• Montgomery Club Brussels

    Montgomery Club Brussels
    photos de Christian MORIAS

     

     

    Photo-1.jpgPhoto 1

     

    photo-2.jpg

     Photo 2

     

    Photo-3.jpg

     Photo 3

    Photo-4.jpgphoto 4

     

    Photo-5.jpgPhoto 5

     

    photo-6.jpg
    Photo 6

     

    soldats-Anglais.jpg

    Photo 7

     

    mongemery.jpg

     


    Photo 8
    Merci à Dominique Vanderbiest pour la photo

    2306_2[1].jpg

     

     

    Memories of times in Belgium

     

    January/February, 1945

     

    Journey from Tilbury to Oostende

     

    We were met by army trucks at Oostende to take us to Neerijse.  We were a mixed heavy ack ack (anti aircraft) battery and most of us had seen service on the south coast of England.  As far as I remember the girls were all volunteers and operated the instruments (predictors, height-finder and radar) while the men manned the guns.

     

    The thaw was just starting when we arrived at the site, so we had some very muddy boots and had to be issued with wellington boots to keep our feet dry.  Soon after we moved in the boy Lucien approached us and thought that as we were British we might know where the soldiers who had recently passed through the village might be.  One of them had befriended him but unfortunately we could not help

     

    As you can see from the photograph he became attached to us – we noticed that one of his hands must have been injured at some time.

    1.jpg

     

    It must have been through Maria that we got to know the Michiels family who so kindly welcomed us into their home.  It is a pity I did not keep in touch, but time goes by and events overcome us.  There may have been sons but if so they kept in the background and it is Maria and her parents that I remember most.

      

    2.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    Maria Michiels.

     

     

     

    3.jpg
                      The parents of Maria Michiels                     

     

    Sometimes we were taken to a place in Louvain for showers as bathing facilities in the camp were rudimentary

    louvain.jpg

    Showers and bathing place at Louvai called  “Den Bain”.

     

     I remember a café we frequented in Neerijse where there was usually an accordionist playing.  It was there we met and became friendly with Spanish soldiers were stationed nearby.  They were lovely dancers.

    Mary Churchill was also a member of our group in Neerijse.

    She found a place too stay by the family Francome, .but also she went too the castel in Huldenberg.

     

    Our battery started breaking up towards the end of the war as there was no more fear of air raids.

    Some of our officer had gone and we all awaited postings to new units.

     

    baraque.jpg

     


     It was in the café I mentioned that we heard Winston Churchill on radio officially announce the end of the war.

     

     

     To keep us occupied as we awaited posting, we were told we could help at a clinic in the village.

     

     

    1945.jpg

     We did some light tasks there and I like to think we brightened up the patients’ lives and caused them some amusement.

     

    Our time at Neerijse was coming to an end and I, with some others was transferred to the Royal Corps of Signals and sent to Helmond to be trained as teleprinter operators.  At the end of our training I was returned to Belgium, this time to Brussels to work at the then Brussels Garrison.

    1000000.jpg

     

     I was billeted at the Hotel Splendide in the Avenue Louise.  Our favourite place of entertainment in Brussels was the Palace d’Egmont (then known as the Montgomery Club) and used by British personnel.  A very magnificent place. 

     

    2000000.jpg

    I was demobbed at Redford Barracks in Edinburgh in March 1946 and began the strange task of becoming a civilian again….but that’s another story..

    5000000.jpg

    Thank you for taking the time to speak to my mother and I when we visited Neerijse. It was kind of you to take time to speak to us in the cafe.  You asked us to copy the photographs we had of Neerijse in 1945 and we will do so as soon as possible.  Again, thank you for your help.  David Forbes

     

    Hello Christian, thanks for the email.  I have been trying to send the photographs as an attachment  to send to you with an email.  This is my first time for trying this and I have had a few problems.  Hopefully I will succeed in doing this and send you the pictures in the next few days.  Sorry for the delay and thanks again for agreeing to help us.  David Forbes

    Hello Christian, here are copies of the photographs we showed you when we spoke in the cafe. I hope they are useful to you in finding information on the people in them.  The couple in the lower picture are Mr and Mrs Michiels and their daughter's name was Maria (who is in the other photo)  The little boy in the other picture with my mother and two of her friends from the ATS base near Neerijse is called Lucien.  I have used my girlfriend's email address because I have had problems sending them as an attachment from my hotmail address.  Thanks again for your help, David Forbes.

