Fontaines de Bruxelles (3)

 

LES FONTAINES DE BRUXELLES (3) :


LE MENNEKEN PIS, WOLTJE ET LE SIEGE DU THEÂTRE DE TOONE…

Deux ketjes, un théâtre et une fontaine… (Pour les termes bruxellois, voir (*) en gras).

Allez, cette fois vous vous dites que le Timmermans là, il est vraiment devenu complètement zot ou qu’il est une fois encore zat pour sortir de pareilles zieverderâ ! Parce que bon, quand même : qu’est-ce que c’est que cette histoire de Menneken Pis –mo wie is da ? Le frère de l’autre, peut-être ?- et qu’est-ce que ça vient faire ici, dans une histoire des fontaines de Bruxelles ? Et l’autre là, le Woltje et son théâtre de Toone, c’est peut-être une fontaine lui aussi, en wa nog ? Mo wa des da voor en stûût ? Astableef !

Eh bien non, je ne suis ni zot ni zat (du moins au moment où j’écris ces lignes !), mais quand on voit comment on traite notre Théâtre de Toone, l’âme de Bruxelles, il y a de quoi se prendre une sérieuse doef et terminer schijle zat au Marais, chez notre ami Yves Moens, en son stameneï de la rue du Marais n°3 (Yves, encore une Corne, astableef) !

Ouvrier2jpg.jpg

Nous vous avons déjà présenté l’histoire de Toone et de son théâtre de marionnettes sur Bruxelles Anecdotique ( http://bruxellesanecdotique.skynetblogs.be/archive/2012/11/17/toone.html ) et nous avions également donné l’alarme lorsqu’en 2016, le politique avait voulu raboter voire supprimer la subvention de Toone ( http://bruxellesanecdotique.skynetblogs.be/archive/2016/02/25/la-victoire-de-woltje-85737599. ).

A cette occasion et malgré une victoire obtenue grâce aux 16.000 signataires de la pétition de soutien à Toone, nous recommandions la plus grande prudence et la plus extrême vigilance : on pouvait s’attendre à d’autres écueils – pour ne pas dire plus…-, de nature peut-être plus sournoise mais aussi plus efficace… En bruxellois, on nomme un sournois haamelaaik et un manipulateur/magouilleur, froesjeler…ceci dit, à des fins strictement didactiques, cela va sans dire…

 

Nouvel assaut contre Toone, immobilier cette fois (ben voyons)…

 

Mais justement, nous ne croyions pas si bien dire… Il suffit de se rendre aujourd’hui à la rue du Marché-aux-Herbes, devant l’impasse Sainte-Pétronille –j’étais au théâtre, avec deux autres supporters de Toone, le samedi 4 mars, pour y voir Cyrano de Bergerac, mo wé, fieu !-, pour comprendre pourquoi Toone est susceptible de déranger, pour ne pas dire qu’il dérange franchement...

Toone-VII---impasse2.jpg

C’est que juste à côté, on est en train de construire un véritable complexe d’appartements, de commerces et de bureaux… Et il semble que d’autres projets du même genre sont prévus dans cette vieille artère bruxelloise, du coup elle-même menacée par le modernisme triomphant. J’imagine le prix d’un nouvel appartement sis à la rue du Marché-aux-Herbes ! On parle aussi, semble-t-il, de l’installation d’une banque…

Orval.2jpg.jpg

Alors on peut penser que certains ne voient dans le Théâtre de Toone qu’un vieux bucht dérangeant, un brol juste bon à mettre au bac ! Oui, mais voilà, il y a toujours Toone VII et VIII – les Géal père et fils donc-, leur équipe, leur supporters, la subvention (pour le moment du moins : à tenir à l’œil !) et les 16.000 signataires de la pétition. Pas facile à déloger ces Toone ! Et en plus, potferdeke de potferdeke, la maison et les arcades géminées de l’impasse ont été classées en 1997, pas moyen de foutre carrément un bulldozer là-dedans !

