philippe de Champagne; elle était, jadis (1885), un coude de cette dernière.
     

    Le bourgmestre Nicolas Rouppe :

     

    1.png


    Nicolas Rouppe est né à Rotterdam, le 17 avril 1769. Nicolas Rouppe entrera dans les ordres. Sous-diacre de l'ordre des Carmes, il abandonne toutefois la religion au lendemain de la victoire décisive à la bataille de Jemappes (1794) et devient un farouche républicain ! Il brise le crucifix multiséculaire qui se trouvait devant l'Hôtel de Ville de Louvain et, en 1796, devient membre de la loge maçonnique des Vrais Amis de l'Union.

    Le 21 janvier 1797, devenu commissaire du département de la Dyle, il célèbre l'anniversaire de l'exécution de Louis XVI et en 1798, il se joint à onze officiers ou fonctionnaires français attachés à des établissements militaires, de même qu'à quatre bourgeois de la ville afin d'installer la "loge militaire des amis philanthropes permanente à l'Orient de Bruxelles".

    Le 21 juillet 1803, il accueille Napoléon Bonaparte au château de Laeken, en tant que maire de Bruxelles (depuis 1800).

    Enfin, en 1830, il devient le premier bourgmestre bruxellois du nouveau royaume de Belgique (et le restera jusqu'à sa mort, en 1838), ce qui lui vaut le surnom de "bourgmestre de l'indépendance". Il est également élu au Congrès national, puis député. de son action politique on retiendra :
    - L'accueil, le 21 juillet 1831, en tant que bourgmestre de Bruxelles, du roi Léopold Ier, dans ce même château de Laeken où il avait accueilli le Consul Napoléon Bonarte, dix-huit ans plus tôt, jour pour jour.
    - Des émeutes éclatent à Bruxelles, en 1834, à la suite de la publication de la liste des donateurs pour le rachat des biens belges de Guillaume Ier des Pays-Bas; incapable de faire face à ces événements, Nicolas Rouppe doit faire appel au gouvernement.
    - A la même époque, il participe à la création de l'Université Libre de Bruxelles (ULB). Nicolas Rouppe fut également membre du Conseil supérieur de l'Ecole centrale du commerce et de l'industrie.

    Nicolas Rouppe décède à Bruxelles, le 3 août 1838.

    Un mot sur la rue des Bogards : Cette rue est établie sur l'ancien fossé extérieur de la première enceinte qui suivait le cours du "Rollebeek" (dans le prolongement de la rue des Alexiens). Comme nous l'avons dit, le nom de la rue fait référence à un couvent de Frères franciscains, dénommés Bogards, dont l'origine remonte au 13e siècle. Ce couvent "fut fermé en 1796 et transformé en "hospice des Enfants de la Patrie".

    Les Français donnèrent à la rue des Bogards la nouvelle appellation de rue Jean-Jacques Rousseau. En 1799, les grands jardins conventuels furent morcelés et vendu, mais les bâtiments (y compris la grande chapelle) devinrent la propriété de la Commission des Hospices Civils, qui y établit son siège et son conseil, conformément à la loi française.

    En 1805, les Soeurs visitandines s'y installèrent. Elles déménagèrent en 1815 (à la rue des Brigittines) et la grande chapelle des Bogards fut convertie en magasin des tabacs de la Régie -et plus tard en école." Ses vestiges, à l'exception de la chapelle, seront détruits en 1841, lors de la création de la place Rouppe et du percement de la rue du Chemin de fer.

    Eric TIMMERMANS.
    Sources : Dictionnaire historique et anecdotique des rues de Bruxelles, Jean d'Osta, Le Livre, 1995 / www.lemuseedeleauetdelafontaine.be

     

  • Fontaines de Bruxelles (7) : Le Mont des Arts.

     

    LES FONTAINES DE BRUXELLES (7) : LE MONT DES ARTS

     

    Le Mont des Arts : situation actuelle.

     

    Les petites fontaines de l’actuel Mont des Arts ne sont que les pâles héritières, nous le verrons, de la cascade monumentale qui existât jadis à cet endroit. Autant dire que nous nous écarterons largement de notre sujet initial consacré aux fontaines de Bruxelles, pour présenter le Mont des Arts dans son ensemble.

     

    Le Mont des Arts actuel est situé dans les environs immédiats de la Gare centrale. Il fut réalisé entre 1954 et 1965. Le Mont des Arts tire son nom du voisinage immédiat du Palais des Beaux-Arts et du Musée des Beaux-Arts. Il constitue la principale liaison entre le haut et le bas de la ville.

     

    Il s’agit de « jardins à la française » encadrés par la rue du Mont des Arts, la Bibliothèque Royale et le Palais des Congrès. La statue équestre du troisième roi des Belges, Albert Ier, fait face à la statue en pied de la reine Elisabeth, son épouse.

     

    L’ensemble paraît toutefois bien peu harmonieux dans sa conception. Voilà ce qu’en dit Jean d’Osta :

     

    « Le pittoresque et délicieux Mont des Arts qu’ont connu les Bruxellois d’âge mûr n’est plus aujourd’hui qu’un banal jardin plat et carré, entouré des vastes bâtiments de la nouvelle Bibliothèque Royale, du Palais des Congrès et, du côté nord, d’une rangée d’immeubles administratifs surmontant de beaux magasins avec trottoirs sous arcades. Cette suite de magasins est malheureusement séparée du square de verdure par un large autodrome où les voitures foncent en quatre rangs, à sens unique, vers le haut de la ville. » (Jean d’Osta).  

     

    L’on ne peut dès lors s’empêcher d’éprouver une certaine nostalgie à l’égard de l’ancien Mont des Arts, de ses jardins et de ses cascades d’eau, que tous ceux qui, comme moi, sont nés après 1965, n’ont hélas connu que sous forme de photographies.

     

    Seule l’arcade qui supporte une horloge animée et illustrée de figurines historiques et folkloriques, attire réellement notre sympathie. L’horloge du Mont des Arts est flanquée d’un petit jacquemart, c’est-à-dire un petit bonhomme qui frappe les heures avec un marteau. Les figurines qui l’entourent marquent les heures sur une grande rosace. Le carillon de 24 cloches joue –ou devrait jouer…- ainsi en alternance.

     

    Jadis, la « Steenweg », la vieille Chaussée de pierre, passait par le Mont des Arts.

     

    Le Mont des Arts : historique.

