Rue des Vers

 

guillaume kekenbosch

 

Vieux Marché et rues avoisinantes.
Merci à Guillaume Kekenbosch pour les Photos.

LA RUE DES VERS.

 

Un Monieur rue des Vers - Merci Guillaume 

Ils devaient être bien noirs les Peï qui sortaient de L'Aigle Bleu! Quand on voit l'enseigne au-dessus de la porte, on se demande quoi ?

La femme à son mari: "Van woue kom de...zoue zat" ?

Le mari: "M'enfin Chauuke...j' ai été à L' Aiiiigle Bleuww pour sercher une pompe pour mon vilo et il avait du monde au comptoir"!

La femme: "Leuigenouet...ge stikt no't béé"!

Le mari: "'K zweire da, même qu'il avait de la pompe dans la bière...heu...neiye...de la bière dans la pompe...et j'ai du tout vider avant de sortir du gamasin"!
Ecrit par Nicky Luppens

 

rue des Vers - Merci Guillaume

Photo 2

rue des Vers - coin rue des Radis - Merci Guillaume

 Photo 3

 

 

Commentaires

  • Ils devaient être bien noirs les Peï qui sortaient de L' Aigle Bleu! Quand on voit l' enseigne au-dessus de la porte, on se demande quoi? La femme à son mari: Van woue kom de...zoue zat? Le mari: M' enfin Chauuke...j' ai été à L' Aiiiigle Bleuww pour sercher une pompe pour mon vilo et il avait du monde au comptoir! La femme: Leuigenouet...ge stikt no't béé! Le mari: 'K zweire da, même qu'il avait de la pompe dans la bière...heu...neiye...de la bière dans la pompe...et j' ai du tout vider avant de sortir du gamasin!

  • La Hougaerde a pourtant existé. (voir le lien pour les verres)

  • Merci pour le lien, mais j' ai...hic...jamais douté...hic...de l' existance...hic...de cette marque...de bièèèèr...hic...hups.
    Attention à votre porte-monnaie, car si on va à gauche dans la rue, on arrive dans la Deevestrouet. Pas't mo gauud op vi ââle
    pââun zenne!

  • Le monde qu'il y a ' c'est la zwette met,pendant la guerre de 39-45.Parmis ce monde je reçonnait ,Pierrot,Nicky;Titi et Nelly qui se trouve a l'extrème gauche
    Guillaume.

  • Awel Lomme, tu as oublié (Francine?), Gilbert etc... Titi et moi on n' est pas encore sur cette planète au moment de la photo, mais mes parents et la Mouma de mon père sont de l' autre coté de la rue des Radis, devant le Volle-pot, occupés à vendre du bruine-ziep, du beurre et des cigarettes. Et toi lomme, tu es où sur la photo...au Volle-Pot?

  • Très sympa ce blog!
    bonne journée à vous.

  • Nicky,tu me voit quand mème,je suis devant le stamenei mais ce n'est pas encore ouvert.
    quand a Gilbert il est en c37 et Francine en k58.

  • Nicky a raison. La photo où l'on voit Hougaerde est bien au coin de la rue des Ménages et rue des Vers. Toute la famille de ma maman était de la rue des Ménages (impasse des Vitriers). J'en parlerai plus tard. J'ai beaucoup à raconter sur cette famille . Pour ma boma et les anciens du quartier la rue des Ménages est appelée de Deevestroet rue des voleurs. Pourquoi? En deux mots au 19 siècle un maître voleur y avait son école pour y apprendre aux enfants ou autres à détrousser les bourgeois de la ville. Comme dans le film Oliver Twist qui se passe à Londres . A Bruxelles in de Deevestroet c'était pareil.

