• Métiers Disparus

    La Cireuse de Chaussures

     

    cireuse-de-chaussures.jpg

    Photo 1

     

     

    reverbère.jpg
    Photo 2

     

     

    boulanger.jpg
    Photo 3

     

     

    1277345_10202222508470939_360966140_o[1].jpg

    Photo 4

    Le "Stoemper"


    Sa fonction était de pousser les charrettes en haut d'une côte.
    L'arrière Grand-Père de Joseph Brisart, remplissait cette fonction
      

     

  • Les Toppy

    Les Toppy

    Les Toppy

    Chez "Caille" - février 1959

     

    Ci-dessous le mur de "LA KALABABA"

     

    Louis Samin

    Le ket à la lanterne, Pierrot, puis César et de dos Louis.














    TAS1

    A1 Pierrot, A2 Jean-Jacques, A3 Léon, A4 les yeux de Charly Paris et A 5 Rififi

     

    Nicky4


     

    On est chez le "Père Caille", dont la Maison de Jeune était située au 19, rue du Poinçon.

    Les kets :

    A1 Léon Verhaert, il habitait chez sa maman dans l'impasse des Lunettes.

    Léon, était très élégant et soignait particulièrement son look, et en particulier ses cheveux. Chaque vendredi, il allait chez le coiffeur de la rue des Riches-Claires pour "faire pour 12 francs de crolles". C'était mon ami de ma petite enfance, il avait qu'un défaut, il rongeait très, très fort ses ongles. Ma mère le surnommait "Lang Haar" pour ses cheveux longs.
    Dès qu'il a eu 16 ans, Léon est parti au club de la rue des Tanneurs et sortait au café "les 100.000 mille disques". Au dernières nouvelles il habite en Espagne.

    On aperçoit en partie la figure de Louis Samin. 
    Louis, était le plus jeune de la bande et habitait, la rue des Potiers, il aimait s'habiller en noir et adorait la musique. Il a fait une très belle carrière chez les pompiers de Bruxelles, en terminant au grade d'Adjudant.

    A3 Pierrot César, est parti habiter Anderlecht, je l'ai retrouvé qu'en novembre 2012.

    A4 Pierrot Heymbeeck, n'avait que 14 ans. ½

    On aperçoit le bout d'écharpe de Charly Paris, frère de Léon notre ami du blog. Charly, est également un ami de ma petite enfance, pour qui j'ai gardé une affection particulière.

    Jean-Jacques TAS, vivait à Anderlecht avec son papa, qui était représentant du café "Padanga" . Comme nous, il a travaillé "chez Moysson", l'usine de chaussures, et même au "Rollmops" sur le boulevard Anspach.

    Je l'ai revu au début des années 70, rue de Soignies, il était en ménage avec Jeannine Detournay, qui était une amie de francine.

    Et enfin, Louis, le fils de Charrel du café l'Ok Corral, situé rue de Ransfort, Le surnom de Louis était Rififi,  sa particularité était la danse (slow) qu'il pratiquait sur 20 centimètres carré et en serrant très, très, mais très fort sa partenaire. Rififi (ma mère disait Rifififififi) est décédé
    de manière tragique, tué d'une balle en plein cœur à l'âge de 21 ans.

    Un demi-siècle est passé, mais tous mes amis sont bien restés gravés dans ma mémoire.

     

  • La rue du Faucon


    beulestroet - merci Nelly

     

     

    Voici la version officielle
    "Origine des noms de Bruxelles"

    Le plus ancien nom qu'on la connaisse est "Beulestraat" (rue du Bourreau), nom populaire décerné parce qu'au 16ème siècle l'exécuteur des hautes oeuvres y habitait.  Au 18ème siècle, la rue s'orna d'un faucon peint sur l'enseigne d'un cabaret "In de Valk".
    Ce faucon imposa peu à peu son nom à la rue et devint officiel en 1851.
    Source:Le Pentagone online.

    +-+-+-+-+-

     

    Autre version de 1857

    Cette rue commence rue Haute ; fini rue des Minimes.

    Aux deux tiers de cette rue, en descendant à droite avant d'arriver rue Haute, on voyait autrefois une maison à porte rouge, habité par un bourreau dont l'aspect seul glaçait d'effroi. Cet homme était le Bourreau.

    La rue, prenant le nom du terrible exécuteur des hautes-œuvres, fut appelée par le peuple « rue du bourreau », en dépit de toutes les dénominations officielles.  Le domicile de l'homme de la loi fut changé, mais la rue conserva son nom.

    Enfin une brasserie, portant un faucon pour enseigne, commença à renverser la vieille coutume populaire, et le titre de rue du Faucon fut généralement adopté.

    Source : Dictionnaire Historique des rues, places... de Bruxelles.
    Eug. BOCHART - année 1857.

    +-+-+-+-+-

     

    Version du bompa de Nelly.

    La rue du Faucon tous les anciens du quartier ne l'appelait pas autrement que "de Beulestroet".
    Un jour que je montais  la rue avec mon bompa, je lui ai demandé pourquoi les gens l'appelaient ainsi.
    En  me montrant les petites maisons blanches qui sont à droite de la photo, il m'a raconté ce qui va suivre.

    "Au 19 nième siècle dans une de ces petites maisons habitait un certain Jef (Joseph) dont il ignorait le nom de famille . La profession de cet homme était bourreau. Il pratiquait son métier  et guillotinait  les condamnés pas loin de là à la Porte d'Hal.. Les gens du quartier avaient peur du bourreau et ce serait pour cela qu'ils ont appelé cette rue du Faucon "de Beulestroet" la rue du Bourreau".

    A mon bompa ce sont ses parents qui lui ont raconté tout cela.
    Ecrit par Nelly Lallemand.

     

     

    merci Nelly

    Photo 1

     

    Le coin de la rue du Faucon et la rue des Minimes à deux pas du "Raasebountje".

    Encore merci pour Nelly
    Photo 2

     

     

     

    nelly lallemand,gilbert delepeleere
    Photo A

    Le monsieur agenouillé coupe du "petit bois"

     


    nelly lallemand,gilbert delepeleere

    Photo B

     

    20090427-144506
    Photo 3

    Gilbert ce ket, il te ressemble.
    Ce genre de situation tu l'as connu souvent hein?

    Nelly Sans rigoler, c'est rigoureusement VRAIE ta réflexion
    rien qu'en regardant la photo j'ai envie de...m'encourir et mon avance d'après mon expérience est assez limitée..+ bas y a une ruelle à droite. et là awel faut foncééééé Monter l'escalier à côté du "raazeboutche, hop sur la rampe et hop sur les "valses trappes" enn ik ben gesauveit.

     

    Nelly Lallemand

    Photo 4

     

     

    20090426-133640

    Photo 5

     

     

    20090426-124921

    Photo 6

     

     

    Untitled-1

    Photo 7

    20090426-134448

     Photo 8

     

    Merci à Natacha Janssens
    Photo 9

    Jean Darling en 1959
    rue du faucon.

     

    Merci à Natacha Jansses 1
    Photo faite en 1957 à Indianapolis (U.S.A.)

     
    A 1 Pajow ,
    A 2 Bertha,
    A 3 Bill
    et leur fils jean.

     

    nelly lallemand,gilbert delepeleere
    Le café "CHEZ NAS"
    Merci à Jef Slagmulder pour la photo