     

    Sur ce versant du Coudenberg se situait jadis le « quartier Saint-Roch » qui, jusqu’au 15e siècle, se nomma « quartier des Juifs ». Selon certaines sources (Histoire secrète de Bruxelles, p. 39), l’actuel Mont de Arts aurait aussi porté nom de Montagne des Aveugles. La principale artère de l’actuel Mont des Arts était jadis la rue « Montagne de la Cour » qui commençait rue de l’Empereur (actuel boulevard de l’Empereur) et rue Cantersteen, pour finir place Royale.

     

    Au début du 19ème siècle, « à l’endroit qu’occupe le Mont des Arts, existaient des ruelles populeuses : la rue Ravenstein, l’ancienne, avec ses pignons à redans, ses cours à arcades gothiques pareilles à des patios sévillans ; la rue des Trois-Têtes où un vieil estaminet de même nom voisinait avec le coiffeur Henri, dont la maison s’ornait d’un réverbère du temps de l’éclairage à l’huile ; la rue Notre-Dame, avec ses larges escaliers et ses garde-fous de fer forgé qui lui donnaient un aspect liégeois. Pour aller de la place Royale à l’Hôtel de Ville, il fallait emprunter un de ces nombreux escaliers de pierre, dit escaliers des Juifs, et qu’on trouve encore aujourd’hui entre la rue des Minimes et la rue Haute. » (« Bruxelles, notre capitale », p.40)

     

    C’était, à cette époque, le beau quartier de Bruxelles, le quartier du commerce de luxe. Mais, nous dit Eugène Bochart, à la moitié des années 1850, soit depuis une vingtaine d’années, la rue Montagne-de-la-Cour « a considérablement perdu de son importance, et le commerce a descendu rue de la Madeleine et rue du Marché-aux-Herbes. Divers projets ont été élaborés et présentés au conseil communal pour rendre la vie à la Montagne-de-la-Cour. Ce n’est plus maintenant qu’une question de temps. Ce quartier, quoi qu'on fasse, doit être le centre de l’industrie et du commerce de luxe : les positions centrales ne peuvent que gagner par les améliorations projetées. Le problème à résoudre est la diminution de la pente ; cette question traitée, le reste peut être abandonné sans danger à l’industrie privée. » Réorganiser la Montagne-de-la-Cour fut toutefois moins simple que ne le pensait Eugène Bochart…

     

    En 1879, le Conseil communal de Bruxelles envisagea de relier le haut de la ville au niveau de la Senne au moyen d’une large artère carrossable. Un projet qui fit long feu !

     

    A la fin du 19e siècle, « ce quartier Saint-Roch comportait une dizaine de ruelles populeuses, et, notamment, la rue des Trois-Têtes, la rue Notre-Dame, comparable aux raidillons liégeois avec ses larges escaliers et ses garde-fous en fer forgé, l’étroite rue Ravenstein et la pouilleuse rue Saint-Roch. Ce quartier était tristement célèbre par ses estaminets mal famés et ses cours intérieures à arcades gothiques (et à filles légères. » (Jean d’Osta)

     

    En 1883, il fut décidé de raser ce chancre afin d’y établir un large « boulevard descendant », des jardins publics et un vaste temple consacré aux beaux-arts : salle de concerts, d’expositions, de théâtre… Mais il fallut encore attendre quatorze années de discussions et de négociations parfois véhémentes entre le bourgmestre Charles Buls et le gouvernement belge, pour que commencent les travaux de démolition.

     

    Ainsi, en 1894, un incident assez grave opposa la Ville de Bruxelles au gouvernement belge. De fait, ce dernier, moyennant un subside de 450.000 francs belges, voulait imposer à Bruxelles, ses propres plans de la voie carrossable dont le projet avait été lancé en 1879. Au nom de l’autonomie communale, Charles Buls envoya paître le gouvernement belge !

     

    En 1897, les travaux de démolition commencèrent enfin et, en 1900, il n’y avait plus entre la rue des Sols et la rue Montagne-de-la-Cour, qu’un horrible terrain vague couvert de pierraille et d’orties… Quant aux discussions politiques sur l’avenir de ce site, elles reprirent de plus belle ! Les plans succédèrent aux plans, mais on ne parvint guère à se mettre d’accord. Les plans des futurs musées et des futures salles des beaux-arts restaient dans les cartons. Le chancre urbain subsista durant une dizaine d’années encore et c’est alors que le roi Léopold II, ulcéré de constater qu’aucun progrès n’avait été réalisé, exigea que les ruines soient au moins rasées avant l’exposition universelle de 1910. Il fut fait ainsi.

     

    En 1908, de grands travaux furent entrepris pour la construction du boulevard de la célèbre et destructrice Jonction Nord-Midi, pour la rénovation de l’ancien quartier des Juifs (la Montagne de la Cour donc) et pour la création d’un vaste palais destiné aux Beaux-Arts. La Jonction avait nécessité la destruction des quartiers Isabelle, Terarcken et Saint-Roch et il fallait à présent, en urgence, panser les multiples plaies du quartier.

     

    « Un jardin provisoire est aménagé par l’architecte Jules Vacherot entre 1908 et 1909, en prévision de l’Exposition universelle de 1910 qui doit se tenir à Bruxelles. Et c’est une réussite : tout en ondulation et en respiration, le jardin alterne parterres et terrasses reliées par des escaliers, il est agrémenté de fontaines et de sculptures de Godefroid Devreese et Josué Dupon. » (Bruxelles disparu, p.65). En 1935, ce superbe aménagement était encore décrit comme un ensemble harmonieux de jardins et de chutes d’eau. Il fut inauguré en 1910, en même temps que l’Exposition universelle, sous l’appellation de square du Mont des Arts.

     

    Mais voilà, au lieu de le conserver, l’œuvre de l’architecte parisien Vacherot, dessinée à l’initiative de Léopold II et ayant été déclarée « temporaire », fut anéantie à son tour… Il est vrai que ce jardin n’était destiné qu’à durer les quelques mois de l’Exposition, mais il s’imposa naturellement à l’affection des Bruxellois « par son harmonie parfaite, son élégance, son utilité, son charme. Il était une bénédiction pour les promeneurs, pour les enfants, pour les amoureux, pour les artistes. Il a duré 45 ans, toujours provisoire, toujours menacé, toujours aimé. » (Jean d’Osta)

     

    Pour le plus grand malheur des Bruxellois, de nombreux projets de reconstruction furent mis sur la table, et ce dès les années 1930 (en liaison avec les travaux de la monstrueuse Jonction Nord-Midi). Et, en 1937, l’on opta finalement pour la laideur urbanistique et architectural d’allure soviétique… La construction de ce complexe qui comprend aujourd’hui, outre les jardins dans lesquelles chuintent des fontaines qui ne sont plus qu’un lointain souvenir des cascades d’antan, le Palais des Congrès, la Bibliothèque nationale dite de l’ « Albertine », des bureaux (évidemment…), une galerie commerciale (le verre et le métal s’ajoutèrent au béton, les prix flambèrent et les mentions en anglais se répandirent…) , sans oublier…un parking.

