Foire du Midi

  • Musée SPITZNER

     

    Spitzner.jpg


    Photo
    1

     Qui se souvient ?

     

    Jeune-femme.jpg
    Photo 2

     

    affiche2.jpg
    Photo
    3

     

    Jumeau.jpg
    Photo
    4

     

    venus-de-l'amour.jpg
    Photo
    5

     

    madame.jpg
    Photo
    6

    La veuve SPITZNER en 1932 

     

     

    Le Musée "SPITZNER", était universellement connu, si célèbre que l’hebdomadaire que LE POURQUOI-PAS ? Croqua sur sa page de couverture, le 27 juillet 1932, Madame Spitzner.

     

    Alors la vénérable veuve du fondateur du musée ambulant d’anatomie créé à Paris en 1856, dans une maison fixe, puis devenu forain, et mort  en juillet 1896, quelques jours précisément avant l’ouverture de la foire du Midi.

     

    Son musée  y était venu dès les débuts faire ses effrayantes exhibitions de vrais crânes, de vrais tibias, d’authentiques armatures calcaires de bimanes et de quadrumanes.

     

    Dans des salles garnies de toiles peintes, représentants des chirurgiens réalisant des opérations d’un réalisme effrayant.

     

    Ce que l’article du Pourquoi -Pas de 1932 ne dit pas, toutefois, c’est que le musée SPITZNER pris feu en août 1886.En quelques secondes toute la baraque flambait, mais sous les yeux de la foule le sous-officier des sapeurs pompier Victor Rousseau parvint à éviter la propagation du feu à la baraque voisine, la "friture FRITZ". Tout de même grâce à l’arrivée des pompiers du poste spécial du boulevard du Midi, quelques pièces anatomiques et l’orchestrions ont pu être arrachées aux flammes et transportées à la ménagerie Rodenbach.

     

    Un siècle plus tard, en juin 1985, la collection de cire du musée aboutissait dans un entrepôt Parisien.

    Extrait du volume 2 – BRUXELLES 1000 – une Histoire Capitale. (1997)

  • Bruxelles

     

    Bruxelles

     La foire de Bruxelles
    idée de Jef Slagmulder

     

     

    1 texte.jpg

     

     

    Gare du Midi.jpg
    Photo 1

     

     

     

    2 texte.jpg

    Chevaux ketje.jpg

    Photo 2

     

     

    3 texte.jpg

     

    chevaux de bois.jpg
    Photo 3

     

    4 texte fin.jpg

     

     

    Foire.jpg

    Le Musée SPITZNER en 1910

     

     

    Numériser0002.jpg

     Les Chevaux de Bois 1890

     

    Numériser0003.jpg

     Les Chevaux de Bois 1950

     

    Numériser0001.jpg

     

     La "chenille" à la kermesse de Bruxelles (1890)


    balançoire.jpg
    La Balançoire



    1.jpg

    La foire sur le Boulevard du Midi - années 50.


    megeve.jpg

  • La Foire de Bruxelles

     La Foire du Midi
    Photos extraites du Livre la Foire du Midi
    Ouvrage réalisé à l'occasion des 125 ans de la Foire du Midi
    Art & Editions.
    Merci à Jef Slagmulder.

     

    foire-1.jpg

     Photo 1

     

     

    foire-2.jpg

    Photo 2

     

     

    foire-3.jpg

    Photo 3

     

     

    foire-4.jpg

    Photo 4

     

     

    foire-5.jpg

     Photo 5

     

     

    foire-6.jpg

     Photo 6

     

     

    foire-7.jpg

    Photo 7

     

     

    foire-8.jpg

     Photo 8

     

     

    foire-9.jpg

    Photo 9

     

     

     

    10.jpg

     Photo 10

     

     

    10.jpg

     Photo 11

     

    foire-11.jpg

    Photo 12

     

     

    hommes-du-bac-2.jpg

    Photo 13

     

     

    foire-12.jpg

    Photo 14 

     

    foire-3.jpg

     Photo 15

     

     

    Foire-1.jpg

    Photo 16

     

    foire-1.jpg

    Photo 17

     

    foire-3.jpg

    Photo 18

     

     

    foire-4.jpg

     Photo 19

     

    foire-5.jpg

    Photo 20

     

  • Louis Dotremont

     

     

    louis.jpg

     

    loulou.jpg
    Photo
    de Jeanke

    A 1 - Loulou, A 2- Tillemans, A 3 - Pierre Roels (papa) et ???

     

     

    Faire-part.jpg

     Pour lire un clic de la souris sur l'image.

     

     

    Nos sincères condoléances
    à Paula et Véronique

     

    De la part de

    Jeannine Heymbeeck
    Philomène Heymbeeck
    Pierrot Heymbeeck

     

     

    forain.jpg
    Photo - Pierrot Heymbeeck
    15 octobre 2011

     

  • Les Kermesses

     

    foire.jpg

    Affiche de Médard Tytgat. 

     

    Le dimanche après la Pentecôte, s’ouvrait la kermesse de Notre-Dame de la Chapelle, ‘De Schollekermis’.

    Comme toutes les fêtes elle débutait par une messe. Les baures des environ venaient offrir à la Vierge de petits sacs de farine blanche pour les protéger contre une maladie des yeux.
    Après cela commençait la tournée des Stameneis. Les patrons offraient gratuitement à cette occasion de petits morceaux de ‘Scholle’. Cette plie salée et séchée au vent, donnait très soif*, ce qui avait comme conséquence de faire couler la bière à flots. Les rires devenaient gras à mesure que la boisson montait à la tête.

    Même ambiance à la Kermesse de Notre-Dame-au-Rouge dans le quartier de la rue d’Anderlecht quelques semaines plus tard. Mais parmi toutes, la foire du Midi a le mieux survécu. Depuis 1880 elle s’ouvre traditionnellement le week-end qui suit le 13 juillet  sur le boulevard extérieur de la Porte de Hal à la Porte d’Anderlecht.

    Le mardi de la grande kermesse, les familles bruxelloises, marolliennes pour la grande majorité, se rendaient dans le vallon du 'Vossegat' à Forest. Les familles s’installaient sur les vastes étendues herbeuses et mangeaient sur l’herbe. Dans l’après-midi, les enfants se tenaient enlacés et faisaient des ‘Rolleke bolleke’. A la tombée du jour, lorsque les familles étaient rentrées chez elle, hommes et femmes de tout âge firent de même. Cela pris rapidement des tournures, libertines. Cette coutume devient  à ce point scandaleuse que les autorités furent obligée de la supprimer vers les années 1834.

    * Moins que le boling.

     

     

    foire-2.jpg

     

     Planche extraite de l'album de gravures de Madou intitulé 'Souvenirs de Bruxelles'
    représentant la foire sur la Grand-Place. (AVB)

     

     

    Numériser0001.jpg
    "Scholle"