    Hello Christian, I hope you are well.  I just thought I'd send a short mail to find out if you received my last mail of about June 19th/20th (I think).  In it I sent my mother's recollections of her stay in Neerijse as you requested.  I have received no reply and this made me wonder if you got my mail (sometime emails do not get through).  Please let me know if this is so, and I will send another email with my mother's recollections.  Thanks again, David

    hello Christian,  sorry I've taken such a long time to contact you again...summer time things to do.  This is just to let you know that I will send my mother's memories of 1945 today or tomorrow. Hope

  • Henri Sempo.

     

     

     

    l'Ecole n° 4  RUE DES SIX-JETONS.


    La PHOTO DATE DU 11/08/1947 ET A ETE PRISE A UCCLE. LE PROF, Mr CHARLIER;

    ON Y RETROUVE NOTAMMENT HENRI SEMPO (1er rang en bas, 2ème a partir de la droite)

    A PLUS ET MERCI.

    Écrit par MAGGI FERNAND

     

    pour-le-blogs.jpg

    +-+-+-+-+-

     

  • Ecole 3

    LE COIN DU DIABLE

     

     

    Un endroit pas possible

    Ainsi s'exprimait l'indépendance Belge du 29 juillet 1897 : "Le vieux Bummel", le bizarre et pittoresque quartier de l'antique Coin du Diable aura vécu bientôt.

     

    Les démolisseurs y avaient en effet débarqué l'avant-veille, avec comme objectif la mise à bas des "vétustes demeures, du réseau des voies étroites, étranges, équivoques et sales qui s'étendent entre la rue des Fabriques et la rue de Flandre. On s'y hasardait le jour non sans crainte, et rares sont ceux qui, le soir, osaient y pénétrer".

    En effet, le "Duivelshoek a toujours été un des endroits les plus mal famés de la Capitale".

    Et s'était encore grossi, les dernières années, des émigrés des quartiers de la Vierge Noire et de Notre Dame aux Neiges. (une de mes boma, viens du Bas-fond)

    Le tout amalgamé en "une race de gagne-petits, de colporteurs, où les repris de justice ne manquaient guère", et ou la police y faisait fréquemment des rafles.

    On le voit, nous touchions ici à l'un des réels points chauds de Bruxelles.
    Les appréhensions de ravage totale de 1897 ne portèrent finalement que sur ce qui toucha la bande de territoire de la rue A. Dansaert. Et le reste obtint le sursis salvateur, jusqu'en 1933, où se forma une deuxième et puissante vague  de rumeurs quant à la démolition  prochaine du quartier et son repeuplement par des blocs sociaux. Mais la guerre vint tout arrêter, et ce n'est qu'après 1960 que la troisième vague, née à l(hôtel de ville, fut vraiment la bonne. Si tout ne fut pas rasé, on ne garda quasiment rien de la rue du rempart des moines et l'on assista à la rue du Grand Serment.
    Extrait du tome III de J. DEBREUCQ

    Ecole n 3

    Photo 1


    Ecole n°3, rue Rempart des Moines, j'ai fais mes primaires de 1944 à 1952.

    il y a quelque chose à laquelle  je pense depuis quelques temps, c'est, si on  pouvait demander de visiter l' école où on a quand même passé quelques années,  si tu connais encore d' autres à qui ça intéresseraient fais le moi savoir
    Photos et texte de Guillaume Kekenbosch

     

     

    DSC00011 008_edited-1
    Photo 2 - Pierrot Heymbeeck
    Juillet 2009

     

     

    DSC00012 009
    Photo 3 - Pierrot Heymbeeck

     

    guillaume kekenbosch

    Photo 4

    Voici la photo du coin rue du boulet et rue rempart des  moines.
    C'est une photo digital (prise le 20 juillet 2014) de la photo original (prise
    en 1966 - ete?).
     