  • Jetty la fille de Gust du café le Papillon m'a souvent raconté ce qui va suivre. Son papa Gust avait un frère Michel et ils avaient une soeur qui est décédée jeune. Leur soeur était infirme, elle était bossue. Etant jeune ils habitaient rue des Radis. D'après Jetty leur soeur était très méchante (une peste) avec les autres gosses du quartier et quand ils avaient le malheur de lui rendre la monnaie de sa pièce elle disait "ik goen men breus houlen". Ainsi dit ainsi fait. Que de fois Gust et Michel se sont battus pour leur soeur qui adorait ça. Que de fois mes grands-parents m 'ont raconté que quand Gust et Michel étaient jeunes ils se battaient avec les frères de Keele, une bande rivale de la Pieremansstroet (rue des Vers)et d'après leurs dires ces bagarres duraient des heures et les autres du quartier étaient très nombreux en spectateurs. Bien des années plus tard un jour que j'étais avec ma boma devant le coin (Hougaerde) en pointant le doigt sur la rigole et l'égoût elle me dit ici lors d'une des bagarres avec un des frères de Keele qui se trouvait par terre à cet endroit Gust lui a donné et redonné des coups de pieds en pleine figure et sur le corps .Là elle termine en disant que Gust, pour se battre était pire que Michel. Que de fois Gust racontait ses souvenirs de jeunesse dans son café pour la plus grande joie de Nelly et tous ses clients. Autrefois ces bagarres dans le quartier faisaient partie du quotidien.

  • La dernière fois que j'ai été dans mon ancien quartier rue Haute je suis descendue au Vieux Marché et J'ai vu ce qui reste de la rue de la Plume. Pas grand-chose. Ensuite j'ai cherché la rue des Radis, rue qui a été rayée de la carte. A sa place il y a un bureau de police. De même pour la rue Sainte-Thérèse( de Ramonachegang pour les anciens) là il ne reste plus que la plaque de la rue. J'ai été boire un verre au Mouton Bleu ce qui est désolant pendant toute ma promenade (presque un pélérinage) JE N'AI PAS ENTENDU UNE SEULE FOIS PARLER BRUXELLOIS! Nelly c'est toi la touriste à Bruxelles. Pour en revenir à la rue des Radis pendant la guerre de 40 elle était très célèbre et sa réputation n'était pas surfaite. D'après ma boma on y trouvait tout ce qui manquait pendant la guerre. Les gens y venaient des quatre coins de la Belgique. Ma boma bich smokkelait pendant la guerre. Elle y vendait du savon et d'autres articles divers.Toute la famille était sans travail et il fallait manger . Pendant la guerre de 14-18 ma boma m'a dit qu'ils avaient eu faim. En 40 ils se sont débrouillé. Mon Bompa, chaque jour, à pieds tremblant de peur( c'était un froussard) allait avec deux sacs place de la Duchesse à Molenbeek chercher le savon. Ma mère et son cousin Henri Vanhamme prenait le train pour chercher les pommes de terre en Flandre à Oostkamp et toute la famille avait son rôle. Une autre fois avec ma boma et ma mère et une grande foule dévalisaient les trains de charbons à la gare du Midi. etc...Toutes ces personnes qui smokkelaient gagnaient des sous mais prenaient de gros risques. Quand la guerre fût finie ma bobonne avait bien gagné sa vie mais en noir comme beaucoup d'autres. Le ministre des finances de l'époque Monsieur Gutt créa un nouveau franc .Avec cette mesure les gens furent obligés de rentrer l'argent. Pour des gens du peuple impossible de blanchir l'argent gagné en noir. Bien des personnes furent perdantes dans cette histoire. Que de fois, avec amertume ma bobonne me disait Menheer Gutt ae ons oude gepikt. Et elle a terminé en chantant la chanson Menheer Gutt....

  • C'est toute la famille de ma bobonne Caroline Vanhamme la mère de Rosine Demeyer(ma mère) qui était de l'impasse des Vitriers. Mon bompa Jean Demeyer et sa famille était de la rue Haute de l'impasse des Liserons. Après leur mariage Caroline et Jean habitaient impasse des Vitriers avec leurs trois enfants Rosine, Rémy et Jean dans une seule piéce.


  • Cher Jean et cher Manu années + et - 60
    Que de souvenirs !!!!!!!!

  • Léon ont ne refait pas l'histoire,mais ce fut quand même une époque formidable.
    allei geift ons nog iene,Santei

  • bonsoir tous le marchand de velo c etait cher lange frans sa fille etait championne de belgique sur piste et l autre etait avec carlos la frikot rue des vers specialiste des rock and rolle

  • oui, guy c'est exacte, je donnerais plus que 5 francs aujourd'hui, pour une portion de rock en roll de chez carlos

Les commentaires sont fermés.