 

toone.jpg

Toone VII

Qu’à cela ne tienne, ont dû se dire certains, on va contourner l’obstacle, en envahissant la cour intérieure et en coupant pratiquement le Théâtre de la rue Marché-aux-Herbes (n°s 66-68, impasse Sainte-Pétronille). Et voilà Toone et ses marionnettes presque emmurés dans leur théâtre et leur stameneï, avec quasi pour seule issue l’impasse Schuddeveld.

 

Toone-VII---entrée2.jpg

Celle-ci débouche sur la Petite rue des Bouchers (n°23) où le touriste de passage connaîtra bientôt toutes les difficultés possibles, pour peu même qu’il en connaisse l’existence, pour trouver la minuscule impasse Schuddeveld.

Toone-VII---rue2.jpg

De quoi étouffer financièrement le théâtre et le stameneï de Toone ?

 

Toone et l’ADIPB ou la résurrection du Brusseleir !

 

- Bon, allez, Ricske, d’accord, on est de tout cœur avec Toone auquel, disons-le, seuls des smeerlapen peuvent vouloir du mal, mais tu nous as toujours pas dit ce que ce Woltje et ce Menneken Pis viennent faire dans cette histoire ?

- M’enfin, quand même, vous savez pas ça, dommeriks ? Mais Woltje et le Menneken Pis sont deux ketjes de Bruxelles ! Et ensemble ils défendent le Théâtre de Toone ! Woltje est indissociable de Toone, comme le Menneken Pis est indissociable de Bruxelles ! Et comme Toone, c’est l’âme de Bruxelles…

- Oïe, oïe, Ricske, tu nous agaces avec ton Menneken Pis, zenne ! Tu veux dire le « Manneken Pis » ! Dis, fieu,  tu peux pas parler comme un vrai Bruxellois, non ?

- Awel merci ! Heureusement que Pierrot ne vous a pas entendu, zievereirs ! Car là, vous ne feriez pas les fafoules longtemps avec votre histoire de « Manneken Pis » et vous attraperiez fameusement dans votre pantalon de lui ! En na zwaagt en koechkes !

 

Je vais vous expliquer l’histoire du Menneken Pis devenu Manneken Pis, mais auparavant, je vais encore une fois évoquer Toone où la résistance au saccage moderniste et immobilier du Vieux Bruxelles se poursuit avec, notamment, l’aide des étudiants de l’ADIPB (Académie pour la Défense et l’Illustration du Parler Bruxellois). Ce sont des jeunes gens qui travaillent à la préservation et à la promotion du parler bruxellois, du brusseleir quoi ! Durant une soirée, ces étudiants déclament des textes et des sketches en brusseleir. Dès qu’on a le programme, on vous tient au courant !

 

Alors que ceux qui croient pouvoir dire que Toone et ses marionnettes sont kapot arrêtent un peu de faire leur dikkenek, avec leur zuur smoel qui semble dire à tout le monde qu’ils peuvent faire de leur jan comme ils veulent à Bruxelles ! Et qu’ils se le tiennent pour dit : Woltje est toujours debout et bien debout ! Non, peut-être ! En dat in a kas !

 

(*) Petit lexique bruxellois pour la compréhension du texte :

 

- Astableef : S’il te plait ! Peut être utilisé dans le sens d’un remerciement, mais peut aussi être utilisé comme exclamation signifiant : « mais que va-t-on encore essayer de me faire croire » ou « non, mais ils ne doutent de rien, vraiment ! ».

- Attraper dans son pantalon : Se faire réprimander.

- Awel merci ! : Eh bien, merci ! Dans le sens : « eh bien, c’est du propre, ça alors ! ».

- Bac : Poubelle. « In de bac », dans la poubelle.

- Brol : Machin, truc.

- Brusseleir : Bruxellois parlant le dialecte bruxellois. Aussi utilisé comme qualificatif : ce qui est « brusseleir ».

- Bucht : Vieilleries, rebut.

- Dikkenek : « Gros cou », prétentieux.

- Doef : Cuite.

- Dommerik : Idiot.

- En dat in a kas ! : « Et ça dans ton armoire/dans ta caisse ! ». Signifie : « Prends ça ! Voilà pour ta pomme ! ».