    En premier plan ce sont mes deux freres.
    On peut voire sur les deux côtés de la porte d'entrée de l'ecole des affiches,
    il y en avait toujours bariollées dans le coin superieur gauche des couleurs
    belges.
     
    Merci, Pierrot pour maintenir ce site internet. 
     
    A bientot,
    Patrick

     

    IMIFI

    Photo 5

    PAPETERIES Générales Belges.
    ED. HASELDONCKX.

     

     

    DSC00006 003

    Photo 6

    Juillet 2009 - derrière la porte, les escaliers vers le bureau de la direction

     

    Hasel


    Photo 7

     L' écho de la Bourse.
    I.M.I.F.I (IMPRIMERIE INDUSTRIELLE FINANCIERE)
    J'AI TRAVAILLE DE 1953 A 1957, dans cette maison et beaucoup de souvenirs.

     

    DSC00005 002

    Photo 8  - Pierrot Heymbeeck - Juillet 2009.

     

     

    DSC00008 005

    Photo 9  - Pierrot Heymbeeck - Juillet 2009.

     

    DEUVELSHOEK

     
    Photo 10

    IN 'T Spinnekopke.

    cela appartenait encore au Deuvelshoek

     du fait que c'était rue Notre-Dame-du-Sommeil.

     
     

     

    DSC00010 007

     Photo 11  - Pierrot Heymbeeck - Juillet 2009.

     
     
    école 14
     
    Photo 12 

    POUR LES FILLES DU COIN DU DIABLE.

    L'école n°14, était située Place du nouveau marché aux grains. L'école 14 et 3 ne faisait qu'un seul, on pouvait aller chez les filles et vis et versa sans sortir, "da was tof "!!!!!!!
    écrit par Guillaume Kekenbosch.

     
     
     
     

    Sans titre-3
    Photo 13

     Rue Rempart des Moines

     
     
     
     
    Sans titre-1
     

     Photo 14
    Rue Rempart des Moines

     
     

    rue du char

    Photo 15
    Rue Rempart des Moines, à droite le début de la rue du Char.

     
     
     
     

    rue n d du sommeil

    Photo 16

    Coin de la rue Rempart des Moines et de la rue Notre-Dame-du-Sommeil.
    Merci Guillaume Kekenbosch pour les photo et textes.

     

  • Rue des Renards

     

    Vieux Marché et rues avoisinantes.

     

    Rue des Renards - Merci à Nelly

     

     

    rue des Ranards - Merci à Guillaume Kekenbosch
    Photo 1

    La rue des Renards en 1931

    On se trouve ici au N° 1 de la rue des Renards, faut pas chercher car cette maison n' existe plus.

    Elle se trouvait sur votre droite en venant du Vieux-Met (on voit un morceau de la caserne des pompiers).

    Si vous allez y faire un tour, vous verrez que les maisons d' à coté sont encore debouts (ça c' est très bien) et qu' à la place de celle-ci il y a depuis des années un terrain flanqué de palissades.
    Info de Nicolas Luppens (Nicky)  

     

    1944  - Le magsin des Parents de Jef - Une grand Merci à Jef
    Photo 2

     

     C'était le magasin de mes parents au 32  de la rue des Renards.
    A gauche, c'est ma mère, à côté sa maman (ma grand-mère) et à droite mon père.
    Jef van de Vossestrout

      

    Jef et le chien du voisin 1951 - rue des Renards Merci Jefke
    Photo 3

    Une photo avec le chien d'un voisin, elle à été prise en 1951, au milieu de la rue des  Renards.
    Jef van de Vossestrout

