Place du Vieux Marché

 

 

Place du Vieux Marché

 

 

Aucun texte alternatif disponible.Photo n° 1

Cette photo représente l'entrée du café que mes beaux-parents et ma future femme ont tenu de 1966 à 1976 (moi j'ai été co-tenancier de 1973 à 1975).

Le café s'ouvrait TOUS LES JOURS de l'année de 6h du matin à minuit en...semaine, les vendredis, samedis, dimanches le café ne fermait pas la nuit... ou alors TRES tard dans commercial la nuit .

C'était VOLLEM BAK fin de semaine et le w-e surtout la période de mai/juin à fin septembre... terrasse en été pfff. Le 1er grand tournant commercial a été ressenti avec la 1ère crise du pétrole en 1973 (journées sans voiture, 1ers marchés LIBRES de brocante surtout à Woluwe-St-Lambert, etc) --- "mon" vieux marché ne s'en est JAMAIS remis -- bien au contraire cela n'a fait que PERICLITER... L'ancienne clientèle --- les vrai(e)s "potters" nous ont quittés, et JAMAIS remplacés car la nouvelle génération ne buvait PAS de bière comme l'ancienne -- les brocanteurs ne trouvaient PLUS de marchandises intéressants la clientèle hollandaise/allemande et et et les client(e)s sur le marché avaient AUSSI TOTALEMENT CHANGES... le patois bruxellois à TOTALEMENT DISPARU ainsi que toutes les coutumes/habitudes/goûts typiquement bruxellois.

Une AUTRE CULTURE s'est installée --- (--- aujourd'hui le client du vieux marché s'en fiche complètement du style Louis machin, du cristal bazar, des meubles "têtes de lion" en chêne massif), --- NIX il faut par ex : de l'"IKEA" pratique et SURTOUT SURTOUT PAS CHER, bref le vieux marché est devenu un marché ??? de petits objets communs, de brol très usagés, dernier niveau du bas de bas d' gamme, hei ma vast.? Le w-e le niveau est (un peu) plus relevé.. je n'écris PAS que TOUT est mauvais... mais bon... cela n'a plus RIEN mais alors là plus RIEN a voir de ce que j'ai connu et VECU.."

Gilbert Delepeleere.

 

Je me souviens c'était au mois de mai 1969. Le soir avant le mariage de Monique et Gilbert. Nous avions rendez-vous au café des Trois Portes au Vieux Marché. Le café était tenu par les parents de Monique. En premier lieu rien que les femmes, nous étions au premier étage pour prendre un verre et faire une photo que j'ai toujours. Ensuite nous sommes descendus au café et là quelle surprise, les étudiants de l'ACA avaient promis à Monique de venir pour la veille de son mariage. Ils ont tenu parole et son venus en fanfare. Jamais je ne me suis autant amusée. Tout le monde dansait avec tout le monde. Des personnes âgées, des clientes du café dansaient avec les étudiants et avec moi. Quel souvenir! Quelle ambiance! Cela a duré jusqu'aux petites heures et le lendemain on a remis ça au mariage qui s'est terminé chez Victor rue de la Plume où tard dans la nuit on dansait toujours"

Nelly Lallemand.




Photo n°2

 

 

 

 

 



Commentaires

  • Cette photo représente l'entrée du café que mes beaux-parents et ma future femme ont tenu de 1966 à 1976 (moi j'ai été co-tenancier de 1973 à 1975). Le café s'ouvrait TOUS LES JOURS de l'année de 6h du matin à minuit en...semaine, les vendredis, samedis, dimanches le café ne fermait pas la nuit... ou alors TRES tard dans commercial la nuit .

    C'était VOLLEM BAK fin de semaine et le w-e surtout la période de mai/juin à fin septembre... terrasse en été pfff.
    Le 1er grand tournant commercial a été ressenti avec la 1ère crise du pétrole en 1973 (journées sans voiture, 1ers marchés LIBRES de brocante surtout à Woluwe-St-Lambert, etc) --- "mon" vieux marché ne s'en est JAMAIS remis -- bien au contraire cela n'a fait que PERICLITER...

