Album Photos - Page 2

  • Oltimers à Bruxelles

    Oltimers à Bruxelles.


    Pourquoi ce titre et quel rapport avec Bruxelles ?

    Eh bien ce sont des motos et voitures de la famille qui , à partir des années 1950 , ont toutes comme particularités d'avoir  usés leurs pneus et leurs carcasses à Bruxelles ... il y a bien longtemps déjà !

    J'ai volontairement arrêté la liste en 1969 (à part la RN 18) après , les voitures contemporaines n'ayant pas le même intérêt.

    On pourrait aussi s'amuser à découvrir quelles sont les marques de ces motos... pour les autos ça va !

    Voitures



    Voitures1

     



     CHEVROLET Bel Air 1948 // STANDARD Vanguard 1952

     WANDERER 1935 // OLSOMOBILE Eight 1937 // MERCEDES 170 D de 1949

     Voitures2


     ROOVER P2 1947 ( en partie  ) // CHEVROLET Bel Air 1952
     
     CHEVROLET Bel Air 1948 // RENAULT 4 CV 1948 // STANDARD Vanguard 1952

     


     

    Voitures3


    SKODA Tudor 1951 // ???

    PANHARD 1957 // RENAULT 4CV 1948

     




    Voitures5


    PANHARD 1957 // DAF  600 1959 // CITROEN 2 CV

    RENAULT 4 1969 // CITROEN AMI 6 1964 avec RENAULT DAUPHINE 1961


    Voitures6


    PEUGEOT 403 Break Diesel 1962 // SKODA 1000 MB 1964

    Photos et textes d'André COLARD



    RENAULT 16 TL 1966 // RENAULT 18 TS 1977

  • Lang susse

    LANGE SUSSE

     

    Je suis certain que vous avez connu ce "showman" qui réglait la circulation à Bruxelles.
     
    Il s'appelait François Rowies et était à la retraite lorsqu'il nous a quitté le 10 octobre 2008 et depuis
    la rue Belliard pleure son agent de police Bruxellois. 
     
    Surnommé"Lange Susse",  l'agent de circulation était connu pour son style.....à part!

    police
    Photo 1

     

     

    Du milieu de son "carrefour ", au croisement de la rue Belliard et de l'avenue des Arts,
    il a dirigé, pendant de nombreuses années, le flux des navetteurs vers la bonne bande.
     
    Il imposait le respect: pas en nombre de PV mais bien par ses gestes, grimaces et mimiques inoubliables...

    Jef Slagmulder.

    +-+-+-+-+-

     

    jef slagmulder,freddy hoebeeck
    Photo a

     

    jef slagmulder,freddy hoebeeck
    Photo B

    jef slagmulder,freddy hoebeeck
    Photo C

    jef slagmulder,freddy hoebeeck
    Photo D

    Fred1

    Photo 2

    Mon Ami

     

    Francois Rowies dit "le Lange Susse" un bruxellois était un ami d'enfance , nous avons été à la même école 10 rue de rollebeek , nous avions la même plaine de jeux place du sablon et aussi derrière l'église du sablon , là on faisait parfois le " le vager " pourchassé par le sacristain !!!
    Enfin malgré tout nous étions des braaaave ket en comparaison de ceux de nos jours !!

    Il était un excellent joueur de balle pelote et faisait partie de l'équipe du sablon qui était souvent championne.Plus tard je l'ai rencontré à la police , moi motard lui à la brigade circulation , job qu'il prit à coeur a bien faire .
    Un jour un journal fit un reportage avec photos et le surnomma ''le de funès bruxellois '' ... cette publicité ne plut pas à un grand chef et du jour au lendemain hop notre susse est parti pour un autre carrefour.

    L'aventure fut de courte durée car les habitués du coin , les grands politiques , ministres et autres donnèrent probablement un petit coup de fil et hop , voilà notre Susse à nouveau en place au carrefour "arts belliard"

    Etant motard , j'avais l'occasion de le voir à l'oeuvre je peux vous assurer qu'on lui souriait beaucoup et on le saluait , bref on le trouvait le woudt (flic) le plus sympathique ... que moi avec mon air sévère en plus motard pas trop aimé des automobilistes , enfin comme on dit il y a des bons et des mauvais partout et il faut de tout pour faire un monde.

    Susse , ne m'en veux pas trop pour ce que je viens de raconter.

    Ton ami Freddy de la rue de la samaritaine

    Commentaire de Freddy Hoebeeck

    Fred

    Photo 3

  • Le Livreur de Pain


     

     

    Le livreur à la Bourse
    Photo 1
    A droite le Livreur

     

     

    livreur en 1919
    Photo 2
    le Livreur au repos

    Mon grand-père maternel, photos lorsqu'il travaillait comme livreur (chez un boulanger) de pains et pâtisseries et ce en 1919


     

    grand père de jefvandevossestrout
    Photo 3

     

    Soldat Belge
    Photo 4

    Le "bompa" de Jef Slagmulder en Soldat

     

    galerie du nord
    Photo 5
    Le Passage du Nord

     

    La Maman de Jef sur le Bd Adolphe MAX
    Photo 6

     

    La Maman et la sœur de Jef, sur le Boulevard Adolphe MAX, à la hauteur du Passage du Nord

     +-+-+-+-+-

     

    Photo de Guillaume 1931
    Photo 7

    La marchande de scholle et le cocher de fiacre en 1931

     

    Merci Guillaume Kekenbosch
    Photo 8

     

    Canal de Willebroek, quai du Charbonnage.

    Débarquement et ventes de moules en 1931 Les moules se mangent au bord du trottoir à toute heure du jour, comme friandise.

