Fontaines de Bruxelles (8)

 

FONTAINES BRUXELLOISES (8) :

 

 

FONTAINES DE BROUCKERE 

 


La fontaine Charles De Brouckère.

 
 
Situation actuelle : Assez naturellement, vous pourriez vous dire : "allons donc visiter cette fontaine De Brouckère qui, bien évidemment, doit se situer à la place De Brouckère". Eh bien pas du tout ! S'il a bien existé un jour une fontaine à la place De Brouckère, il s'agissait de la fontaine Anspach - déplacée et reconstruite Quai aux Briques et Quai au Bois à Brûler, entre 1973 et 1981- que nous évoquons dans notre texte consacré à ce bourgmestre de Bruxelles

( http://bruxellesanecdotique.skynetblogs.be/archive/2017//02/25/fontaines-de-bruxelles-8704275.html ).
 
Mais, me direz-vous, s'il n'y a jamais eu de fontaine De Brouckère à la place De Brouckère, où donc est-elle située ? Eh bien...au square Palfijn, à Laeken, en face du stade roi Baudouin. Mais seulement depuis 1977, car cette fontaine fut également déménagée : son emplacement d'origine était...la Porte de Namur !
 

1.jpeg

Description : Comme nous le verrons, Charles De Brouckère fut bourgmestre de Bruxelles, de 1848 à 1860. Le 12 octobre 1866, une fontaine, dessinée par Henri Beyaert et sculptée par Edouard Fiers, lui fut dédiée et fut érigée à la Porte de Namur. "Ses côtés latéraux sont flanqués de deux groupes en marbre blanc, Neptune et Amphitrite, qui conduisent des dauphins attelés à leur char. Neptune, dieu de la mer, tient un trident, sceptre du monde. Amphitrite, son épouse, porte un sceptre d'or. Un groupe de trois enfants, jetant des couronnes, surmonte le monument. Ce groupe est dû au sculpteur Pierre-Louis Dunion. Les mascarons cracheurs et le reste de l'ornementation plastique sont de Georges Houtston.
 
Sur la face principale apparaît le buste en marbre blanc de l'ancien bourgmestre.
A l'arrière, on peut lire sur une tablette de marbre blanc les différentes fonctions qu'il exerça durant sa vie et la liste des distinctions honorifiques qu'il reçut." (www.lemuseedeleauetdelafontaine.be )
 
Historique : Comme nous l'avons vu, la fontaine De Brouckère fut érigée à la Porte de Namur, en 1866. Elle devait y rester 89 ans. En 1955, on réaménagea la Porte de Namur et on entreprit des travaux sur la petite ceinture (tracé de la 2ème enceinte) pour l'Exposition universelle de 1958.

A cette occasion, la fontaine De Brouckère fut démontée. Mais ce n'est qu'en 1977 qu'elle fut reconstruite à Laeken, au square Palfijn, en face du stade Roi Baudouin.
 

1.jpeg

 

Le bourgmestre Charles De Brouckère :

 

1.jpeg

Charles-Marie-Joseph-Ghislain de Brouckère
 
 
Charles De Brouckère est né à Bruges, le 18 janvier 1796, sous la Première République, dans une famille déjà fortement impliquée dans la vie politique, que ce soit à l'époque autrichienne ou sous le Premier Empire : son père, Charles De Brouckère Senior, fut, notamment, échevin du Franc de Bruges, à l'époque des Pays-Bas autrichiens, puis président de la Cour impériale de Bruxelles (ancêtre de la Cour d'appel) en 1811, sous Napoléon Ier.
 
Né à Bruges, le jeune Charles suivit ses parents à Bruxelles où il y fréquenta le lycée de la ville. Désireux de suivre une carrière militaire, il entra, en 1815, dans l'armée du Royaume Uni des Pays-Bas (1815-1830) en tant que cadet. Promu sous-lieutenant après 15 jours, il fut canonier au 4e bataillon d'artillerie, de 1819 à 1820, jusqu'à devenir lieutenant. En 1820, il donna sa démission pour se consacrer à l'administration publique.
 
En 1830, il se révéla un chaud partisan de la séparation des Pays-Bas du Nord et du Sud, et de la création du Royaume de Belgique. Quoique sympathisant du Royaume de France, il rejeta toute idée de réunion des Pays-Bas méridionaux à la France. Il se consacra à la vie plublique, à l'échelon de l'Etat, durant des années, avant d'obtenir la fonction de conseiller communal à la Ville de Bruxelles, en 1847.

L'année suivante, il était nommé bourgmestre par le roi et le resta jusqu'à sa mort, le 20 avril 1860.

On doit notamment à Charles De Brouckère :

  • - Une réorganisation de la Police et du Corps des sapeurs-pompiers.
    - La mise en place d'un réseau de distribution d'eau potable à domicile, en 1851.
    - L'annexion du quartier Léopold au Pentagone, en 1853.
    - La reconstruction, en 1855, du Théâtre de la Monnaie (détruit par un incendie).
    - La création d'une caisse d'épargne à la faveur des classes moyennes sous garantie de la Ville.
    - Une amélioration du salaire des ouvriers.
Une ombre au tableau toutefois : la destruction de la très vieille Maison de l'Etoile, sur la Grand-Place. En effet, c'est sous le mandat de Charles De Brouckère qu'en 1853, ce lieu très ancien et particulièrement symbolique de la Grand Place de Bruxelles, fut rasé pour permettre le passage d'un tramway à traction chevaline qui...ne vit jamais le jour.
 

1.jpeg

La maison de l'étoile est à droite
Dessin de Ferdinand-Joseph Derons (1729)

 
La Maison de l'Etoile est mentionnée depuis le 13e siècle. Au 14e siècle, elle fut, en tant que "Maison de l'Amman", le théâtre de la geste de l'échevin t'Serclaes (voir notre texte http://bruxellesanecdotique.skynetblogs.be/archive/2012/10/04/t-serclaes.html ).
 
Détruite lors du bombardement de Villeroy, en 1695, elle fut reconstruite, puis à nouveau détruite en 1853 ! Il faudra ensuite attendre l'année 1897, pour la voir reconstruite par l'architecte Adolphe Samyn, à l'initiative du bourgmestre Charles Buls.
 
Eric TIMMERMANS.
Sources : Dictionnaire historique et anecdotique des rues de Bruxelles, Jean d'Osta, Le Livre, 1995 / www.lemuseedeleauetdelafontaine.be
 

Commentaires

  • Bonjour,

    Je tiens à vous remercier pour votre site et le partage de vos connaissances
    que je lis avec beaucoup de plaisir et d'interêt depuis quelque temps déjà sur
    la ville de ma naissance et les souvenirs qui y sont attachés.

    Cordialement,

    Alexis

  • Un grand merci pour vos encouragements ! :-)

Écrire un commentaire

Optionnel