• Pour Guillaume & Pierre

     

     Pour Guillaume & Pierre


     

    Pour Guillaume & Pierre

    Photo 1

    L'homme du bac, fait sa tournée on apperçoit les jambes du cheval.

    Dans ma jeunesse (1950), les rues d'une grande partie de Bruxelles avaient cette physionomie.
    0-0-0-0-0-0-

    Quartier Deuvelshoek. (Coin du Diable)


    Le Magasin (photo 1) était situé sur le coin de la rue du Char et de l'impasse du Vinaigre, en face c'était l'impasse du Blason. La grande rue c'était la rue du Rossignol, où il y avait encore trois impasses, à gauche l'impasse de la Blanchisserie de Cire et l'impasse du Refuge, à droite l'impasse du Pupitre. La grande maison à droite a été bombardée en 1943.

    Guillaume Kekenbosch.

     

     

    Blason

     

    La plaque de rue ilisible de la 1er photo, à gauche de l'image, est celle de l'impasse du Blason.

    Blason-plan

     

     

    Copie de Perle d'Amour

    Photo 2

     

    Plan du quartier

    Extrait  du tome III - 1935 - ville de Bruxelles

    Cire

     

     

    Refuge

     

    1908 mon bompa, André Heymbeeck, après son mariage est venu habiter impasse du Refuge.

     

  • rues méconnues

     Rues Méconnues de Bruxelles Centre
    (Deuvelshoek)

     

    Guillaume-1

     Photo 1

    C'est la rue de la Poudrière (Deuvelshoek) mais parents y habitaient dans les années 60.
    Ecrit par Guillame Kekenbosch

     

    Guillaume-2

    Photo 2

    Cette porte ce trouve, rue Van Den Branden, cette rue coupe la rue du Houblon et rejoint la rue Notre Dame du Sommeil.
    Ecrit par Guillaume Kekenbosch

     

     

    Guillaume-3

    Photo 3

    Une petite fille dont je ne me souvient plus du nom , élève très discrète de l'école 17 , habitait cet immeuble , elle y vivait avec son papa .
    Si je ne me trompe pas ? d'une des fenêtres on voyait la fameuse tour que Léon Paris à escaladé.
    Écrit par Andrée Bolsius.

     

    Tour-de-léon

     60, rue de la Poudrière - tour à Plomb

     

    L'assommoir

    Photo 4

    Estaminet "L'assomoir"

    Donne

    un p'tit verre on a soif, on a soif.

     


  • Kop Af

    Au temps où on coupait les têtes sur la Grand'-Place de Bruxelles.

     

     

    BXL execution

     

     Exécution des comtes d’Egmont et de Hornes ( XVIe s. )

     

    On les avait amenés la veille de Gand , en charrette , et ils furent emprisonnés dans la maison du Roi .

    Le lendemain matin , 6 juin 1568, vers 11 h , le comte Lamoral d’Egmont perdit la tête sur l’échafaud couvert de drap noir .

    La nuit précédente il avait cependant écrit au ROI une longue lettre de fidélité mais cela n’avait servi à rien !

    Son compagnon , le comte de Hornes , impliqué dans le même complot , fut décapité quelques instants plus tard et sa tête fut plantée sur un pieux réservés à cet usage .

    Seuls les deux comtes furent exécutés ce jour là : ils n’étaient pas n’importe qui…..

    Il est donc surprenant de voir sur cette copie de la gravure de Hogenberg deux têtes fichées sur les pieux et une troisième sur les épaules de Hornes !....
    Texte et photos de  Andrée Bolsius.

    justice 1

     

    La Justice.

    Gravure de Pierre Breughel datée de 1559 représente la justice, au centre,munie de ses attributs:le glaive, le bandeau et la balance.
    Autour d'elle,Breughel présente une palette impressionnante de châtiments corporels plus abominables les uns que les autres: le bûcher,la potence et la roue,la flagellation,la décapitation,l'estrapade-personnage pendu les mains et les pieds liés que l'on précipitait dans la boue.
    En bas à droite,l'épreuve de l'eau ou un un entonnoir est introduit dans la bouche du supplicité.
    On y versait de l'eau jusqu'à ce que le corps  gonfle.Les châtiments se pratiquaient en public dans le but de décourager des futurs criminels ou délinquants.
    Texte et image de Guillaume Kekenbosch
    justice 2
    Le 19 juillet 1597,Anneken Utenhoven a été enterrée vivante à Haren.
    Emprisonnée pendant trois ans,elle n'avait pas voulu abjurer sa foi protestante.

  • Blériot

     

    Le 25 juillet à l'aube, Louis Blériot était le premier aviateur à franchir la Manche.

    À 37 ans, ce père de famille n'avait rien d'un héros. Pourtant, ces 30 minutes de traversée on fait de lui un personnage mythique dans l'histoire de l'aviation.

    Le célèbre aviateur l'avouera lui-même plus tard dans ses mémoires. Au moment même, il ne s'est pas rendu compte de la portée historique de son vol : « Je n'ai pas eu plus d'émotion lorsque j'ai franchi la côte française que si j'avais volé au-dessus de la terre ferme... ». De la routine en somme.

    À cette époque des débuts de l'aviation, l'aviateur aux larges moustaches, tout comme d'autres pilotes, était surtout motivé par les primes et cachets offerts aux aviateurs pour des premières ou des participations aux concours de meetings.

    bleriot avant le départ

     Juste avant le départ

    Blériot

    Photo 1

     

     

    018_Avion1

    Photo 2

    Copie%20debleriot252525

    Photo 3

    Louis_Bleriot1232323

    Photo 4

    Bleriot1262626

    Photo 5

    Blériot

     

    Blériot fait la "une "des journeaux anglais.

    Photo 6

    Blériot 1

    Photo 7

    Accueil de Paris,au héros de la première traversée de la Manche.

    Blériot 2

    Photo 8

    Blériot et le journaliste Charles Fontaine qui posent à coté du "Blériot XI"endommagé suite à l'attérissage.

     

    Blériot 3

    Photo 9

    Blériot pose pour le sculpteur Bernatan,fort soucieud'exactitude.