- En na… : Et maintenant…

- En wa nog ? : « Et quoi encore ? », dans l’idée « mais qu’est-ce qu’ils vont encore aller chercher, faire ».

- Fafoule : Trublion, agité.

- Faire de son Jan : Faire le malin, se croire tout permis.

- Fieu : Vieux, dans le sens « dis, mon vieux.. »

- Froesjeler : Magouilleur, manipulateur.

- Haamelaaik : Hypocrite, sournois.

- Ketje (s) : Petit garçon, genre de Gavroche bruxellois ; sans le diminutif, un ket.

- Koechkes : Se tenir coi, tranquille.

- Mo wé : Mais oui.

- Mo wa des da na voor een stûût ? : « Mais c’est quoi ça maintenant pour une histoire ? ».

- Mo wie is da ? : “Mais qui est ça ?”, mais qui est-ce donc ?

- Oïe, oïe ! : Peut exprimer divers états d’esprit, qui vont de l’embarras à la lassitude, ne passant par l’étonnement, l’exaspération et l’aveu d’impuissance.

- Potferdeke : Nom d’une pipe.

- Ricske : Diminutif d’Eric.

- Schijle Zat : Complètement saoûl.

- Smeerlapen : Saligauds.

- Stameneï : Estaminet.

- Stuut : Un événement d’apparence invraisemblable.

- Zat : Saoûl.

- Zenne : Hein ! Sais-tu ! Tu sais !

- Zievereirs : Radoteurs, des gens qui racontent des sottises.

- Zieverderââ : Sottises.

- Zot : Fou.

- Zuur Smoel : « Figure de vinaigre », visage antipathique.

- Zwaagt ! : Se taire, « boucle(z)-la ! ».

 

Pour en savoir plus sur les termes et les tournures de phrase en bruxellois (thiois ou/et francophone) :

 

http://bruxellesanecdotique.skynetblogs.be/archive/2013/09/25/lexique-de-termes-bruxellois-7935190.html

 

http://bruxellesanecdotique.skynetblogs.be/archive/2012/09/27/tournures-de-phrases-et-expressions-courantes-à-bruxelles.html

 

Quand Brusseleirs et Bruxellois défendent leur ville ensemble.

 

Un jour que je me trouvais dans un restaurant thaïlandais d’Etterbeek, j’en vins à discuter avec quatre jeunes filles qui me dirent être originaires de divers pays d’Europe centrale, Union européenne oblige. Et elles me demandèrent d’où j’étais moi-même originaire. A quoi je leur répondis, non sans une petite pointe de zwanze (forme d’humour bruxellois) : « moi, je suis un Native ! » (à la manière des Amérindiens !). Et elles de s’exclamer, apparemment ravies de cette découverte ethnologique,  que c’était bien rare d’en rencontrer !

 

Partant de cette amusante anecdote et au vu de ce qu’est Bruxelles aujourd’hui (sans parler de ce que notre ville est en train de devenir, passons…), peut-être vous direz-vous que savoir si le nom du « plus ancien bourgeois de Bruxelles » (dans le sens d’habitant, natif de Bruxelles-Pentagone), comme on l’a parfois appelé jadis, doit se prononcer Menneken Pis ou Manneken Pis, n’a plus vraiment ni sens, ni importance.

 

Si « Bruxelles Anecdotique », le blog de notre ami Pierrot Heymbeeck, sans qui nous ne pourrions apporter notre petite pierre à la préservation de l’ancienne mémoire bruxelloise, était un blog sociologique ou faisant la promotion de l’art contemporain, peut-être auriez-vous raison, encore que… Mais le blog «Bruxelles Anecdotique » a pour but de préserver la mémoire du Vieux Bruxelles et de faire connaître une image spécifiquement bruxelloise, enracinée, de notre ville et, dans ce cas, lorsque j’évoque le Manneken Pis, Pierrot a parfaitement raison de me reprendre en me disant : « Non, mille fois non, men, les vrais bruxellois disent « Menneken Pis », et non « Manneken Pis » qui est une prononciation flamande, voire néerlandaise, reprise par les Belges francophones et les touristes ! » 

 

http://bruxellesanecdotique.skynetblogs.be/archive/2009/08/21/menneke-pis.html

 

La fontaine du Menneken Pis.