     

    La construction de cette « chose » se fit par étapes (histoire de définitivement anéantir le vieux quartier…) dans les années 1950 et 1960. Au début des années 1950, le jardin du Mont des Arts apparaît déjà en partie désaffecté et avait d’ores et déjà été condamné, contre l’avis de la population bruxelloise : « Lorsqu’il fut sérieusement question de le supprimer, en 1951, pour le remplacer par une place carrée et plane recouvrant de vastes garages, il y eut d’unanimes et véhémentes protestations de tous les milieux artistiques et intellectuels. Des campagnes de presse ardentes alertèrent la population ; Louis Quiévreux, en particulier, dépensa généreusement son talent et sa fougue. Rien n’y fit. Le ministre « compétent » (un provincial, évidemment) imposa son projet. Tout au plus parvint-on à sauver in extremis la vénérable chapelle gothique dite « de Nassau » (incorporée aujourd’hui dans le grand édifice de la Bibliothèque Royale). En 1955, on rasa ce joli Mont des Arts cher à nos cœurs, comme l’appelait Louis Quiévreux dans le titre d’une brochure qu’il publia pour tenter de le sauver. Et à grands renforts de pelles mécaniques, on nivela la colline du Coudenberg. » (Jean d’Osta). Les travaux prirent fin en 1965.

     

    Au début des années 1950, Louis Quiévreux nous décrivait encore ainsi le Mont des Arts :

     

    « A deux pas du parc (ndr : de Bruxelles), le Mont des Arts est un havre de repos et d’élégance. Malheureusement, depuis longtemps, les otaries de ses fontaines sont sans eau. Elles languissent. Les castors, eux, accueillent toujours sur leur dos de bronze les bambins qu’on mène prendre l’air sur la belle colline, provisoire depuis 1910. Quarante ans d’un provisoire harmonieux et riant. » Et l’auteur d’évoquer les menaces qui pèsent déjà sur le Mont des Arts : « Et pourtant, cette aimable colline est menacée. Des dossiers volumineux contiennent son arrêt de mort au profit de l’Albertine (ndr : réalisée en 1958). Depuis des années déjà, l’épée de Damoclès guette les robiniers faux-acacias, les saules pleureurs, les marches pailletées si gaies à descendre vers la cuve de l’Hôtel de ville. » (« Bruxelles, notre capitale », p.39) Et l’auteur de s’interroger (idem, p.41) : « Mais est-ce bien vrai que nous allons le perdre, après avoir perdu le quartier Isabelle, celui de la Putterie et celui des Ursulines ? »

     

    Oui, Monsieur Quiévreux, nous l’avons perdu…

     

    Trois rues aujourd’hui disparues.

     

    -La rue des Trois-Têtes commençait à la Montagne de la Cour et finissait rue Saint-Roch. Elle porta jadis le nom de l’Héritage de l’Amman et de rue de Saint-Jean. On y trouvait une maison sur la porte de laquelle étaient sculptées trois têtes en bois qui lui donnèrent son nom jusqu’au jour de sa disparition. Rue mal famée, peuplée de filles de joie et de vagabonds, elle fut de tous temps un genre de carrefour. Il est dit qu’une des maisons de cette rue était bâtie sur un souterrain, destiné à conduire à la Senne les eaux usées. Un jour, alors qu’un jeune homme frappait à la porte de cette masure, un mendiant lui demanda la charité. Avant d’entrer, le jeune homme laissa tomber une pièce de trois livres dans sa sébille, avant de lui glisser un papier tout en lui recommandant de revenir à cette adresse le lendemain. Mais le mendiant eut beau venir et revenir le jour et les jours suivants, le jeune homme semblait avoir disparu. Le mendiant raconta ce qu’il savait et la police qui finit par opérer une descente sur les lieux, mais on ne trouva pas le moindre indice accusateur. Un jeune homme était venu et était reparti, on n’en savait pas plus. Le mendiant insista et de nouvelles perquisitions furent entreprises et c’est là qu’on découvrit que la maison communiquait au moyen d’une trappe occultée, avec le souterrain. De ce dernier, on retira un cadavre : celui de notre malheureux jeune homme… Les assassins, femmes et hommes, finirent par avouer leur crime, commis, nous dit Eugène Bochart, « dans des circonstances d’un raffinement si atroce que la plume ne peut les décrire, et que l’imagination d’un homme honnête se refuserait à les concevoir »… Les criminels furent livrés au bourreau et la maison fut rasée.

     

    -La rue Notre-Dame commençait Montagne de la Cour et finissait rue Terarken et rue des Sols. Cette artère faisait autrefois partie des « Escaliers des Juifs » et se nomma d’abord « rue des Juifs » ou « rue du Juif ». De fait, avant sa destruction, la rue Notre-Dame était encore garnie d’une rampe et de marches en bon état. Sous le régime français (1794-1814), elle reçut le nom de « rue de la Renommée ».

     

    -L’ancienne rue Saint-Roch commençait rue Cantersteen et finissait rue des Trois-Têtes. Elle est décrite par Eugène Bochart, à la moitié du 19e siècle, comme une simple ruelle de communication entre la Cantersteen et la rue des Trois-Têtes (au sujet de Saint-Roch à Bruxelles, voir également notre article …. ). Pendant la Révolution elle fut rebaptisée « rue de l’Innocence ».

     

    L’Exposition universelle de 1910.

     

    L’Expo.

     

    L’Exposition universelle de 1910 se déroula à Bruxelles du 23 avril au 1er novembre de cette même année. Ce fut la troisième exposition de ce type accueillie par notre ville. Elle fut consacrée à la mise en valeur des réalisations industrielles, commerciales et coloniales de la Belgique. Déployée sur près de 90 ha et accueillant près de 29.000 exposants, elle attira environ 13 millions de visiteurs. L’Exposition se déroula sur le plateau du Solbosch, au Cinquantenaire et à Tervueren, où fut organisée une Exposition coloniale. Ajoutons qu’au square du Solbosch se trouvait aussi un village pittoresque, Bruxelles-Kermesse, évocation d’un Bruxelles d’antan, en voie de disparition (déjà…).

     

    L’incendie.