     

    Pour faire plaisir à Nelly merci à Jef
    Photo 4

    Cette photo est pour faire plaisir à Nelly, elle reconnaîtra de gauche à droite Micheline et Louise Cancelier(des amis de ses parents) et à côté ma sœur(Jeannine), ma mère(Trinet)et mon père (Jean) et ceci devant notre magasin.
    J
    efvandevossestrout

     

    représente tous les commerçants lors d'une braderie de la rue des Renards au début des années 50.
    Photo 5

     Cette photo représente tous les commerçants lors d'une braderie de la rue des Renards au début des années 50.
    Jef vandevossestrout

     

    rue des Renards - commer II - merci a Jef
    Photo 6

    rue des Renards - + un pei de la rue Haute.
    Photo  7

     

    Bourgmestre de Bruxelles
    Photo 8

    Cette photo date de 1942 lors d'une visite du bourgmestre de cette époque dans le quartier(c'est ce que ma mère m'a toujours dit).
    Ne me demandez pas son nom, je l'ignore complétement.

    RUE DES RENARDS 1935 - Merci à Guillaume
    Photo 9

    Toujours la rue des Renards

     

    rue des Renards - J-D. parapleustroot
    Photo 10

    rue des renards 2009
    Photo 11

    Ci-dessus la rue des Renards en 2009 - Merci Titi.

    Magasin parents de Jef - Merci à Titi
    Photo 12

    Le Magasin des Parents de Jef...en 2009

     

    Restaurant les 3 chicons - rue des Renards - Merci Nelly
    Photo 13 

    Restaurant "Les trois Chicons"

     

    rue des Renards - rue Haute
    Photo 14

     Ci- dessous
    la rue des Renards en 2008


    RUE DES RENARDS 2008 - Guillaume Kekenbosch
    Photo 15

    On peut voir sur la photo ci-dessus,  avec mes parents Monsieur Armand, Cohen tenancier de ce" boekenwinkel" en A4 (de gauche à droite) à côté du pei ventru avec sa moustache(A3).

    Je suis certain que beaucoup de personnes reconnaîtront Armand (il faisait aussi partie du comité des fêtes du quartier ainsi que mes parents.

    Le "pei" avec sa moustache était comme on dit un "zwouregeval" et aussi très populaire rue Haute.
    Jefvandevossestrout

    Dans la rue des Renards, il y avait aussi un magasin de livres d'occasions qui était renommé dans le quartier, beaucoup de visiteurs s'en souviendront.

    Au début, il se trouvait au milieu de la rue, ensuite ce commerçant s'est installé dans le magasin à côté de celui de mes parents (au n°34).

    Ce "boekenwinkel" était surtout connu parce que tous les "maskes en kadeis" venaient vendre leurs livres quand ils avaient besoin de" poen ".
    Jefvandevossestrout

     

    chanteurs des rues

    Les chanteurs de rues.

    rue du faucon -
    Photo 17

    rue des Renards - Annie Cordy
    Photo 18

    Le marchand de livres d'occasions et ma maman avec une célébrité de passage dans la rue lors d'une braderie(une de plus ,dans le temps on s'emmerdait pas!)Photo pour Willy qui fréquentait déjà son boekewinkel avant la rue des Renards.

     

    Susse rue des Renards
    Photo  19

       Cette photo date de 1974 représentant le Susse en costume d'époque lorsqu'il était Bourgmestre du quartier Breughel à l'attention de Nicky.

       Merci à
    Jefvandevossestrout 

     

  • Freddy Guitare

     

     

    BONJOUR PIERROT,

     

    J'AI RETROUVE UNE PHOTO DE NOTRE "FREDDY GUITARE" SUR LE RING

    DE "LA TETE DE VEAU" FACE AUX ARTS ET METIERS.

