• Louis Surdiacourt

    Madame Mariette DELEPELEER, son épouse ;

    Monsieur Jacky SURDIACOURT et Madame Martha VERKOELEN,
    Monsieur Tony SURDIACOURT et Madame Véronique VERHEYLEWEGEN, ses enfants ;
    Monsieur Vincent SURDIACOURT et sa compagne Aurore BOSSICARD et leurs filles Inès et Candy
    Madame Jessica SURDIACOURT et son compagnon Jean François BEGUIN et leur fils Louis ses petits enfants et arrières-petits enfants ;
    Monsieur Jacques SURDIACOURT , ses enfants et petits enfants ;
    Madame Jeanine SURDIACOURT et son époux Guillaume KEKENBOSCH leurs enfants , petits enfants et arrière petits enfants ;

    Ses frère ,  sœur , beau-frère , nièces et neveux ;

    Les familles SURDIACOURT , DELEPELEER et apparentées

    Ont la profonde tristesse de vous faire part du décès de

    MONSIEUR  Louis SURDIACOURT
    Né à Bruxelles le 10 janvier 1932 et décédé à Anderlecht le 29 septembre 2010

    La bénédiction des funérailles suivie de l’incinération et la dispersion des cendres au

    Crématorium de Bruxelles auront lieu le samedi 2 octobre 2010 à 11 heures

     Réunion au crématorium à 10h45

  • Marcel Verschueren

    Nous venons d'apprendre le décès de Monsieur
    MARCEL VERSCHUEREN

     

    marcel (1)[1].JPG

    Nous présentons nos sincères condoléances à ses proches.

    -*-*-*-*-*

    Bonjour à toutes et tous, je vous remercie pour le soutien.
    Je tiens à vous informer que son dernier voyage aura lieu ce samedi deux octobre 2010 à 08h30 à Uccle avenue  du silence,  puis nous vous invitons pour le café, à la taverne le "Président" chaussée de Gand (face au cimetière) de Molenbeek. La dispersion des cendres aura lieu,  vers 11h00 au cimetière de Molenbeek.  Encore merci pour votre soutien.

    René Verschueren.

  • Rue Haute 196

    RUE HAUTE 196
    Impasse Ververs

     

    Photo.jpg

     

    Dans cette impasse,bâtie vers 1840,il y avait 7 maisons à 1 étage.La particularité de ce lieu était que face à ses maisonnettes
    il y avait des jardins et aux dires d'un ancien Bruxellois qui y a habité au début des années 30,lorsqu'il était un petit ket,sur le
    mur au fond de ces jardins, quelques plantes grimpaient le long d'un treillis : c'étaient des VIGNES!
    Eh oui,des vignes comme on pouvait en trouver,en ce temps là,dans certaines guinguettes.Ces grappes de raisins,d'après
    cet ancien locataire(dont l'interview par Gust Guilliaume a été relaté dans son livre"Figures de chez nous"),avaient une
    grandeur à peu près de 10 centimètres et la grosseur du fruit ne dépassait celle d'un petit pois et en avait la même couleur verte.
    Pour entrer dans cette curieuse venelle,il fallait longer un étroit et sombre couloir communiquant avec la rue Haute(au n°196).
    Soeur siamoise avec l'impasse Bullinckx avec laquelle elle était contiguë,ces 2 impasses devaient se partager l'usage de 2
    W.C(sans chasse!)pour +/-72 personnes en 1930.Le V1(bombe volante nazie) qui est tombé en 1944 rue des Minimes  et qui
    devait toucher le Palais de Justice,a rendu les habitations de ces 2 impasses définitivement inhabitables. 

    ---------------------------------------------------

     

     Ci-dessous un rapport de 1932, donc à la même époque que la situation décrite plus haut

     

    Ververs 1.jpg

    Ververs 2.jpg

     

    Ververs 3.jpg

    Source :  Enquête 1932 - tome 1 - Comité officiel de Patronage des Habitations
    ouvrières et des institutions de Prévoyance. VILLE DE BRUXELLES.