     

    Mais le dimanche 14 août 1910, à 8h45, un incendie se déclara au-dessus de l’aile gauche du palais belge, tout près de Bruxelles-Kermesse. Une haute flamme apparut et la corniche de ce bâtiment fut la première à brûler. Le feu se répandit en quelques secondes, si bien que la foule présente resta comme pétrifiée, avant de céder à la panique ! Le feu devait détruire la totalité du grand palais central, Bruxelles-Kermesse, de même que le pavillon britannique et les stands français (la section française ne fut pas détruite entièrement : le feu s’arrêta devant la grande statue représentant la République…). L’intervention des pompiers, intervenus avec lances d’incendie, échelles, pompes à vapeur et même une autopompe apparut presque désespérée. Au-dessus du terrain d’exposition du Solbosch se répandit bientôt un sinistre nuage de fumée.

     

    Et voilà que le jardin zoologique Bostock brûle à son tour ! Si les animaux inoffensifs ont déjà été mis à l’abri, que faire des autres ? On les laisse sur place… On n’ose faire usage des armes par crainte de toucher les pompiers ou le personnel. Les gendarmes restent là, fusils braqués, mais inutiles, jusqu’au dernier rugissement de douleur… Ne subsistent plus de « Bostock zoologie » que les grilles tordues et rougeoyantes des cages, de même que les restes ratatinés ou calcinés des animaux, dont trois cadavres de crocodiles qui paraissent presque intacts mais qui n’en n’ont pas moins succombés aux flammes.

     

    D’heure en heure, l’incendie poursuit ses ravages dévastateurs et s’étend même à une quinzaine d’habitations privées. Mais à 14h30, tout danger d’extension du sinistre est enfin écarté, après près de six heures de lutte contre le feu. Si, à cette occasion, les services de secours firent preuve de bonne volonté, leur efficacité, par contre, laissa quelque peu à désirer. L’Expo, elle, se poursuivit. « La Belgique perdit 40.000 m² de surface d’exposition, mais gardait heureusement 20 .000 m² dans le hall des machines et du chemin de fer, ainsi que 12.000 m² dans divers pavillons et jardins. Le Vieux-Bruxelles avait perdu ses 60.000 m², mais le restaurant « Au Chien Vert » existait toujours et rouvrait ses portes le lendemain de l’incendie. Des 90 ha de l’espace d’exposition, environ 12 ha étaient anéantis. » (Expo 1910, l’incendie, p. 86).

     

    Survivance.

     

    Si, comme nous l’avons vu, le Mont des Arts, édifié pour les besoins de l’Expo 1910, a été sottement détruit,  le prestigieux Hôtel Astoria, sis rue Royale n°101-103, est une survivance de cette époque.

     

     

    Eric TIMMERMANS.

     

     

    Sources : « Bruxelles, notre capitale », Louis Quiévreux, PIM-Services, 1951 / « Dictionnaire historique et anecdotique des rues de Bruxelles », Jean d’Osta, Le Livre, 1995 / « Dictionnaire historique des rues, places…de Bruxelles » (1857), Eug. Bochart, Editions Culture et Civilisation, 198, p.307 / « Dictionnaire d’Histoire de Bruxelles, S. Jaumain, Prosopon, 2013 / « Histoire secrète de Bruxelles », Paul de Saint-Hilaire, Albin Michel, 1981 / « Promenades bruxelloises, la première enceinte », Ville de Bruxelles, Cellule Patrimoine historique / « Le Mont des Arts », Bruxelles disparu, Marc Meganck, 180° Editions, 2013, p. 64-65 / « Expo 1910, Bruxelles, l’incendie », I. Van Hasselt, J. Stevens, 1980.

  • LES FONTAINES DE BRUXELLES (6) : PUCELLES ET SATYRES…

     

    LES FONTAINES DE BRUXELLES (6) : PUCELLES ET SATYRES…

    La fontaine des Trois Pucelles.

     

    pucelle 1000000.png

     
     
    Pas facile de retrouver la trace de ces pucelles ! D’abord parce que l’emplacement de la fontaine d’origine pose problème. Ensuite parce que nos donzelles ne seraient tout simplement pas celles que l’on croit !
     
    Premièrement, l’emplacement. Certains croient trouver la trace de cette fontaine à l’endroit où se dresse aujourd’hui l’une des « fontaines breugheliennes », à savoir celle qui représente la « Parabole des aveugles », rue au Beurre, près de l’entrée de l’église Saint-Nicolas.
     
     
     
    Et de montrer un dessin qui, effectivement, représente une fontaine dont les niches sont occupées par des femmes des seins desquelles jaillit de l’eau. Des personnages l’entourent et semblent faire une farandole. La légende dit « Profanation des vêtements sacrés de l’Eglise de St-Nicolas par les Hérétiques à Bruxelles en 1579 ».

    Notre fontaine serait donc au cœur d’un raid iconoclaste durant les guerres de religion.
    (http://bruxelles mysteHYPERLINK"http://bruxellesmystere.skynetblogs.be/tag/fontaine+des+trois+pucelles"re.skynetblogs.be/tag/fontaine+des+trois+pucelles ).
     
    Le lien entre cette scène et l’église Saint-Nicolas ne peut évidemment être mis en doute. Par contre, la localisation de la fontaine pose problème. De toute évidence, elle ne se trouvait pas à l’emplacement de notre actuelle « fontaine breughelienne », mais au carrefour des rues du Marché-aux-Herbes, du Marché-aux-Poulets, de la rue des Fripiers et de la rue au Beurre, également située près de l’église Saint-Nicolas donc, mais à l’arrière.
     

    Satyres2.png

     
    Mais, me direz-vous, la rue au Beurre ne débouche pas sur ce carrefour ! Disons, plus précisément, qu’elle n’y débouche « plus ». Tout simplement, un tronçon de la rue au Beurre qui, à l’origine, était une artère « en coude », a été rebaptisé, après la première guerre mondiale…rue de Tabora, en souvenir de la victoire belge emportée contre les Allemands dans la future Tanzanie.
     
    Pour la localisation de la fontaine « des trois pucelles », se reporter à : http://www.reflexcity.net/bruxelles/fontaines/fontaine-des-trois-pucelles-disparue
     
    Mais un deuxième problème se pose, car deux représentations de la « fontaine des Trois Pucelles » existent…mais seulement l’une d’elles est forcément la bonne. Il y a la fontaine, déjà évoquée et replacée dans le cadre des événements de 1579, et puis il y a une photo de trois femmes entourant une colonne, dont l’original est conservé au Musée de la Ville de Bruxelles.
     