    L'ancienne clientèle --- les vrai(e)s "potters" nous ont quittés, et JAMAIS remplacés car la nouvelle génération ne buvait PAS de bière comme l'ancienne -- les brocanteurs ne trouvaient PLUS de marchandises intéressants la clientèle hollandaise/allemande et et et les client(e)s sur le marché avaient AUSSI TOTALEMENT CHANGES... le patois bruxellois à TOTALEMENT DISPARU ainsi que toutes les coutumes/habitudes/goûts typiquement bruxellois.

    Une AUTRE CULTURE s'est installée --- (--- aujourd'hui le client du vieux marché s'en fiche complètement du style Louis machin, du cristal bazar, des meubles "têtes de lion" en chêne massif), --- NIX il faut par ex : de l'"IKEA" pratique et SURTOUT SURTOUT PAS CHER, bref le vieux marché est devenu un marché ??? de petits objets communs, de brol très usagés, dernier niveau du bas de bas d' gamme, hei ma vast.? Le w-e le niveau est (un peu) plus relevé.. je n'écris PAS que TOUT est mauvais... mais bon... cela n'a plus RIEN mais alors là plus RIEN a voir de ce que j'ai connu et VECU..

  • Le personnage que l'on aperçoit devant la vitrine s'appelait André PYLYSER (on le surnommait "Pépé") (il est dcd).J'ai connu André comme client "AUX ANCIENNES TROIS PORTES", je vois encore son entrée assez timide (qu'il était). C'était un p'tit bonhomme assez extraordinaire.

    Il était originaire d'Ostende et PARFAITEMENT BILINGUE, aucun accent... il était assez craintif, peur des disputes, fou de peur des bagarres, UNE HONNETETE A TOUTE EPREUVE, peu bavard, un peu énigmatique sur son passé (que j'ai connu plus tard...), bref MARCEL et moi l'avons très vite considéré comme "homme de confiance"...

    Il était de "TOUTES" les aventures que nous avons connu dans le café, le vieux marché, en "vide maison/appartement", etc, etc, etc,.
    Il était TRES courageux, "on" pouvait TOUT lui demander, lui confier, jamais, jamais, jamais ANDRE nous a posé le moindre problème, bien au contraire...

    Allez un p'tit ex : Mon beau-père, ANDRE et moi devions/pouvions vider une CAVE dans un immeuble sis près du cimetière d'IXELLES, il était déjà tard (hiver) et la proprio nous dit : "je vais aller acheter une pile (pas d' lumière dans la cave) le magasin n'est pas loin je suis de retour dans 5 minutes" --- la mei revient avec sa pile : "voilà". Nous : "merci, Madame, MAIS LA CAVE A DEJA ETE VIDEE"", tête de la mei !!! Eh oui ANDRE était un aide fantastique... et nous, on n'était pas manchot !

    Lorsque J'AI quitté la direction du café, ANDRE était TRES déboussolé car il était habitué à EXECUTER... --- il détestait prendre des décisions OU initiatives lui-même c'était typiquement un "gast", un exécutant, et ...MOI euh... c'est absolument LE CONTRAIRE, donc "partir" avec moi..., IL ADORAIT...

    Il est mort sur un terrain vague (il avait ressenti un malaise ?) je ne connais pas la date exacte ni les circonstances/détails de son décès... J'ai su plus tard qu'il avait été enterré via les services sociaux... si j'avais été informé en temps voulu j'aurais CERTAINEMENT DONNE A ANDRE LES FUNERAILLES QU'IL MERITAIT.. je regretterai toujours de ne pas l'avoir accompagné dans son dernier voyage... je sais ce que je lui dois... ANDRE, Gilbert ne t'oubliera JAMAIS... J'arrête

  • Bonjour Gilbert , supers tes commentaires .
    Je me souviens d'un de tes clients qui faisait le Vieux Marché presque en face de ton café , il était assez jeune et portait toujours un chapeau et buvait chaque jour sa bouteille de champagne , à son emplacement ,bouteille qu'il achetait chez toi . Tu t'en rappelles surement.

