• Bruxellois en vacances

     

    Bruxellois en vacances en camping

    Quelques photos trouvées dans les archives familiale illustrent  les premières vacances de mon enfance en camping.

     

     

    77.jpg
    Photo 1
     
     

    Ces photos avec mes parents datent de 1950 et ont été prises à proximité du village de Gênes ( Pas en Italie mais à qcq km de La Roche en Ardenne - Belgique ) sur un ancien site de villas construites par les Allemands pendant la dernière guerre et destinées comme lieu de villégiature pour les officiers du reich !
     
     
    11.jpg
    Photo 2
    22.jpg
    Photo 3
     
     
    Tout ayant été détruit et rasé en 1945 par la résistance et les villageois , le fermier ami de mes grand parents et propriétaire des lieux nous autorisaient à y camper .

    A l'âge de 4 ans , c'était donc mon premier "camping à la ferme"

    Pas de sanitaires ni gaz , électricité , chauffage , évidemment pas de tv , gsm etc ... mais uniquement la radio dans une voiture et une source d'eau canalisée qui alimentait d'ailleurs la "piscine" ... détruite seulement en partie mais toujours utilisable pour notre plus grand bonheur.
    33.jpg
    Photo 4
     
     
    44.jpg
    Photo 5
    Pour tout dire il n'y avait pas grand chose , matelas rempli de paille , vous remarquerez la corvée bois pour alimenter la "cuisinière" , les toiles de tente avec tapis de sol séparé , la corvée vaisselle , le mobilier de camping etc ...
    55.jpg
    Photo 6
     
     
    66.jpg
    Photo 7
    60 ans plus tard j'en garde encore d'excellents souvenirs.
    Souvenirs d'André COLARD

     

     

     

     

  • Impasses de la Marolle

     

    archidu.jpg

     

     

      

    Isabelle d'Espagne  (1566 - 1633

     

     

     

     

     

     

    La Marolle.

    Jacques DUBREUCQ écrit dans son volume 1 de BRUXELLES 1000 une histoire capitale.

     

    « Le vaste vaisseau triangulaire appuyé au Palais de Justice et pointé entre les rues Montserrat et aux Laines est de nos jours (1980) un îlot noirâtre et tristement laissé à son sort. Augmentons-le par la pensée, des deux tiers de la surface du Palais de Justice et voilà notre vaisseau à peu près doublé.

    Voilà surtout restituée à ses démentions originelles le seule, l’unique Marolle bruxelloise.
    Tout le reste en contrebas des rues Montserrat et des Minimes, la rue Haute, la Chapelle, etc. n’ont historiquement rien de commun avec la Marolle,  bien qu’on englobe ce vaste district, à tort, sous ce même vocable. »

    Les Marolliens, délimitaient  la Marolle, en précisant même le nom des rues ainsi que le coté droit de la rue Haute (en partant de la porte de Hal) qui était  une des limite du quartier.
    Pour quelle raison la Marolle, selon eux s’arrêtait à cet endroit précis ? 
    Peut-être que l’explication se trouve toujours dans le livre de Monsieur DUBREUCQ.

     

    « Du temps de l’archiduchesse Isabelle (1566-1633), la Marolle était un quartier chaud, la morale de l’époque ne le permettait pas. C’est pourquoi on boucla le quartier et en un tournemain, toutes les ruelles attenantes, tant vers la rue aux Laines que les nombreuses descentes vers la rue Haute, à l’exception des rues de l’Epée et de l’Eventail, allaient se retrouver pourvues de guichets. Ouverts à heure fixe. Très chichement et comme le commerce  se portait au mieux,  l’autorité décida d’interdire complètement  la zone chaude aux militaires. Rien ne changeait pour autant. On dû alors prendre les grands moyens, on emmura totalement le quartier. La Marolle devenait un authentique ghetto.
    Qui devait se libérer  qu’après la mort de la très vertueuse archiduchesse. »

     

     

    Palais + Katehof.jpg
    La toute nouvelle Place  Jean Jacobs, on voit encore quelques maisons de la rue d'Artifice, mais pas encore le monument commémorant le naufrage du navire école "Comte de Smets de Nayer".
    C'est avec la démolition de l'hôspice du Pachéco, que cette place vit le jour.
    1850, un drame c'est déroulé dans la "blokkestroêt". (rue Wynants aujourd'hui)
    L'étable du vacher de la rue a brulé, malgré la rapidité des secours, 5 vaches et un cochon ont péri dans les flammes et un cheval a été aveuglé.
    En ce temps là, le site du futur palais le long de la rue des sabots, n'était encore à peu près que pature.
     
     
    Numériser0002.jpg
    Numériser0003.jpg
    Numériser0001.jpg
    Photos des impasses  Guillaume Kekenbosch
     
     
     
    Cité Courbet.jpg
    Descriptif.jpg
    Entrée.jpg
    intérieure.jpg
    Une seule pièce, le lit des parents et des enfants.
    Une klirkas, ne stoel, de stauv ne spégel, de café pot, de mure, la skaa garniteur ;
    ne weker, les deux douilles de la guerre 14-18, ne klane Engel.
    Et alors, quelle affaire, "Jef de pot es kapot"
    QUELLE EPOQUE
     
    La cité Courbet était encore là dans les années cinquante, îlot de six immeubles, on y trouvait des terrasses et de coquets jardinets, 220
     
    ~~~~~~~~~~~~~~~
     

    La cité Courbet était encore là dans les années cinquante, îlot de six immeubles, on y trouvait des terrasses et de coquets jardinets, 220 personnes  y habitaient.

    La cité était protégée ! D’une grille à son entrée. Sa sortie rue aux Laines était, en 1932, occupé par un garage. Lequel avait succédé à une "société du Coin Perdu" il y avait même, un "Café du Coin perdu".