    JE FREQUENTAIS EGALEMENT CETTE SALLE DE SPORT ET FREDDY ETAIT UN AMI DU MEME QUARTIER (NOTRE DAME AU ROUGE).

    FREDDY COMBAT "JEF" QUI A ETE PORTIER AU DANCING "LE VAUDEVILLE"

    DANS LA GALERIE ST-HUBERT.

     

    FREDDY AVAIT OUVERT DANS LES ANNEES 60 UN CAFE "LE ROUGE ET VERT"

    RUE DES HARENGS (GRAND PLACE) puis plus tard un autre rue Jules Van Praet

    (à la bourse) et puis encore plus tard le "ROUGE ET VERT" rue de l'Aqueduc à

    Ixelles.   Fernand Maggi.

     

     

    freddy.jpg

  • HISTOIIRES ET LEGENDES DE LA RUE DU FOSSE-AUX-LOUPS

     

     

     

    HISTOIIRES ET LEGENDES DE LA RUE DU FOSSE-AUX-LOUPS

     

    1. Le Jugement de Dieu.

     

    1.1. La fausse trahison d’une veuve.

     

    Cest devant la porte du couvent des Frères du Tiers-Ordre que se déroula, en 1477, un bien étrange duel opposant un homme et une femme, dans le cadre dun « jugement de Dieu ». La femme, originaire de Liège, avait, en 1473, perdu son mari, tué lors dune révolte contre les archers du duc de Bourgogne, Charles, dit le Téméraire. Aussi quitta-t-elle Liège pour trouver son beau-frère, à Bruxelles. Celui-ci lui promit de prendre soin delle toute sa vie, à la seule condition quelle accepte de ne jamais se remarier. Dès le lendemain, ils se présentèrent tous deux à la chapelle des Frères du « Fossé-aux-Loups » où un prêtre reçut leur double serment. Mais vers la fin de 1476, la veuve prétexta une maladie et ne se rendit plus chez son beau-frère. Inquiet de cette longue absence, ce dernier vint trouver sa belle-sœur, et lorsquil franchit le seuil de sa maison, il vit une femme emportant un enfant. Prit dun doute soudain, il se rua dans lescalier, ouvrit la porte de la chambre et y trouva sa belle-sœur au lit !

     

    1.2. Le Jugement de Dieu d’un beau-frère vindicatif.

     

    Il nen fallait pas moins pour quil laccuse davoir trahi son serment et en appelle au jugement de Dieu que les autorités, tant ecclésiastiques que laïques, ordonnèrent. Et voici en quoi consista lépreuve : « Les deux adversaires, après quils eurent entendu la messe, furent conduits devant la porte du couvent, où un trou circulaire de la profondeur de deux pieds, entouré dun chemin aussi circulaire de quatre pieds, avait été préparé. Un des juges leur remit à chacun trois bâtons ; on fit descendre lhomme dans le trou, et la femme fut placée sur le chemin circulaire quentourait une forte barrière ; puis un moine vint à lire à haute voix les conditions du combat. Chaque coup qui ne portait pas, privait le combattant dun bâton ; la perte des trois emportait, pour lhomme, la décapitation ; et pour la femme, le supplice était plus affreux encore : elle devait être enterrée vivante. Au cri de Dieu vous garde, la lutte commence ; lhomme combat avec un tel acharnement quen moins de dix minutes il perd ses trois bâtons. » (Dictionnaire historique des rues, placesde Bruxelles », p.203).

     

    1.3. Un heureux dénouement.

     

    La veuve supplia les juges pour que lon nexécute pas son beau-frère, mais déjà, celui-ci était traîné vers le lieu de son supplice. Lorsque soudain, un vieux prêtre sélança vers les juges et leur amena un homme, tout en leur expliquant le mystère de la naissance de lenfant. Le Liégeois que lon croyait mort, en fait, ne létait pas Il avait été recueilli par un charbonnier qui lavait caché dans sa cabane jusquà ce quil pût rejoindre Bruxelles, en sécurité. Arrivé à Bruxelles, il y retrouva sa femme, puis se cacha prudemment dans les environs de la cité. Les deux époux se revoyaient en secret, afin déviter les soupçons. Mais la mort de Charles le Téméraire, devant Nancy, le 5 janvier 1477, et lamnistie générale décrétée par Marie de Bourgogne, permettait à présent au Liégeois de réapparaître à nouveau, aux yeux de tous, en homme libre.