  • Je me souviens c'était au mois de mai 1969. Le soir avant le mariage de Monique et Gilbert. Nous avions rendez-vous au café des Trois Portes au Vieux Marché. Le café était tenu par les parents de Monique. En premier lieu rien que les femmes, nous étions au premier étage pour prendre un verre et faire une photo que j'ai toujours. Ensuite nous sommes descendus au café et là quelle surprise, les étudiants de l'ACA avaient promis à Monique de venir pour la veille de son mariage. Ils ont tenu parole et son venus en fanfare. Jamais je ne me suis autant amusée. Tout le monde dansait avec tout le monde. Des personnes âgées, des clientes du café dansaient avec les étudiants et avec moi. Quel souvenir! Quelle ambiance! Cela a duré jusqu'aux petites heures et le lendemain on a remis ça au mariage qui s'est terminé chez Victor rue de la Plume où tard dans la nuit on dansait toujours

  • Photo 2
    Monique et Gilbert sur le Vieux Marché avec la fanfare de l' ACA

  • Aaaah ma SWEET là tu me demande décrire ENCORE une "LEGENDE" de cette époque car je vois - évidement - de qui tu parles... j' ferai un commentaire (pas l' temps maintenant) mais là je devrai BIEN peser mes termes car cette personne décédée à TOUJOURS une famille TRES honorablement connue... donc je ne pourrai CERTAINEMENT pas tout écrire mais quand même je ferai un portrait AUTHENTIQUE mais OBLIGATOIREMENT INCOMPLET. Bigs à toi et autour de toi. N.B. : je n'ai aucune photo du personnage (de toute façon je ne l'aurais pas publiée..)

  • E.T. est descendu un jour sur le vieux marché ----------------- Monsieur "de"

    Il avait la trentaine, sa maman était chinoise (docteur en chimie) et son père était disons européen (médecin généraliste). Sa maman a eu une conduite héroïque pendant la dernière guerre. Son nom s'écrivait avec la particule "de", il était noble. -------------------------
    Il a "fait" le vieux marché vers 1973 (en face de l'église) il ne vendait que des petits meubles, bibelots de TRES hautes qualités intéressants uniquement des antiquaires et/ou des gens ayant des moyens financiers conséquents...

    Monsieur "de", venait au vieux marché très tôt et mon beau-père ouvrant son café également très tôt a permis d'avoir quasi par hasard la clientèle de, Monsieur "de"...

    Monsieur "de" commandait invariablement une bouteille de...VRAI CHAMPAGNE... (parfois une seconde fin de matinée)... ooooh pas n'importe quel CHAMPAGNE, celui qu'il préférait c'était du "Pol Roger" ou alors "Moët et Chandon""... C'est André PYLYSER (sur la photo) qui lui apportait sa bouteille dans le seau adéquat, glaçons, et et André tenait à avoir une petite serviette blanche pendant sur le bras... smart, smart.

    Curieux, j'avais voulu voir vers 11h le "tableau" représentant, Monsieur "de", sur son échoppe........ je n'ai pas été déçu... pfff il régnait, pardon trônait assis sur une magnifique chaise LOUIS XV dégustant son champagne ET ET ET avait ouvert une GRANDîte ,'il mangeait avec une GRANDE cuilliere.... E.T.- E.T. - E.T. était descendu sur le vieux marché....

  • "il avait ouvert une GRANDE BOITE DE C.A.V.I.A.R qu'il mangeait avec une GRANDE CUILLIERE.... (ai eu problème avec ordi... ????)
    --------------------------------------------------------------------------------------
    Dès que le marché était terminé il rentrait au café, empoignait le téléphone et et et donnait ses ORDRES... à son bookmaker.... IL CLAQUAIT TOUT, TOUT, TOUT..le bénéfice de son "marché".....

    Car, Monsieur "de" était TOTALEMENT, TOTALEMENT ADDICT au "JEU", TOUS LES JEUX, chevaux, poker, casino, IL AIMAIT PASSIONNEMENT LA V.I.E et il y "allait" jusqu'au bout du bout du bout... Il a ouvert un magnifique restaurant près du 50naire (donnerai pas l'adresse exacte) tout le gratin de la commune avait été invité... petits plats dans les grands (j'en suis sorti avec une biture historique)... Et, et, et, je l'ai revu +/- 10 ans plus tard rentrant à mon dernier café rue St-Ghislain. "Bijou"..