    Cette fontaine, nous dit-on, était constituée de trois niches ( ?) abritant chacune une statue de femme nue. L’eau de la fontaine jaillissait de leurs seins. Cette fontaine fut élevée en 1545, sous le règne de Charles-Quint, elle apparaît sur une gravure de 1579 (celle déjà citée) et fit l’objet d’une réparation en 1776.
     
    On dit aussi qu’en 1826, elle sera remplacée par une fontaine-obélisque, puis une borne-fontaine, ce qui semble renvoyer à l’emplacement de l’actuelle  « fontaine breughelienne » de la rue au Beurre. Nous pouvons voir cependant que plusieurs cartes (cartes « reflexcity », voir site précité), de diverses époques, situent bien la « fontaine des Trois Pucelles » au carrefour des rues précitées et non à l’emplacement de l’actuelle borne-fontaine « breughelienne » de la rue au Beurre. Il existe même une explication historique à cette situation particulière : la présence de « steenen » où maisons en pierre patriciennes. Peut-être existait-il deux fontaines à l’origine, la grande fontaine des Trois Pucelles à l’endroit précité et une borne-fontaine plus modeste devant l’église Saint-Nicolas. Pour notre part, nous nous en tiendrons, carte à l’appui, à la localisation de la fontaine des Trois Pucelles à l’arrière de l’église Saint-Nicolas.
     
     
    Ceci n’explique toutefois pas pourquoi deux représentations présumées de cette fontaine sont parvenues jusqu’à nous : la « fontaine-colonne » et ses trois femmes ou, plus précisément, jeunes femmes, et la fontaine-niches, en forme de cube.

    Il ne peut y avoir là qu’une confusion. La fontaine-colonne ne comporte aucune niche, il ne peut donc s’agir de celle-là. La fontaine-niches est de forme vaguement cubique, elle compte donc quatre faces. S’il n’y avait que trois « pucelles », quel objet pouvait bien occuper la quatrième niche de la fontaine de 1579 ?
     
    Il est évidemment tentant d’établir une relation entre le nom de « Trois Pucelles » (ou « Trois Grâces », « Trois Déesses ») et la fontaine-colonne ne comportant aucune niche mais bien trois jeunes filles nues qui se tiennent par la main ou la taille, il est toutefois peu probable que cette fontaine ait un jour remplacé la très ancienne fontaine des Trois Pucelles dont d’anciens documents font mention dès 1382. Cette fontaine ne semble pas avoir été destinée à une place publique et a probablement été exécutée pour orner la propriété d’une riche famille bruxelloise, à moins que celle-ci, propriétaire d’un « steen », par exemple, n’ait décidé d’en faire don, pour l’installer là où les actuelles rues de Tabora et des Fripiers se rejoignent… Pures spéculations.
     
    Que pouvons-nous tenter de déduire de cet ensemble d’informations passablement contradictoires ?
     
    Une fontaine s’élevait bel et bien au point d’intersection des rues du Marché-aux-Herbes (ex-Marché-aux-Tripes), des Fripiers, du Marché-aux-Poulets et de Tabora (ex-Grande rue au Beurre). Depuis 1382, au moins, elle était connue sous le nom de « fontaine des Trois Pucelles ». En 1579, située à proximité de l’église Saint-Nicolas, elle est représentée sur un dessin ayant trait aux guerres de religion. Elle a alors l’aspect d’un monument cubique (parallélépipède ), abritant plusieurs niches dont plusieurs (2, 3 ou 4 ?) abritent des statues de femmes nues dont l’eau jaillit des seins. Deux de ses statues sont représentées sur le dessin. On peut supposer qu’elles étaient trois au vu du nom des « Trois Pucelles ». Mais rien n’indique ce qui pouvait apparaître alors sur la quatrième face du monument : un autre niche, une quatrième pucelle ou autre chose, nous n’en savons rien. Mais qu’est-il alors advenu de cette fontaine ? Il nous semble étrange qu’au vu de sa situation géographique, cette fontaine aurait pu miraculeusement échapper au terrible…bombardement de 1695. Pour peu qu’elle ait survécu jusqu’à cette date, elle a probablement été anéantie par les boulets de l’artillerie du Roi-Soleil.
     