     

    2. Le cheval du chevalier de Lalaing.

     

    2.1. Le sauvetage de la duchesse de Bourgogne.

     

    Nous sommes en 1453, alors que la guerre oppose le duc de Bourgogne Philippe le Bon et la ville révoltée de Gand. Durant ces événements, les Gantois nourrirent le projet d’enlever la femme du duc de Bourgogne, sur la route menant de Lille à Bruxelles. Ensuite, la retenant en otage, ils avaient l’intention de contraindre son époux à une paix honteuse. Mais ayant eu vent de ces funestes projets, un chevalier de la Toison d’Or nommé Simon de Lalaing, accompagné de quelques centaines de cavaliers, se porta à la rencontre des Gantois qui furent défaits. La duchesse envoya alors de Lalaing prévenir le duc de cette victoire. Hélas, durant la bataille contre les Gantois, le cheval du chevalier de Lalaing avait été méchamment blessé par une lance ennemie et, bien entendu, cette blessure ne fit que s’envenimer durant le voyage ordonné par la duchesse. Arrivé à Bruxelles, Simon de Lalaing conduisit son cheval aux Petits-Frères qui étaient alors établis au bord du fossé qui a donné son nom à l’actuelle « rue du Fossé-aux-Loups ». Le chevalier fit don de son cheval à saint François, un saint révéré par sa famille et auquel il avait recommandé ses armes avant la bataille contre les Gantois. Mais contre toute attente, le courageux destrier se rétablit très bien de sa blessure et l’on apprit bientôt l’heureuse nouvelle au seigneur de Lalaing. Celui-ci offrit alors 50 ducats pour le rachat de son cheval, à quoi les Petits-Frères lui opposèrent un net refus, faisant valoir que, désormais, le cheval appartenait à…saint François. Toutefois, lorsque le chevalier offrit 200 ducats pour l’embellissement de leur chapelle, les religieux ne se firent pas prier pour rendre le destrier à son légitime propriétaire… ! C’est depuis cette époque, dit-on, qu’une ruelle donnant dans la rue du Fossé-aux-Loups, est désignée sous le nom d’ « impasse du Cheval ».

     

    2.2. La guerre contre les Gantois.

     

    Replaçons cet événement semi-légendaire –le projet d’enlèvement de la duchesse relève de l’Histoire, alors que celle du cheval est plus que probablement légendaire- dans son contexte historique. En 1453, les Gantois se révoltèrent contre Philippe le Bon de manière tellement organisée, que la révolte commençait à gagner toute la Flandre. Des mercenaires écossais avaient même rallié les milices flamandes. Les troubles durèrent deux années au bout desquelles Philippe le Bon résolut d’écraser la révolte. Pour ce faire, au début du mois de juin 1453, il leva une armée forte de 30.000 hommes qu’il fit marcher sur la Flandre. Le 16 juillet, Philippe le Bon mit le siège devant le château de Gavere, localité située à environ quinze kilomètres au sud de Gand. Les quelques défenseurs de la place furent chassés ou pendus. Mais le 23 juillet, une armée gantoise se porta à la rencontre de l’armée bourguignonne. Gonflée de tous les hommes valides de la région, âgés de 20 à 60 ans, elle rassembla bientôt 30.000 hommes également. Entre-temps, les troupes de Philippe le Bon s’étaient déployées sur les collines et dans les bosquets des environs, alors qu’une avant-garde bourguignonne empêchait les milices flamandes de se mettre en ordre de bataille. Suite à une négligence, une étincelle mis le feu aux poudres et détruisit l’artillerie gantoise. Ce fut là le signal de la déroute. Pris de panique, les Gantois furent écrasés par les troupes bourguignonnes, laissant 16.000 morts sur le champ de bataille. Gand était désormais à la merci du duc qui imposa à ses habitants « comme suprême condition pour éviter le massacre, de demander pardon en français : un délégué des vaincus dira la formule française imposée, puis tous à l’unisson crieront grâce. » (Le français à Bruxelles aux siècles passés, p. 62).