    Totalement, totalement, totalement, ruiné, il avait AUSSI gravement mis sa sœur, sa famille en péril financier...bref il était abandonné, chassé par tout l' monde. Il était SEUL, tout SEUL, . Il était TRES TRES négligé dans un manteau sale et trimbalait 3 sacs à main de marque (DELVAUX ???) qu'il allait tenter de vendre au.... vieux marché... Il ne savait pas payer les 2 verres... de bière qu'il avait consommé chez moi... I.N.C.R.O.Y.A.B.L.E déchéance....

  • EPILOGUE

    Très peu de temps après son passage au "BIJOU" j'ai appris son décès par la presse, il a été incinéré et suivant ses dernières volontés ses cendres ont été versées dans la mer Méditerranée en face du casino de... Cannes...

    Monsieur "de" est né dans un siècle qui n'était pas le sien... il était FLAMBOYANT, EXTREMEMENT GENEREUX, PRODIGUE ô combien, TOTALEMENT HORS NORME, TOTAL en TOUT....

    A l'aube de ce XXIe siècle je pourrais dire que, Monsieur "de" était un extra-terrestre car son comportement était intenable sur terre... MOI je préfère fermer les yeux pour retourner à l'époque de la RENAISSANCE : imaginant, Monsieur "de", caracolant près de son Roi et fonçant "sus à l'ennemi". Malgré ses outrances, les graves problèmes de toutes sortes qu'il a causé à son entourage à cause du démon du jeu, CHER MONSIEUR "DE" VOUS ETIEZ : UN S.E.I.G.N.E.U.R

  • Merci Gilbert d'avoir fait ce magnifique commentaire , je me souviens encore du disque qu'il avait sélectionné sur ton juke- boxe et il avait l'air heureux en écoutant plusieurs fois "Les Partisans "chanté par Yves Montand.

  • Oui SWEET ce choix était probablement guidé par la conduite héroïque de sa maman pendant la guerre de 40-45. J'ai oublié aussi de préciser que, Monsieur "de" était TRES bien éduqué, voire raffiné... mais parfaitement intégré dans "l'esprit du quartier".. c.à.d. très sympa avec TOUT L' MONDE.

    Il m'a raconté aussi avoir rencontré et parlé avec des tas de vedettes de cinéma, chanteurs, hommes/femmes de (grandes) affaires il avait par ex affronté au poker : le baron EMPAIN (avant son enlèvement évidement), Yves MONTAND (très bon joueur), Omar SHARIFF (super crack au bridge ! une "tête") (lui c'était aussi la "roulette"), Philippe BOUVARD (qui s'est fait interdire..) etc... -----

    Monsieur "de" ce qu'il préférait c'était.. les chevaux... il assistait sur place à TOUS les grands prix de Belgique et... pays limitrophes. J'arrête...

    Lorsque j'aurais un peu de temps je brosserais quelques souvenirs/portraits de quelques client(e)s TYPIQUES que j'ai côtoyé "AUX ANCIENNES TROIS PORTES", évidement c'est du STRAF mais AUTHENTIQUE. Slopel

  • PHOTO n° 2

    J' connais - évidement - fort bien cette photo qui a été prise le soir du 19 mai 1969 (veille de mon mariage). Je suis quasi certain que j'ai DEJA commenté cette photo... quelque part.

    Bon. Ce soir là, j'étais encore... fiancé... l'histoire de cette fanfare a été créée par mon beau-père qui a imaginé ce stuut en stoemelinx... ni Monique ni moi n'étions au courant... nos têtes quand on a vu et surtout entendu cette fanfare...en notre honneur.

    Sur la photo en effet l'ai joué c' était "Si tu vas à Rio", pffff lawaaaïïÎt, on entendait les trompettes jusqu'à St-Gilles - j'étais assez gêné d'abord parce que je n'aime pas TROP être surpris... du monde se formait et surtout on n'arrêtait pas de me trimbaler... avec ma MONIXKE comme des vedettes de cinéma... et et et FAUT SOURIRE HEIN, allei lacht em baitche... et le lendemain pffffffff là là là eh bien lalalalalala depuis 48 ans hei ma vast ?

Écrire un commentaire

Optionnel