    A la même époque existait une autre fontaine représentant trois jeunes filles entourant une colonne. Ce monument, conservé au Musée de la Ville de Bruxelles, a été réalisé en 1545, sous le règne de Charles-Quint. Elle a pour elle de correspondre à la dénomination de la fontaine des Trois Pucelles mais elle ne peut vraisemblablement être identifiée à la fontaine du 14e siècle. Aussi, pour la distinguer de celle-ci, préfèrerons-nous lui donner le nom de « fontaine des Trois Grâces ». Celle-ci ne semble pas avoir été destinée à un usage public, mais bien à un usage privé (www.museedeleauetdelafontaine.be ). De plus, aucun lien n’est établi entre cette statue et l’église Saint-Nicolas dont la « fontaine des Trois Pucelles » était géographiquement proche. Le symbole de la lactation (l’eau jaillissant des seins), comme l’enfant urinant (Menneken Pis), le « cracheur » ou la plaie saignante, sont des thèmes fréquemment utilisés pour les fontaines, il n’est donc pas étonnant de voir le thème de la lactation représenté par deux fontaines au moins.
    Ajoutons que, selon une légende rapportée par un certain Léon Van Neck, un noble et son épouse donnèrent naissance à trois belles jeunes filles, mais toutes les trois décidèrent de ne pas se marier, d’où leur nom de trois pucelles. Deux seigneurs succombèrent malgré tout à leur charme et s’opposèrent dans une guerre sanglante. L’un d’eux parvint à s’emparer des trois jeunes filles et à les faire prisonnières. Sans doute exerça-t-il sur elles quelque chantage auquel elles ne voulurent point céder, parce qu’on les retrouva toutes les trois assassinées. Parmi les soupirants figurait aussi un certain Charles, duc de Brabant, qui n’était autre que…l’Empereur Charles-Quint ! C’est lui qui, en 1545, fit élever une fontaine à trois bassins, alimentés par trois belles jeunes filles dont l’eau jaillit des seins. La fontaine originale, située près de l’église Saint-Nicolas, a disparu.
    Mais au fait, le « Charles, duc de Brabant » de cette légende, était-il bien Charles-Quint ? Ne s’agirait-il pas plutôt de Charles de France, qui passe pour être le fondateur de Bruxelles ? « Charles aurait fait la cour aux trois filles de Hughes, dites les trois pucelles et qui ont peut-être donné leur nom à la fontaine dite des trois pucelles, qui s’élevait au coin du marché-aux-tripes et de la rue au beurre. C’était un groupe de pierre de trois filles nues jetant des filets d’eau par les seins. Cette fontaine existait avant 1581. On raconte que ces trois pucelles furent inhumées au marché au bois. Remarquons toutefois que dans le culte Odinique on rencontre toujours les trois Nornes près d’une source (Ymirsbrün), au pied de l’arbre de plaid (Yggdrasill). Les filles de Hugues auraient été enlevée par un sire Ermenfride, qui aurait enfermé Charles dans une tour avec les trois sœurs ( !). Charles se serait évadé et serait venu assiéger la tour où il avait été prisonnier. Il y découvrit les cadavres des trois filles assassinées, avec Ermenfride lequel se serait suicidé ( ?). » (L’Île St.-Géry à Bruxelles, p.19-20). Mais qui pouvait bien être le Hughes repris dans cette légende ? Nul ne le sait vraiment.
    Par contre, la légende, telle qu’elle nous est rapportée ici par Louis Stroobant, confirme bien la présence d’une fontaine des Trois Pucelles à l’endroit que nous avions indiqué. Comme nous l’avons déjà dit, le tronçon de l’ancienne rue au Beurre qui s’étendait jusqu’à la fontaine est devenu la rue de Tabora. Quant au « marché aux tripes », dont il est question ici, il se situait jadis, et ce jusqu’à la Révolution française, rue du Marché-aux-Herbes :
    Dès 1391, « les tripiers avaient obtenu, non loin de l’église Saint-Nicolas, des emplacements pour quatre échoppes. En 1522, ils étaient devenus envahissants et les habitants de la Chaussée se plaignaient des odeurs fortes que répandaient leurs « pensen » : on limita alors leur espace au moyen de bornes de pierre. Mais en 1796, les autorités françaises jugèrent ces odeurs « offusquantes » et, par arrêté du 27 germinal an IV, les tripiers furent contraints de se retirer dans une rue plus populaire : la Petite rue des Bouchers, où ils étaient encore concentrés au milieu du siècle dernier [ndr : milieu du 19e siècle]. Mais ce tronçon de la vieille Steenweg, entre la rue des Fripiers et la rue des Harengs, garda le nom populaire de Pensmerct (Marché aux Tripes). Dès le XVIIème siècle, les marchands de légumes, qui devaient disputer leurs emplacements de la Grand-Place à différents autres maraîchers, purent aussi s’installer à l’ancien marché aux poissons, au bout de la rue de la Colline. Le peuple appela cet endroit Groentemerkt (Marché aux Légumes) ou Gerstenmerkt, car les marchands d’orge s’y concentraient. En français du XVIIIe siècle, cela fut traduit par Marché aux Herbes. C’est donc par une décision communale de 1853 que la rue du Marché aux Tripes et celle du Marché aux Herbes fusionnèrent. » (Jean d’Osta).
    Pour ce qui est du lieu de l’assassinat présumé des trois jeunes filles, certains penchent pour le château d’Axele-les-Moorsel. Vers 978 ou 1047, selon les sources, un certain Ermenfried (ou Ermenfroid, Hermanfried) « aurait, de gré ou de force, restitué les reliques de Gudule au duc Charles. Or celui-ci aurait assiégé, vers 978, le burgt de Texel ou d’Axele-lez-Moorsel d’où il fit transporter le corps de Ste Gudule à la chapelle de S. Géry. Ce serait donc au château d’Axele que se situerait l’épisode légendaire des trois pucelles ( ?). » (Ibid.)

    Les Trois Pucelles interviennent également dans la légende du Cracheur, une autre fontaine bruxelloise, puisque le matelot ivre-mort, à l’origine de cette légende, aurait consommé exagérément du vin…qui jaillissait des seins des Trois Pucelles ! Comme quoi, à l’instar du Menneken Pis, elles ne produisaient pas que de l’eau !


     
    La fontaine des Satyres.

     
    La rue de la Montagne, telle que nous la connaissons aujourd’hui, c’est-à-dire longue de 200 m et s’étendant du carrefour Marché-aux-Herbes/Madeleine jusqu’à l’articulation de la rue d’Arenberg avec le boulevard de l’Impératrice, était jadis bien plus longue.
    Le côté impair de la rue de la rue de la Montagne a été totalement rasé dans les années 1955-1956. Or, c’est là que nous retrouvons la trace de l’ancienne fontaine des Satyres, démolie environ un siècle plus tôt :
     

    Satyres.png

     
    « Le n°1 formait un angle aigu avec le début de la rue de la Madeleine. Cette pointe s’avançait jusqu’en face du porche d’entrée des galeries Saint-Hubert, à quelques pas de la célèbre fontaine dite des Satyres, dressée au milieu de ce carrefour beaucoup plus petit qu’aujourd’hui. La maison n°1, très banale, abritait en dernier lieu une librairie-bouquinerie assez importante. » (Jean d’Osta).
     
    Derrière ces destructions, on devine évidemment l’ombre de la monstrueuse Jonction Nord-Midi… Bien d’autres artères du quartier en furent également les victimes !
    « Comme la rue de la Madeleine qui le précède, le Marché-aux-Herbes fut victime d’une sévère amputation due –on s’en doute- aux travaux de la Jonction et d’assainissement du quartier. C’est ainsi que fut démoli, sur sa rive paire, le tronçon qui reliait la rue de la Montagne à celle de la Putterie, face à la rue des Eperonniers. Au bas de cette dernière section, s’élevait, dès le XIVe siècle, la fontaine des Satyres disparue en 1847, l’année de l’inauguration des Galeries Saint-Hubert. Elle avait été reconstruite en 1617 par Duquesnoy. Deux ans après sa démolition, les matériaux hors d’usage furent mis en vente publique. Depuis le printemps 1981, une nouvelle fontaine orne le centre de l’esplanade aménagée dans la partie supérieure du Marché-aux-Herbes. » (Georges Renoy) On peut aujourd’hui y voir une statue de l’ancien bourgmestre de Bruxelles, Charles Buls.
    On connaît plusieurs représentations de la fontaine des Satyres. Ainsi, une vue de la fontaine telle qu’elle apparaissait vers 1830, lithographie que l’on doit à Jobard. Un dessin datant plus ou moins de la même époque (entre 1800 et 1847) que l’on doit à Van der Hecht. Et encore, un dessin montrant la fontaine entourée par des barricades (événements du 20 septembre 1830) et des hommes affairés, au carrefour du Marché-aux-Herbes et de la rue de la Montagne.
    Eric TIMMERMANS.
    Sources : « Ilot Sacré », Georges Renoy, Bruxelles vécu – Rossel, 1981, p.28 & 30 / « Dictionnaire historique et anecdotique des rues de Bruxelles », Jean d’Osta, Le Livre, 1995, p.190, 213 / L’Île St. Géry à Bruxelles, Louis Stroobant, Le Folklore Brabançon, 12e année, n°69, p. 19-20.
  • Les Fontaines de Bruxelles (4) la meuse et l'Escaut.