 

De fait, même si l’on ne peut plus, de nos jours, limiter la notion de « vrais Bruxellois », aux seuls Brusseleirs (natifs de Bruxelles parlant le bruxellois thiois), susceptibles de constituer, aujourd’hui, une découverte ethnologique ( !) bien plus rare encore que le Bruxellois francophone que je suis, il n’en n’est pas moins vrai que la remarque de Pierrot est pertinente.

 

Nous allons donc suivre brièvement la trace de notre Ma… Menneken Pis –que l’on prononce généralement Menneke Pis (« mais-ne-ke-pisse »)- à travers les âges, histoire de faire mieux comprendre au lecteur l’évolution de la population de Bruxelles, au cours des siècles, notamment du point de vue linguistique (mais sans entrer, je vous rassure, dans je ne sais quelles querelles politico-communautaires typiquement belges donc nous n’avons que faire ici, au moins allons-nous tenter d’éviter l’écueil !).

 

Notre ketje de Bruxelles sera donc, en quelque sorte, notre guide ! Mais d’abord, rappelons que le Menneken Pis est une fontaine dont l’origine, il est vrai, est quelque peu obscure. Nous n’allons toutefois pas refaire tout l’historique du Menneken Pis, vu que nous avons déjà écrit abondamment sur lui :

 

http://bruxellesanecdotique.skynetblogs.be/archive/2014/04/21/menneken-pis.html

 

On ne sait à quelle date exacte le Menneken Pis « s’est établi » à Bruxelles, mais on sait que les fontaines reprenant les thèmes du personnage urinant (adulte ou enfant), du crachat, de la lactation et de la blessure qui saigne remontent à l’Antiquité. Non-loin du Menneken Pis, on trouve d’ailleurs la fontaine du Cracheur et jadis, existait aussi une fontaine des Trois Pucelles dont l’eau jaillissait des seins de plusieurs personnages féminins. Mais nous traiterons le cas de ces fontaines dans d’autres articles. On peut aussi citer le cas, sans en tirer pour autant des conclusions ésotériques, d’une figure alchimique (Jung), l’Urina puerorum, soit l’ « urine de l’enfant » qui, de toute évidence, renvoie à l’idée de fontaine de jouvence.

 

Il semble qu’un Menneken Pis existait déjà à Bruxelles en 1388. Un texte datant de cette époque signale l’existence d’une petite statuette de pierre à laquelle on donne le nom de Juliaenske (« Petit-Julien »), de même que d’une fontaine nommée Juliaenskeborre (« Fontaine du Petit-Julien »). Certaines sources évoquent même l’année 1377, sur la base d’un document des archives de Sainte-Gudule qui mentionne effectivement une fontaine…mais sans la nommer. D’autres sources contestent la localisation de la Juliaenskeborre à l’endroit où se tient la statuette actuelle du Menneken Pis et soulignent qu’elle se dressait bien plus loin, dans la Juliaenskeborrestraat, soit l’actuelle rue du Poinçon, près de la chapelle des Bogards.

 

Il faudra attendre l’époque bourguignonne pour que le nom du Menneken Pis apparaisse dans un acte, daté de 1452, sous la forme « dMenneken pist ». C’est que la petite statuette fétiche de Bruxelles servait alors de borne entre deux quartiers de la ville. La fontaine du Menneken Pis, est également citée en 1498. Le nom de Menneken Pist reviendra sur de nombreux documents publiés par la suite. Ceci dit, même si le petit monument que les touristes viennent contempler aujourd’hui a perdu le rôle qui était le sien dans l’ancien système de distribution d’eau potable de la ville, le Menneken Pis a toujours été et reste une fontaine.