     -----------------------------------

     

    Sans titre - 1.jpg

    Photo exraite du tome 1 - Bruxelles 1000 - Une Histoire Capitale

    L'entrée de l'impasse Ververs constitue l'entrée de la lingerie Robert (1983)

    L'impasse est décrite par Jacques Dubreucq, comme un vrai village avec ses pompes à eau, réverbères à gaz, poules et pigeons, et tout ça à deux pas de la rue Haute.

    Pour gagner cette cour des miracles d'un autre âge,on franchissait un sombre couloir,

    puis sept marches, puis encore huit, toutes d'une pierre bleu luisante de vieilesse.

    Sans titre - 4.jpg

    Petit magasin de chaussures, qui un jour eut la visite de la maman de Gilbert, pour y faire l'achat d'une paire de botte
    en caoutchouc. Au dessus de la tête de la dame apparaît l'inscription " PRIX SPECIAUX AUX REVENDEURS", faut -il en déduire que le magasin vendait aussi en gros ? 

     

  • Footbaal


    Francis Geeraerts, nous ouvre

    sa boîte à images II.

     

    img072.jpg

    La photo date du 22-8 1959
    Le Sporting d'Anderlecht jouait contre Gwardia Varsovie
    En bas de G à D WOBLING-JURION-STOCKMAN-VAN DE BOER-JORDAN
    En haut DE G à D DE KOSTER-WEEK-HANON-CULOT-DE VOGELAERE-LIPPENS"

    img070.jpg
    Photo 2

     Equipe Nationale qui jouait contre la Suisse.

    En bas de gauche à droite ; Piters, Jurion, Ritzen, Van Den Bergh, Jadot
    En haut de gauche à droite ; Dierickx, Lippens, Saeys, Raskin, Mees, Seghers.

     

    img071.jpg

    Photo 3

    Equipe Nationale Militaire - le 7 février 1960

     

  • Menneke-Pis

     

     

    Photo-003.jpg

    Photo.jpg

     

    Combien de légendes concernent notre Menneke-Pis national?

     
    En voici quelques unes des plus connues :

    -On raconte qu'au début du XIIème siècle,lors de la bataille de Ransbeke,près de Vilvorde,entrent les Malinois et les Bruxellois ,
      le jeune duc de Brabant,Godefroid III,âgé d'un an à peine,fut suspendu,dans un berceau,à une branche d'arbre,afin que sa
      présence stimule les Bruxellois.A un moment donné,on vit l'enfant,debout dans son berceau,satisfaisant un besoin naturel.
      Devant ce geste de mépris à l'égard de l'ennemi,les Bruxellois,animés d'un courage surhumain ,défirent leurs adversaires.
      En souvenir de la victoire,on érigea,au bébé,une statue et l'on donna à la rue où elle se trouve le nom de rue du Chêne,car
      c'était à un chêne qu'était pendu le berceau.
     
    -On dit aussi ceci : le comte et la comtesse d'Hove partirent un jour de Bruxelles,avec leur fils,âgé de 5 ans,à la rencontre de
      Croisés revenant de Terre-Sainte.après une longue marche dans les faubourgs,ils demandèrent à l'enfant s'il ne devait pas
      faire pipi.Le bambin ,trop occupé à faire admirer sa belle prestance,répondit que non mais les premiers Croisés apparaissant,
      l'enfant ne tarda pas à se rendre compte qu'on ne contrarie pas les lois de la nature et,à un endroit où la foule était particuliè-
      rement dense, il fut obligé de succomber.Les Croisés passèrent.Ils passèrent pendant longtemps.Pendant 2 heures.Et,pendant
      2 heures,le jeune d'Hove ne cessa d'arroser.Pour racheter l'affront que leur fils avait infligé aux guerriers,le comte et la
      comtesse éleverent,à l'angle des rues du Chêne et de l'Etuve,une statuette expiatoire,celle de Menneke-pis.
     