    LES FONTAINES DE BRUXELLES (4) :

     

    LES FONTAINES DE L’HÔTEL DE VILLE ET DE SES ENVIRONS

     

    Les fontaines La Meuse et l’Escaut.

     

    Lorsque, venant de la Grand-Place, on passe le porche surplombé par un saint Michel écrasant le Démon, on pénètre dans la cour intérieure (ou cour d’honneur) de l’Hôtel de Ville. On peut également y accéder par la façade arrière, via la rue de l’Amigo. Cette cour d’honneur a été créée, au cœur de l’Hôtel de Ville, lors de son agrandissement, réalisé au lendemain du bombardement de 1695. Son pavement est marqué d’une étoile à six branches qui indique le centre géographique de Bruxelles (Pentagone). Cette dernière est identique à celle de la place du Capitole, à Rome.

     

    On remarque également deux fontaines de marbre rigoureusement symétriques encadrant la porte cochère située à l’arrière de l’Hôtel de Ville (côté rue de l’Amigo). Elles ont été sculptées, en 1714, par Johannes Andreas Anneessens (1687-1769). Chacune se compose d’une grande vasque semi-circulaire et est soutenue, à la base, par deux dauphins entrelacés. Ceux-ci, recevant l’eau du réservoir supérieur, alimentent par leurs gueules une deuxième vasque.

    cour place.jpg

    Photo de Pierrot Heymbeeck (2016)

    Chaque fontaine est surmontée d’une figure allégorique couchée et accoudée sur divers objets. Les deux figures allégoriques –des vieillards barbus- datent de 1715. Celle de gauche, œuvre de Jean Dekinder (1675-1739), représente la Meuse. Son bras droit repose sur une urne qui représente la source du fleuve et, de sa main gauche, elle tient un objet, placé derrière ses deux jambes. Celle de droite, œuvre de Pierre-Denis Plumier (1688-1721), représente l’Escaut. Ses mains sont libres et le bras gauche de la statue repose sur un enchevêtrement de pierres et de plantes qui, de toute évidence, représente aussi la source de ce fleuve. Les deux figures allégoriques sont encadrées par deux putti qui chevauchent des dauphins et animent la vasque supérieure de leurs jets d’eau.

     

    Les fontaines des Lions Cracheurs.

     

    Passons entre la Meuse et l’Escaut pour ressortir de la cour intérieure de l’Hôtel de Ville. Nous constatons que la façade arrière de ce dernier est agrémenté par deux lions cracheurs. Chacun d’eux est logé dans une niche cintrée pourvu d’un bassin de pierre bleue. De quand datent ces fontaines ? Jusqu’à la fin du 17e siècle, s’élevait à cet endroit l’ancienne halle aux Draps, construite en 1353, de même que la maison du Boterpot, qui s’élevait à côté de la halle aux Draps, au coin de la rue actuelle de la Tête d’Or. Le Boterpot avait un grand dôme bulbeux et la rue de l’Amigo était généralement nommée Boterpotstraat. Cet édifice ne nous est connu que par un seul dessin de la halle aux Draps, que l’on doit à Léon Van Heil le Vieux (15e siècle, Cabinet des Estampes). Au lendemain du bombardement de 1695, on décida d’édifier à la place de l’ancienne halle aux Draps, les bâtiments postérieurs de l’Hôtel de Ville de Bruxelles, soit un édifice en « U » qui s’unit aux deux ailes dudit Hôtel de Ville. Ce nouvel édifice encadrait la cour intérieure, incluant les statues allégoriques de la Meuse et de l’Escaut, et intégrait, dans sa façade donnant sur la rue de l’Amigo, les deux lions cracheurs précités.

    lion.jpg

    Photo de Pierrot Heymbeeck (2017)

    Ces lions sont toutefois antérieurs à la construction du nouvel édifice. En effet, leur origine remonte au 14e siècle, soit à l’époque de la construction de l’Hôtel de Ville. L’origine de l’eau qui s’écoule de leur gueule alimente encore bien des polémiques entre historiens. Pour les uns, un lion crachait l’eau provenant de la Montagne des Géants, l’autre du « quartier de Bruxelles ». Pour les autres, l’eau était captée dans le quartier des Alexiens et jaillissait dans la fontaine de la cour d’honneur, pour réapparaître dans la gueule des lions. Aujourd’hui, l’eau qui s’écoule des deux lions provient de l’eau de la ville. Et ces étranges anneaux dont ils sont flanqués, que représentent-ils ? Eh bien ils rappellent le temps où des gobelets étaient attachés aux fontaines, tout simplement !

     

    La fontaine Le Cracheur.

     

    L’une des plus anciennes fontaines bruxelloises, à l’aspect de triton (au sens mythologique du terme), se situe au n°57 de la rue des Pierres (coin de la rue des Pierres et de la rue Marché-au-Charbon). Jadis, son eau coulait du Coudenberg et elle était déjà connue au 14e siècle sous le nom de « Fontaine bleue ». A l’origine, notre cracheur était adossé au Boterpot, déjà évoqué au point précédent et qui servait vraisemblablement de dépôt d’archives. Et donc, comme ce dernier et les archives de la Ville qu’il contenait, il fit les frais du bombardement de 1695.

     

    La Ville de Bruxelles devait partiellement la restaurer en 1704, puis en 1786 :

     

    « La fontaine bleue était composée de plusieurs grandes coquilles, dans lesquelles tombaient de nombreux filets d’eau jaillissant d’un corps d’architecture assez remarquable. La maison ayant beaucoup souffert du bombardement, on remplaça la fontaine par un simple jet sortant d’un mascaron. En 1786, on l’orna d’un triton saillant, à mi-corps et entouré de joncs ; de là son nom de fontaine du Cracheur. » (Bochart).

     

    le Cracheur.jpg

    Photo de Pierrot Heymbeeck (2012)

     

    « La fontaine qui crache son eau claire au coin de la rue des Pierres n’a pas toujours eu l’aspect que nous lui connaissons. Ce triton généreux qui jaillit à mi-corps parmi les joncs fut placé là par Fisco, architecte de la Vill, en 1786. Il y a détrôné un mascaron qui y avait remplacé lui-même plusieurs coquilles de pierre connue depuis le XIVe siècle sous le nom de « Fontaine Bleue » ou « Fontaine derrière la Halle. » (Renoy).