     C’est en 1858, que débute l’histoire de la cité (impasse). Monsieur Paulussen, proprio de quatorze ares de terrain vague,  souhaitait construire  93 logements pour 400 personnes, avec une grille coté rue Monserret. Un lavoir commun au centre ethuit bouches d’eau.

    La grille devait en fait remplacer une méchante porte de bois au pied d’un hangar sordide.

    Il fut question de remplacer l’impasse Courbet en rue, mais l’idée n’aboutit jamais.

    A proximité de cette dernière, a encore existé, au numéro 100 de la rue des Minimes ( ex rue des Marolles et aujourd’hui rue Monserrat)

    une impasse du Lierre, intégré dans la bâtisse fin 1866. Le 106, alors, était un estaminet servant de local à une société de jeu de palets: Les Jeunes Amateurs.

    En 1855 rue aux Laines, c’était ouverte une succursale économique.
    Source : Bruxelles 1000 – une Histoire Capitale volume 1

     -----------

     Certains Marollien  encore en vie, gardent de la cité un souvenir "moins poétique"

     
     Fauco,.jpg
    Descrip.jpg
    Entrée imp..jpg
    Cour.jpg
    Photos et texte extrait de l'enquête de la ville de Bruxelles en 1932 - tome 1
    Merci à Guillaume Kekenbosch.
     
     
    A la gauche de  l'entrée de l'impasse se trouvait une modeste boutique, disparue dans les années 1960.
    Un siècle plus tôt, le vacher Vrydag avait remis son bien à Monsieur kumps, qui en ferait de même en 1870 en faveur d'un autre vacher Lagaert.
     
     
    Numériser0010.jpg
    Descript.jpg
    Entrée.jpg

    Entre les rues Evers et Dumonceau, à peu près en face du débouché de la rue Montserrat, se forma au 170 actuel, une « Impasse des Fourrages », ainsi nommée en 1853 (arrêté du 4 mai 1853), et disparue autour de 1940.

    Trente-cinq personnes habitaient là. La maison qui la séparait de la rue Dumonceau était occupée en 1860 par M. Jean Plas, vacher. (encore un!)
    Extrait de Bruxelles 1000 – tome 1 - Jacques Dubreucq.

    Vue sur la rue.jpg
    Groseille.jpg
    Descriptif2.jpg
    Entrée1.jpg
    Cour.jpg
    Photos extraites de l'enquête de 1932.
    Merci à Guillaume Kekenbosch.
     
     
     

    L’Impasse des Groseilles, grande cour intérieure dont la propreté actuelle n’a plus rien de comparable avec le sordide d’autrefois.

    Avant guerre encore, on y trouvait un misérable dépôt de chiffons, deux ou trois pigeonniers, (voir photo) et même un élevage de chiens. (la dame tient un Loulou ?)

    La cave du n°3 abritait à elle seule une famille de 5 personnes, et était régulièrement inondée, par pluie même modérée.

    Au total les 3 maisons de l’impasse des Groseilles abritait alors une bonne cinquantaine d’habitants. Encore une poignée de nos jours (1980).
    La petite cour sans nom, vieille de 2 siècles avait reçu son nom de Groseilles lors du décret de 1853.

    Au numéro 29 de la rue de Faucon, on y trouvait en 1851 un cabinet de lecture, Chez Rémy !!!!

    Extrait de Bruxelles 1000 – tome 1 - Jacques Dubreucq.

     
  • Woluwe Saint-Pierre

     

    Woluwe-Saint-Pierre
    En cartes postales anciennes

     

    L'avenue de Tervuren, est encore de nos jours, une grande et belle avenue bordée d'arbres de Bruxelles allant jusqu'à Tervuren. Celle-ci commence au parc du Cinquantenaire non loin du rond-point Montgomery dans la commune d’Etterbeek  Après avoir longé le parc de Woluwe dans la commune de Woluwe-Saint-Pierre  elle traverse Auderghem  à proximité du Rouge-Cloître  pour arriver aux Quatre-Bras  À Tervuren, après avoir passé le ring de Bruxelles aux Quatre Bras et le Ravenstein un peu plus loin, elle continue jusqu'au rond-point du palais de Tervuren

     

     

     

     

     

    01.jpg
    Photo 1
    02.jpg
    Carte 2
    03.jpg
    Carte 3
    04.jpg
    Carte 4
    05.jpg
    Carte 5
    06.jpg
    Carte 6
    07.jpg
    Carte 7
    08.jpg
    Carte 8
    09.jpg
    Carte 9
    010.jpg
    Carte 10
    011.jpg
    Carte 11
    013.jpg
    Carte 13
    014.jpg
    Carte 14
    015.jpg
    Carte 15
    016.jpg
    Carte 16
  • Sandra Grimaldi

    Sandra Grimaldi
    ouvre sa boîte à images pour vous.

     

    "Merci Sandra pour ces jolies photos. Mise à part la photo n°1,toutes les autres concernent des personnes et des enfants qui ont vécu dans la rue des Renards au début des années 50."
    Jef Slagmulder

     

     

     

    1.jpg
    Photo 1
     
     
     

    "voila la photo n° 1 le café c'est à la rue herkoliers à koekelberg , le monsieur à la casquette c'est le papa de memé et le frere de tante Anna qui avait la boutique de vetement au 15 rue des renards et memé habitait au 13"
    Ecrit par Sandra Grimaldi

     
    2.jpg
    Photo 2
     
     
    3.jpg
    Photo 3
     
     
    4.jpg
    Photo 4
     
     
    5.jpg
    Photo 5
     
     
    6.jpg
    Photo 6