    -On dit encore qu'au XIIIème siècle,un petit garçon nommé Juliaanske(le petit Julien)aurait sauvé la ville en éteignant,à sa
      manière,la mèche à l'aide de laquelle les ennemis voulaient mettre le feu à la cité.
     
    -On prétend que,vers le milieu du milieu du XIVème siècle,un juif aurait enlevé un petit garçon pour en faire la victime d'un
      sacrifice rituel.Au moment où l'enfant allait être sacrifié,il fut sauvé par Notre-Dame de Bon-secours.En signe de reconnaissan-
      ce,les Bruxellois éleverent la statue et la fontaine en l'honneur de la madone.
     
    -Une des légende les + populaires concerne une vieille sorcière qui,vers 1450,habitait la maison situèe au coin de la rue du
     Chêne et de la rue de l'Etuve.Un enfant ,ayant été surpris par elle au moment où il arrosait  le seuil de sa porte,fut condamné
     à faire la même chose,au même endroit,et à perpétuité.
     
    -Enfin,conte-t-on,un riche bourgeois aurait perdu son fils unique dans la foule,au cours d'une fête.Il promit à la Vierge,s'il le
     retrouvait,de faire don à la ville d'une statue qui le montrerait tel qu'il était lorsque son père le retrouverait.Le voeu fut exaucé
     et Menneke-Pis montre encore aujourd'hui ce que faisait le petit perdu à l'instant où on l'a retrouvé. 
     
    Une 7ème légende relaté par une plaquette de Marco Marcovici  nous dit que :
     
    -Le duc Godefroid III de Brabant,âgé de 6 ans ,se serait échappé du palais paternel et aurait vagabondé,quelques heures,
     avec les polissons de son âge,à travers les vieux quartiers de la cité.Avec les sous qu'il avait chipés à sa gouvernante,il aurait
     bu du faro et on l'aurait finalement retrouvé dans une pose...académique,à l'endroit même où le Petit Bout d'homme se fiche
     carrément du public. 
     
    MAIS...histoire de zwanzer,voici...
     
    "L'AUTHENTIQUE HISTOIRE DE MENNEKE-PIS"
     
     racontée par Jef Lawaait natif de Molenbeek et plus précisément de ce quartier aristocratique qui était limité antan par la rue
     Saint-Martin, la rue de la Borne et la rue de la Savonnerie.
     
    "Ceci c'est la vérité,même ...qu'il l'a mise en poième"
     