 

C’est au 17e siècle que la statuette de pierre d’origine se voit remplacée par une statuette de bronze, vraisemblablement faite par Jérôme Duquesnoy l’Ancien, dont les deux fils, François et Jérôme le Jeune, étaient pourtant aussi en lice pour sa réalisation. François avait, semble-t-il, été choisi par son père, ce qui provoqua la jalousie de Jérôme le Jeune. Celui-ci, exécuté pour des faits de mœurs, aurait auparavant tué son frère François… Le conditionnel est ici de mise. Durant le bombardement de 1695, le Menneken Pis fut mis à l’abri, comme un objet particulièrement précieux. Ayant survécu au cataclysme, il verra sa gloire croître sans cesse, par la suite.

 

La plus ancienne représentation de la fontaine du Menneken Pis date, plus ou moins, de la même époque, soit le début du 18e siècle : on la doit à un certain Harrewijn et elle montre clairement la disposition d’origine de l’ensemble, soit une statuette perchée sur une colonne d’environ 1,70 m, détachée des murs. Mais la notoriété dont on gratifiera le Menneken Pis lui vaudra, au cours des siècles suivants, bien des ennuis ! Devenu le symbole d’une certaine résistance bruxelloise, il sera la cible de diverses attaques, sera enlevé, cassé même, avant de bénéficier enfin d’une paix relative, seulement troublée par le siège auquel le soumettent quotidiennement les hordes touristiques !

 

Au début du 20e siècle, existait encore dans la cour du n°16 de la rue des Alexiens (actuelle école Sint-Joris), une grotte dans laquelle, en ouvrant un robinet, on donnait au Menneken Pis de quoi faire pipi… De l’eau bien sûr…mais pas exclusivement ! Il fut un temps où, les jours de grande fête, le Menneken Pis arrosait son public favori de bière, de vin ou d’hydromel, ce qui donnait lieu, on s’en doute, à maintes libations et réjouissances populaires ! Ainsi, au cours de l’été 1890, le Menneken Pis délivra une première fois du vin et une seconde fois du lambic, un célèbre produit brassicole bruxellois (Quiévreux).

 

Brusseleirs et Bruxellois.

 

Si la fontaine du Menneken Pis a changé de fonction, au fil des siècles, la manière dont on perçoit le ketje de Bruxelles et jusqu’à son appellation, ont également évolué au gré des bouleversements sociologiques et démographiques qu’a connu notre ville au cours des dernières décennies. Passé du statut de « borne-fontaine » à celui de, très respecté « plus ancien bourgeois de Bruxelles » (dès la fin du 17e siècle), le Menneken Pis devint un véritable symbole de la ville, par la suite repris, pour ne pas dire récupéré, par l’échelon national belge, par exemple, sous les traits quelque peu caricaturaux d’un Menneken Pis mangeant des frites ! Ces dernières années, son caractère d’attraction touristique folklorique s’est affirmée, au rythme de l’internationalisation croissante de la Ville-Région de Bruxelles.

 

Comme nous l’avons vu, Menneken Pis est l’appellation la plus anciennement connue du ketje de Bruxelles, directement dérivée d’une graphie datant de la moitié du 15e siècle, « dMenneken Pist ». Soulignons toutefois que l’origine de la fontaine elle-même est incertaine et que son histoire est largement lacunaire.  Rappelons également que ce qui a trait au Menneken Pis relève essentiellement de la tradition populaire orale et que son appellation elle-même est phonétique, autant dire que d’une époque à l’autre, mais aussi d’un quartier à l’autre, les appellations furent plus que probablement multiples.

 

Il n’en n’est pas moins vrai que le nom de Menneken Pis est le plus ancien connu et qu’il s’est perpétué dans une population bruxelloise restée longtemps majoritairement thioise, c’est-à-dire parlant une forme bruxelloise de brabançon thiois -terme que l’on prononce « tiwa » et non « ti-ho-hisse », comme je l’ai déjà entendu et qui est une traduction du thiois, diets - mais non le flamand de Flandre flandrienne, pas plus, forcément, que l’actuel « Beschaafd Nederlands » ou «  ABN ».