     

    1931 merci Guillaume
    Photo 9

    Canal de Charleroi en 1931
    déchargement du Coke

     

    Marché aux Poissons
    Photo 10

    Marché aux Poissons en 1930

    Numériser0004
    Photo 11

     

    La marchande de loques "vodden en biene" devant l'église Saint-Nicolas.

    Tous les jours on entendait son cri, elle tirait sa charge, pareille au cheval qui la suit, longeant les murs des églises et les portes closes des grandes maisons.


     

    Gilbertus

    Photo 12

    La Maison GILLEBERTUS

    Rue de la Voirie, située près du quai aux Barques, la rue ne changera pas seulement d'aspect, mais aussi de nom. Après la guerre de 14-18, elle sera rebaptisée rue du Barchon.

     

     

  • Pierre Henri Philippon

    Pierre Henri PHILIPPON

     

    Pierre Henri Philippon 1
    Photo 1

     

     Barbe Torcq1
    PHOTO 2

    Barbe Torcq,
    La grand mère de Charles

     

    famille philippon grand parent et enfants
    Photo 3
     

     

     

     

    Oncle Jérôme
    Photo 4

     

    La photo est celle de mon père, à droite et haut en regardant la photo .
    La photo à été prise lors de fête dans un camp de prisonnier , mon père chantait admirablement bien (1941 ) .
    Ecrit par Charles Philippon

     

     

    pierre henri philippon
    Photo 5

    Yann Mintiens  tout à droite, il s'agirait d'Henri Philippon, et à genoux, son frère Jérôme qui aurait tenu le café l'Arlequin rue de la Samaritaine... A l'extrème gauche, c'est mon arrière-grand-père.

     

  • Andrée Bolsius

    Andrée BOLSIUS
    For Ever !

     

     

    1 - A. Bolius

    Tableau n° 1

    Et la lumière fut ! la porte du destin est largement ouverte vers la liberté d’expression, l’artiste va prendre définitivement son envol avec un dernier regard sur ce passé si lourd de souvenirs…
    On remarquera que les deux battants sont très largement ouverts car déjà, oui déjà son talent a du mal à passer…

     

    2 - A. Bolsius

     Tableau n° 2

    Les débuts sont très durs, l’avenir est sombre mais l’artiste ne vit que pour et par son art malheureusement il ne lui reste plus que 4 tubes de couleur soit le noir, le rouge, l’orange, le jaune et un peu de vert mais dans un ultime sursaut de génie prémonitoire – un spasme ultime, elle paraphe -- rageuse -cette œuvre magistrale qui est un cri, un cri d’écorchée vive…

     

     3 - A. Bolsius

     Tableau n° 3


    C’est l’aube, la naissance d’un nouveau style, car maintenant la maîtrise de son pinceau est affolante dans cet alignement implacable de maisons. Les fenêtres nous juge sans concessions. C’est poignant. Le ton vert est au rendez-vous, le ciel s’éclaircit et la tour de l’église taquine le ciel. On sait, on sent que ce talent trop longtemps contenu va exploser dans un torrent de couleur.

     

    4 - A. Bolius

     

    Tableau n° 4

    C’est l’embrasement total -- le feu d’artifice qui couvait à jailli, le feu est partout, du rouge, du rouge, partout et encore du rouge… c’est la générosité monstrueuse, la richesse inégalée, l’intensité de ce « rouge » qui colore ces fruits cramoisis de plaisir !, depuis ce « rouge » est dénommé « le rouge Andrée BOLSIUS ».

     

    5 - A. Bolius

    Tableau n° 5

    Le pinceau prend la pause et tente de nous égarer après tant d’audace et de maestria débridées. Le génie se régénère encore et encore pour mieux nous surprendre dans notre subconscient. Gare au choc frontal

    6 - A. Bolius

     

    Tableau n° 6


    Les tons rouilles/rouges sont présentés comme rempart mais généreusement l’artiste a accordé un pont afin de donner l’espoir d’accéder au monde éthéré qui séjourne dans cette demeure.

     

    7 - A. Bolsius

     

    Tableau n°7

    La petite chapelle où vient tous les jours se recueillir le mari de l’artiste. Que vient-il demander ? Mystère. Mais l’artiste veille et répond par un arbre tordu, tordu par un rire métaphysique.

     

    8 - A. Bolius

    Tableau n° 8

    Revenant avec des pieds de plomb et…par l’arrière de la maison (quitte à marcher dans l’eau..) le mari de l’artiste se bat la coulpe. Il est crucifié par les fulgurances incessantes de l’artiste et se demande avec une appréhension toute cartésienne « est-ce qu’ ELLE a fait à bouf… ce soir ? ». 

     

    DSC00910[1]

     

    Tableau n° 9

    Cette toile exceptionnelle est visible actuellement au musée GUGGENHEIM de NEW YORK. Le tableau date de la période « bakan gienem bal nemi » avec très peu de tons différents. On reconnaît le lac d’ Hofstade qui expérimentait la mytiliculture (élevage des moules). Un œil exercé apercevra suivant les jours... un canard dans les hautes herbes et un pédalo retourné dans le lac !

    DSC01113[1]

     

    Tableau n° 10

    Le bouquet final, l’envol majestueux tel un phénix vers le large. L’artiste s’est apaisée, elle conjugue avec le ciel et l’océan. Seul à présent l’infini en toutes choses narguera la palette de l’artiste. Pour nous cette sidérale traversée dans l’univers de l’artiste a été ô combien passionnante voire haletante.
    C’est pantelant et soumis que désormais on pourra faire des songes en…technicolor.
    Écrit par : Gilbert Delepeleer le 03 juillet 2009