     

    Mais qui peut donc bien être cet étrange triton cracheur ? La légende rapporte que des bourgeois de Bruxelles, constatant la disparition de leur fils matelot, se mirent à sa recherche. Ils le trouvèrent mort en ces lieux. Il fut dit qu’il avait par trop abusé du vin qui jaillissait des seins des Trois Pucelles de la fontaine du même nom et située non loin de là (au carrefour des rues du Marché-aux-Herbes, du Marché-aux-Poulets, des Fripiers et de l’actuelle rue de Tabora) ! En mémoire de leur fils, ces riches bourgeois firent ériger la fontaine du Cracheur à titre de monument expiatoire de leur malheur.

     

    Autres fontaines de la Grand-Place et de ses environs.

     

    Nous avons évoqué, dans un texte précédent, la fontaine d’Egmont et de Hornes qui se dressait jadis devant la Maison du Roi, de même que la fontaine éphémère édifiée sur la Grand Place, pour la célébration du 25e anniversaire du règne de Léopold Ier :

     

    http://bruxellesanecdotique.skynetblogs.be/archive/2017/01/29/fontaines-de-bruxelles-8695024.html

     

    Afin de compléter notre information, rappelons que, « plusieurs autres fontaines, parmi les plus anciennes comme celle de la rue des Foulons (Vollestraat) sont profondément modifiées et sont ornées de décors en métal, parfois même sous la forme de statues, figurant saint Michel (au Marché-aux-Herbes) ou sainte Gudule (fontaine de Magnus au Marché-au-Bois), pouvant être rehaussées d’or. L’une d’entre elles, celle du Marché aux Herbes, aussi appelée fontaine des Satyres, était d’ailleurs l’œuvre [de] Duquesnoy. Manneken Pis était donc en bonne compagnie ! Le motif des fontaines anthropomorphes n’était pas –on l’a vu- étranger à Bruxelles : les Trois Pucelles, le Cracheur, mais aussi la grande fontaine de la Grand-Place, du XVIe siècle [ndr : 1564], ornée de trois femmes et quatre hommes particulièrement dénudés (ces décors, s’ils ont été réalisés, semblent avoir déjà disparu avant 1615) ». (Manneken Pis – Dans tous ses états).

     

    Au sujet de la rue des Foulons, telle que nous la connaissons aujourd’hui, soulignons, à la suite de Jean d’Osta, que « cette rue est perpendiculaire au boulevard Lemmonnier, 143-145, et aboutit au boulevard du Midi, près de la porte d’Anderlecht. Elle mesure 320 m, mais elle était plus longue lors de sa création en 1860, car elle occupait une partie de l’actuelle rue Vander Weyden, jusqu’au chemin de fer qui est devenu plus tard la rue de Stalingrad. » (Jean d’Osta)

     

    Il s’agit toutefois de ne pas confondre cette « rue des Foulons » (l’actuelle) avec celle qui existait déjà à Bruxelles, au 13e siècle, à l’intérieur de la première enceinte. Un cartulaire la nomme en 1303 Volrestrate prope Stoefstrate (« la rue des Foulons près de la rue de l’Etuve »). Comme des usuriers lombards habitaient cette rue, cette rue fut appelée par le peuple de Bruxelles (du moins par sa composante romane), la « rue du Lombard » (qui n’est autre que l’actuelle « rue du Lombard »), même si les Bruxellois de langue thioise restèrent fidèles plus longtemps à l’appellation d’origine : Volderstroet, Volderstraet, Volrestraete, Volrestroet, puis, par corruption, Vollestroet et finalement, Vollestraat.

     

    La rue des Foulons actuelle ne sera tracée qu’en 1860, sur le Voldersbreempd (Pré aux Foulons) qui, dès l’époque médiévale « avait été la résidence de nombreux ouvriers qui « foulaient » la laine pour en faire du feutre, industrie qui nécessitait beaucoup de trempages, dans la Senne proche, et de séchage au soleil, sur les prés. » (Jean d’Osta). Même si elle ne semble pas avoir laissé de traces, le fait qu’une fontaine ait existé à cet endroit au fil des siècles, ne doit donc pas nous étonner : le besoin vital en eau de l’industrie de la laine peut largement l’expliquer. Au fait, connaissez-vous le nom humoristique que certains Bruxellois ont parfois donné à la rue des Foulons ? La Langezottestroet… Littéralement : « la rue des Fous Longs » !

     

    On remarquera d’ailleurs qu’à peu de distance de la rue des Foulons , existe une « rue de la Fontaine » qui « prend son nom d’une fontaine qui traversait naguère les prairies de la fabrique de M. Basse, et qui aujourd’hui alimente l’école de natation fondée par M. Tallois : c’est la première école de ce genre qu’on ait vue à Bruxelles » (Eug. Bochart) Décidément, que d’eau, que d’eau ! 

     

    « La rue de la Fontaine doit son nom à une source jaillissante, qui se trouvait dans le domaine de M. Basse (à peu près au n°19 ou 21 de la rue) et qui était utilisée pour le lavage de la teinture des tissus. Dans les années 1860, cette fontaine alimentait la piscine de l’Ecole de natation créée par M. Tallois, la première du genre à Bruxelles. » (Jean d’Osta)

     

    Eric TIMMERMANS.

     

    Sources : « La Meuse et l’Escaut », http://lemuseedeleauetdelafontaine.be / Dictionnaire historique des rues, places…de Bruxelles, Eug. Bochart (1857), Editions Culture et Civilisation, 1981, p. 200, 226 / « La Meuse et l’Escaut », http://joch.over-blog.com/ / « L’Hôtel de Ville de Bruxelles », Y. Jacqmin et Q. Demeure, Historia Bruxellae, Musée de la Ville de Bruxelles, 2011, p. 18 / « Dictionnaire historique et anecdotique des rues de Bruxelles », Jean d’Osta, Le Livre, 1995, p. 15, 126-127, 174, 186 / « Fontaine Les Lions cracheurs », http://www.ebru.be / « Dictionnaire historique des rues, places…de Bruxelles », Eug. Bochart (1857), Editions Culture et Civilisation, 1981, p.393 / Ilot Sacré, Georges Renoy, Rossel – Bruxelles Vécu, 1981, p.95 / « Fontaine Le Cracheur », http://www.ebru.be / « Manneken Pis - Dans tous ses états », M. Couvreur, A. Deknop, Th. Symons, Historia Bruxellae, Musée de la Ville de Bruxelles, 2005, p.27-28.