 

Au fil de la disparition ou de la transformation des quartiers populaires bruxellois d’origine, les Marolliens sont restés, grosso modo, les derniers dépositaires du parler bruxellois ancien ou, à tout le moins, de l’une de ses formes, car le brusseleir n’est pas homogène. On doit également citer le bargoensch –on y retrouve la trace du « bourguignon », rapport, sans doute, à l’époque des ducs de Bourgogne ; il semble qu’à une époque, il fut le parler des mauvais garçons de Bruxelles qui voulaient, par ce langage « ésotérique », dissimuler leurs desseins…- et l’ancien dialecte de Molenbeek-Saint-Jean (Meuilebeik), une commune qui, si elle véhicule aujourd’hui une image médiatique assez négative, a joué un rôle historique important dans le développement de Bruxelles, notamment via la paroisse Saint-Jean dont dépendait, dès l’époque médiévale, l’hôpital Saint-Jean sis, jadis, place Saint-Jean.

 

Le « vrai bruxellois » (ou Brusseleir) d’un certain temps et ce jusqu’à nos jours, fut donc longtemps le natif de Bruxelles-Pentagone (2e enceinte), né de parents bruxellois (au moins !) et parlant une forme ou l’autre de brusseleir, notamment, le marollien. On distingue donc Bruxelles-Pentagone des territoires acquis par la Ville de Bruxelles, principalement au 19e siècle, aux dépens de certaines localités voisines et, bien évidemment aussi, des 18 autres communes qui constituent l’actuelle Région bruxelloise. Mais en quelques décennies, la configuration géoculturelle bruxelloise va être, comme nous le savons, profondément bouleversée.

 

Depuis des siècles, Bruxelles est une ville de première importance dans nos régions et au lendemain de la création du Royaume de Belgique, en 1830-1831, elle devient la capitale du nouvel Etat-national belge. Dès l’origine, celui-ci pratique une politique de francisation à outrance qui vise, espère-t-il, à établir une réelle « cohérence nationale », fut-ce aux dépens de la composante flamande/thioise du pays. A Bruxelles, c’est à cette politique belge, et non à la Révolution française (à quelques rares exceptions près), que l’on doit, par exemple, la francisation des noms de rues, parfois jusqu’à l’absurde (ex. : la « rue des Vers » venant du nom de famille « Pieremans »…).

 

Depuis des siècles, la population bruxelloise se répartit entre une élite minoritaire largement francisée et une population majoritairement thioise. Avec le temps, la population de langue française va s’accroître jusqu’à égaliser, puis surpasser démographiquement la population thioise (nous ne donnerons pas de calendrier, sachant qu’il s’agit là d’une source de conflit linguistique dans lequel, comme nous l’avons dit, nous ne souhaitons pas entrer).

 

Au lendemain de la seconde guerre mondiale et particulièrement dans les années 1960, ce que l’on appelle la Flandre, dont les frontières dépassent très largement, désormais, celles des vieilles provinces flandriennes, West-Vlaanderen et Oost-Vlaanderen, et qui deviendra bientôt la « Région flamande », va accroître sa résistance politique et culturelle contre ce qu’elle considère comme une « hégémonie francophone ». De leur côté, les francophones rétorquent en assimilant ce combat nationaliste flamand à un radicalisme qui, selon eux, prend au moins en partie sa source dans un certain collaborationnisme pro-allemand, remontant à la deuxième guerre mondiale, voire à la première. Nous éviterons d’entrer dans ce débat.

 

Bientôt, Flamands de Flandre et Bruxellois flamands (venus de Flandre ou thiois bruxellois ayant épousé la cause flamande), d’une part, Wallons et Bruxellois francophones (venus de Wallonie ou Bruxellois thiois francisés), de l’autre, vont se déchirer sur la question de Bruxelles. Les premiers considèrent Bruxelles (Brussel), comme leur capitale légitime. Les seconds font valoir que Bruxelles est francophone à 85 %, ce à quoi les Flamands rétorquent qu’il s’agit là d’une francisation récente, etc.