    Les 3 WALLEBAKS
     
    -O temps passé,quansque les oeile prékaient...(quand prêchaient les hiboux)
    -Et quand Bruxelles n'était qu'un grandhige marais,
    -Avec 2,3 maisons dessus et des rats pleins les trous,
    -Vivaient dans une impasse,sur la rue de l'Etuve,
    -3 wallebaks(bambocheurs):Pit Krol,Pé Slach et Jan de Duuve...
    -Un soir qu'y sortaient de leur chocheté, 
    -Les Gais Zonnekloppers ousqu'on avait fêté,
    -Le cinquante ans du trésorier adjoint,
    -Mossieu Verkesvlies,du quai au Foin,
    -Et qu'y n'avaient pas envie de rentrer dans leur kot,
    -Y-z'ont wallebaké z'à 3 et y-z'ont fait les zots,
    -Doemme!dit tout à coup Slach,je dois met'l'eau dehors;
    -Car je crois qu'au banquet j'ai zoeipé un peu fort.
    -Moi-z'ossi!crie Krol-En ik uuk!glapit Jean.
    (ça est drôle,les sourds crient toujours fort cont'les gens.)
    .-Y z'allaient s'met'en posture,
    -Cont' une blaffeture...
    -Quand le Krol ,le plus fort zwanzeur du Nord au Midi,
    -Dit:j'ai une idée,on va faire un pari,
    -Et celui qui perdra,il y s'ra pour une tournée générale,
    -Chez Trinette Mettekô au coin des Halles.
    -Pourquoisque,demande le Duuve,on doit z'aller z'à Paris?
    -Pas Paris,un pari!gueulent les ot's dans son oreille,compris?
    -Et on va parier quoi?demandent Pé et son ami.
    -Pour çuila,répond Krol,qui versera le moins vite,
    -Tout squ'on a sifflé au banquet de la cuite :
    -On va z'aller met' à 3 rue du Chêne sur une pierre,
    -Ousqu'y a une horloge pour voir l'heure,tout près d'un réverbère.
    -D'accord,disent les 2 z'ot'.Pé Slach fait ça exactement,
    -8 minutes,7 secondes sur le cadran.
    -Krol,d'un train de senateur,
    -Lâche pendant z'un gros quart d'heure.
    -A son tour ,Jan den duuve,debout sur la pierre,
    -Pour gagner le match arrose la terre.
    -Il arrosait ainsi depuis 5 bonnes minutes,
    -Quand l'horloge,fatiguée,elle a dit flûte!
    -Et elle s'est arrêtée
    -D'avancer.
    -Mais le Duuve,pour faire mieux qu'ses amis,
    -Il a continué à faire pipi.
    -De temps en temps,y pensait
    -Que s'laisser bat'par les z'ôt',y n'pouvait,
    -Et y continuait,y continuait,
    -Ca durait déjà 5 jours ainsi,
    -Et le Duuve avait battu à plate couture ses amis,
    -Mais ça y savait pas ,le pov'wallebak,
    -A cose de l'horloge restée en rac,
    -Et si fort
    -Y voulait bat'le r'cord,
    -Qu'il arrosait encor'
    -(ça s'est un kastar.)
    -8 semaines plus tard.
    -Et l'horloge,comme toutes les choses offichelles,
    -400 ans après,elle
    -Etait toujours pas raccomodée,
    -(Sur l'hôtel de ville y fallait étudier,
    -Veurgule par veurgule son dossier...)
    -Et le Duuve,pour pas cesser
    -D'arroser,
    -S'est tant vidé
    -Qu'y s'est rapetissé
    -Et qu' ses vêtements usés,
    -De son corps sont tombés,
    -Et à force de pas r'muer,
    -Il a plu su bouger.
    -Et c'est ainsi,mes chers amis,
    -Qu'il est dev'nu Meneke-Pis;
    -Et voilà pourquoi,pour pas perd'son pari,
    -Y continue à faire pipi.
    -Et le Duuve,y descendra pas d'sa loge,
    -Ossi longtemps qu'Bruxelles s'ra sans horloge.
    -Et ça s'ra pas demain,
    -Ni après-d'main,
    -Mais bien longtemps après qu'sur l'Hôtel de ville,tous les malins
    -Auront donné leur pipe à Martin.
     
    Source : "Bruxelles,notre capitale"  écrit par Louis Quiévreux.

    MERCI A JEF POUR LES COMMENTAIRES

     

    Chaussée-d'Anvers.jpg

     Le quartier de la chaussée d'Anvers
    Molenbeek Saint Jean.

     

  • Publi-Ciné

     

    Pour Bribosia

    Je cherche une image où une affiche représentant ce fameux petit groom publicitaire
    tu peux m'aider ? rien trouvé sur la toile !

    Et Voila...

     

    publi Cine.jpg

    Extrait du tome 4 - Bruxelles une Histoire Capitale
    Jacques Dubreucq

    Tous les gens qui ont connu la deuxième guerre se souviendront qu'au 13 de la rue du Canal existait "Publi-Ciné", agence de publicités qu'on passait alors dans les cinémas. Et dont l'image immortelle était ce petit négre souriant qui faisait tourner dans ses blanches pupilles des yeux noirs comme du charbons. Disparu un jour sans laisser de traces.