     

    3. Le théâtre français rue du Fossé-aux-Loups au 17e siècle.

     

    Dès l’année 1650, on note la présence, rue du Fossé-aux-Loups, d’une troupe théâtrale française réputée et établie depuis trente ans à Paris : la Compagnie du Prince d’Orange. Elle se produisait dans une salle de jeu de paume aménagée à grands frais en salle de théâtre. La même année, un autre théâtre, soit la salle de la Montagne-Sainte-Elisabeth (1650-1706), fut construit par un brasseur bruxellois bien avisé. Dès 1652 et 1653, les Français lui demandèrent de leur louer ladite salle. Leur répertoire nous est peu connu, mais il apparaît comme certain que Rotrou (dramaturge et poète français, 1609-1650) fut joué à Bruxelles durant ces années, de même qu’une comédie récente de Thomas Corneille (juriste et auteur dramatique français, 1625-1709). En 1661, une autre troupe de théâtre français, qui venait à peine de se fixer à Saint-Germain-des-Prés, se produisit sur ces deux scènes. Les Bruxellois baptisèrent cette troupe de « Comédiens de Mademoiselle », du fait que Mademoiselle d’Orléans, duchesse de Montpensier et tante de Louis XIV, avait accepté de les patronner afin de les récompenser de leurs nombreux succès. L’actuelle « rue des Comédiens » perpétue le souvenir de la salle de la Montagne-Sainte-Elisabeth.

     

    4. Le « Pain à la grecque ».

     

    Il existe à Bruxelles une pâtisserie nommée « pain à la grecque ». Elle n’a toutefois rien de commun avec la patrie de Dionysos et devrait, en fait, être nommée « pain à la grecht » vu qu’elle tirerait son nom de la rue du Fossé-aux-Loups que l’on nomme en bruxellois Wolvengracht, « grecht » ou « gracht » signifiant « fossé ». A l’origine, le nom de cette pâtisserie fut bruut van de grecht (=pain du fossé) et il s’agirait d’une référence au fossé de la première enceinte de Bruxelles dont une partie se situait à l’emplacement même de la rue du Fossé-aux-Loups. Bruut van de grecht fut donc traduit à moitié, à la manière bruxelloise, pour devenir finalement notre « pain à la grecque » !

     

    5. Des loups dans le fossé ?

     

    A noter également que le rue du Fossé-aux-Loups pourrait devoir son nom à un fossé rempli d’eau bourbeuse et stagnante où, jadis, dit-on, venaient se désaltérer les loups de la forêt de Soignes.

     

    Eric TIMMERMANS.

     

    Sources : « Bruxelles, notre capitale », Louis Quiévreux, PIM-Services, 1951 / Dictionnaire historique et anecdotique des rues de Bruxelles, Jean dOsta, Le Livre, 1995 / Dictionnaire historique des rues, placesde Bruxelles » (1857), Eug. Bochart, Editions Culture et Civilisation, 1981 / Histoire secrète de Bruxelles, Paul de Saint-Hilaire, Albin Michel, 1981 / Le français à Bruxelles aux siècles passés, L. van den Bruwaene, Rossel, 1980, p. 151 / Légendes bruxelloises, Victor Devogel, TEL/Legrain – J. Lebègue et Cie, 1914 / Promenades bruxelloises, La Première enceinte, Ville de Bruxelles, 2002.