 

Disons-le, dans cette dispute, les Brusseleirs se retrouvent bien peu pour ne pas dire, pas du tout ! Si leur parler est d’origine thioise, ils ne se reconnaissent pas pour autant, pour la majeure partie d’entre eux, dans le combat flamand pour la défense du néerlandais à Bruxelles. Si l’on retrouve, dans le bruxellois marollien, un nombre plus ou moins important (selon les époques) de tournures ou de termes français/wallons, ils ne se reconnaissent pas non plus dans le combat bruxellois francophone qui s’articule sur deux axes : « Bruxelles, capitale d’une Belgique unitaire à dominante francophone » ou « Bruxelles, ville francophone » (voire française).

 

Menneken Pis, Manneken Pis, Petit Julien, Brusseleirs, Bruxellois : quel waterzooï !

 

Et c’est ainsi que le Menneken Pis s’est retrouvé pris entre deux feux : le Manneken Pis d’un côté et le Petit-Julien, de l’autre ! La référence au Menneken Pis est donc bien plus importante, dans l’histoire de Bruxelles, qu’il n’y paraît de prime abord. Elle témoigne d’un esprit de résistance des Brusseleirs confrontés à ce qu’ils considèrent comme deux formes d’hégémonie linguo-culturelle. « Manneken Pis » est le nom que l’on donne au Menneken Pis en « beschaafd nederlands », nom adopté d’ailleurs par les francophones qui veulent voir en ce ketje typiquement bruxellois un symbole de…l’unité belge (tout comme certains humoristes français croient encore que l’accent bruxellois est l’« accent belge »…qui n’existe pas). Des francophones plus pointus ont, eux, exhumé de certaines légendes du Menneken Pis, le nom de « Juliaanske », qu’ils ont traduit par « Petit Julien ». Mais nous avons vu que ce dernier et sa fontaine n’étaient vraisemblablement pas situés à l’endroit où le Menneken Pis satisfait, depuis des siècles, le besoin pressant que l’on sait…

 

Le lecteur comprendra donc peut-être mieux, suite à ces quelques explications, pourquoi les Brusseleirs soulignent l’importance de préserver le nom de Menneken Pis, aujourd’hui encore !  Soumis successivement et de manière incessante aux tentatives de francisation et de flamandisation (ou de « néerlandisation »), souvent expulsés, expropriés, supportant une pression immobilière constante dans un Bruxelles en pleine autodestruction urbaine (bruxellisation), sans véritable représentation politique,  en proie à une internationalisation démographique qui a souvent suivi, puis accompagné, une large paupérisation de leurs quartiers d’origine, contraints d’accepter la récupération à des fins politiques de leurs symboles régionaux spécifiques, et jusqu’à leur accent, chassés, enfin, par les prix prohibitifs d’une ville désormais élevée, plutôt à tort qu’à raison, au rang de « capitale de l’Europe », jusqu’à voir les Marolles contraintes de céder progressivement la place à un « quartier Breughel » aseptisé, les Brusseleirs se sont souvent résignés à voir leur culture propre disparaître, à n’en parler plus qu’au passé, et même, finalement, à quitter la ville de leurs ancêtres.    

 

Je suis moi-même le fruit de cette évolution puisque « vrai Bruxellois », je ne suis pas pour autant Brusseleir… Né rue du Marais (cf. : existence d’infrastructures médicales !), au cœur du Pentagone donc, de père anderlechtois (qui parlait le bruxellois/brusseleir, tout comme l’anversois d’ailleurs) et de mère ixelloise (francophone), je n’ai toutefois pas connu les anciens Bas-Fonds de Bruxelles (anéanti par le béton bien avant ma naissance, à quelques maisons et établissements près) et ne connais et n’use que de quelques tournures de phrase et de quelques mots bruxellois.

 

Mais si on ne peut plus limiter l’identité bruxelloise aux seuls Brusseleirs, réalité sociologique et démographique oblige, peut-on aujourd’hui se satisfaire d’une définition qui ne prendrait en compte que le fait d’être né en région bruxelloise, de père et de mère, eux-mêmes nés en région bruxelloise, et cela même si c’est appuyé par une généalogie paternelle, bruxello-brabançonne (je simplifie) remontant au début du 17e siècle, ce qui est mon cas ? Combien de gens qui, nés de parents eux-mêmes nés en région bruxelloise, se sentent aujourd’hui une affinité avec l’Histoire de Bruxelles, avec ses traditions, avec cette Héritage sans lequel Bruxelles n’existerait tout simplement pas ? Sans le sentiment d’appartenance historique, sans l’amour d’un certain Beau enraciné particulier, la naissance et la généalogie apparaissent secondaires. L’un doit forcément être le complément de l’autre.

 

En partant de la résistance du Théâtre de Toone et de la fontaine du Menneken Pis, nous avons tenté de dresser, pour le lecteur, pas forcément au fait de nos réalités régionales, un état des lieux de l’identité bruxelloise, en ce début de 21e siècle. J’ai évoqué les déboires de Toone, je pourrais aussi parler de la disparition de plusieurs établissements se rapportant au Menneken Pis : le Manneken (en face de la fontaine), aujourd’hui complètement vidé « pour rénovation » ; la Légende (rue de l’Etuve), ancien local des Amis du Menneken Pis, remplacé par un magasin de fringues ; le Manneken Pis (rue au Beurre), remplacé par un magasin de montres…

 

Je pourrais conclure en clamant que les combats les plus désespérés sont les plus beaux, ce qui est vrai, mais je ne vais pas terminer en faisant mon labbekak (mollasson, nouille, trouillard, geignard). Avec les Toone, leurs supporters résistent encore et toujours, comme un célèbre petit village gaulois, et ce n’est pas fini !

 

Un musée des costumes du Menneken Pis s’est ouvert à la rue du Chêne (n°19) récemment suite à une rénovation du Musée de la Ville de Bruxelles (Maison du Roi). Yves Moens organise, rue du Marais (n°3), notre base de repli, notre ermitage brassicole bruxellois, loin de l’invasion chocolatée qui enveloppe littéralement la Grand-Place (à croire qu’à Bruxelles on verse du chocolat fondu sur les frites) ! Et Pierrot tient ferme la barre de Bruxelles Anecdotique auquel je continuerai à apporter mon soutien épistolaire, dans la mesure de mes possibilités.

 

Venez-nous voir ou, à tout le moins, nous lire nombreux ! Avec nos ketjes, le Menneken Pis et Woltje, Brusseleirs et Bruxellois n’ont pas fini de leur faire tenir le fou (les enquiquiner), aux kluutzakken (couillons) qui nous voient déjà dans les poubelles de l’Histoire, ça je peux vous le dire, zenne !  

 

Eric Timmermans.

 

Sources (autres que celles déjà citées dans le texte) : « Manneken-Pis – Dans tous ses états », M. Couvreur, A. Deknop, T. Symons, Historia Bruxellae, Musée de la Ville de Bruxelles, 2005 / « Les costumes de Manneken Pis » (brochure) / www.toone.be 

 

 

Commentaires

  • J'étais donc chez Toone, ce samedi, pour voir la Passion de Michel de Ghelderode, LE grand classique ! Et puis pour suivre quelque peu l'évolution des travaux, bien évidemment.

    Alors, deux bonnes nouvelles :

    1.D'abord, malgré les travaux qui encerclent le stameneï et le Théâtre, eh bien, la salle était pratiquement comble !!! Beau succès pour Woltje donc !

    2.L'évolution des travaux est complexe, puisqu'il existe trois types de travaux en cours. Si certains s'invitent bien, hélas, dans le jardinet de Toone, d'autres semblent aussi être effectués pour la bonne cause, à savoir les travaux entrepris par Beliris en vue d'une extension de Toone, ce qui est positif. Reste que, pour l'instant, c'est un peu chaotique, bien que cela n'ait pas empêché le succès de samedi passé, comme je viens de le dire !

    Comme je l'ai écrit, Woltje est toujours debout et bien debout !

Les commentaires sont fermés.