Rue des Renards

 

Vieux Marché et rues avoisinantes.

 

Rue des Renards - Merci à Nelly

 

 

rue des Ranards - Merci à Guillaume Kekenbosch
Photo 1

La rue des Renards en 1931

On se trouve ici au N° 1 de la rue des Renards, faut pas chercher car cette maison n' existe plus.

Elle se trouvait sur votre droite en venant du Vieux-Met (on voit un morceau de la caserne des pompiers).

Si vous allez y faire un tour, vous verrez que les maisons d' à coté sont encore debouts (ça c' est très bien) et qu' à la place de celle-ci il y a depuis des années un terrain flanqué de palissades.
Info de Nicolas Luppens (Nicky)  

 

1944  - Le magsin des Parents de Jef - Une grand Merci à Jef
Photo 2

 

 C'était le magasin de mes parents au 32  de la rue des Renards.
A gauche, c'est ma mère, à côté sa maman (ma grand-mère) et à droite mon père.
Jef van de Vossestrout

  

Jef et le chien du voisin 1951 - rue des Renards Merci Jefke
Photo 3

Une photo avec le chien d'un voisin, elle à été prise en 1951, au milieu de la rue des  Renards.
Jef van de Vossestrout

 

Pour faire plaisir à Nelly merci à Jef
Photo 4

Cette photo est pour faire plaisir à Nelly, elle reconnaîtra de gauche à droite Micheline et Louise Cancelier(des amis de ses parents) et à côté ma sœur(Jeannine), ma mère(Trinet)et mon père (Jean) et ceci devant notre magasin.
J
efvandevossestrout

 

représente tous les commerçants lors d'une braderie de la rue des Renards au début des années 50.
Photo 5

 Cette photo représente tous les commerçants lors d'une braderie de la rue des Renards au début des années 50.
Jef vandevossestrout

 

rue des Renards - commer II - merci a Jef
Photo 6

rue des Renards - + un pei de la rue Haute.
Photo  7

 

Bourgmestre de Bruxelles
Photo 8

Cette photo date de 1942 lors d'une visite du bourgmestre de cette époque dans le quartier(c'est ce que ma mère m'a toujours dit).
Ne me demandez pas son nom, je l'ignore complétement.

RUE DES RENARDS 1935 - Merci à Guillaume
Photo 9

Toujours la rue des Renards

 

rue des Renards - J-D. parapleustroot
Photo 10

rue des renards 2009
Photo 11

Ci-dessus la rue des Renards en 2009 - Merci Titi.

Magasin parents de Jef - Merci à Titi
Photo 12

Le Magasin des Parents de Jef...en 2009

 

Restaurant les 3 chicons - rue des Renards - Merci Nelly
Photo 13 

Restaurant "Les trois Chicons"

 

rue des Renards - rue Haute
Photo 14

 Ci- dessous
la rue des Renards en 2008


RUE DES RENARDS 2008 - Guillaume Kekenbosch
Photo 15

On peut voir sur la photo ci-dessus,  avec mes parents Monsieur Armand, Cohen tenancier de ce" boekenwinkel" en A4 (de gauche à droite) à côté du pei ventru avec sa moustache(A3).

Je suis certain que beaucoup de personnes reconnaîtront Armand (il faisait aussi partie du comité des fêtes du quartier ainsi que mes parents.

Le "pei" avec sa moustache était comme on dit un "zwouregeval" et aussi très populaire rue Haute.
Jefvandevossestrout

Dans la rue des Renards, il y avait aussi un magasin de livres d'occasions qui était renommé dans le quartier, beaucoup de visiteurs s'en souviendront.

Au début, il se trouvait au milieu de la rue, ensuite ce commerçant s'est installé dans le magasin à côté de celui de mes parents (au n°34).

Ce "boekenwinkel" était surtout connu parce que tous les "maskes en kadeis" venaient vendre leurs livres quand ils avaient besoin de" poen ".
Jefvandevossestrout

 

chanteurs des rues

Les chanteurs de rues.

rue du faucon -
Photo 17

rue des Renards - Annie Cordy
Photo 18

Le marchand de livres d'occasions et ma maman avec une célébrité de passage dans la rue lors d'une braderie(une de plus ,dans le temps on s'emmerdait pas!)Photo pour Willy qui fréquentait déjà son boekewinkel avant la rue des Renards.

 

Susse rue des Renards
Photo  19

   Cette photo date de 1974 représentant le Susse en costume d'époque lorsqu'il était Bourgmestre du quartier Breughel à l'attention de Nicky.

   Merci à
Jefvandevossestrout 

 

Commentaires

  • Bonsoir tous. On se trouve ici(photo numérisée 0002) au N° 1 de la rue des Renards, faut pas chercher car cette maison n' existe plus. Elle se trouvait sur votre droite en venant du Vieux-Met(on voit un morceau de la caserne des pompiers). Si vous allez y faire un tour, vous verrez que les maisons d' à coté sont encore debouts (ça c' est très bien) et qu' à la place de celle-ci il y a depuis des années un terrain flanqué de palissades.

  • Je pense bien que c' est le morceau entre la rue Blaes et la rue Haute en face des vieux-blocs(rue des Orfèvres), plus bas que la rue "Philantrospique"(sic) et vous?

  • Je ne sais pas si c'était toujours la même personne qui tenait le magasin au n°1 mais au début des années 50 lorsque j'habitais dans cette rue c'était Maria.Son mari je ne l'ai pas connu.
    Cette maison possédait une cour intérieure ou l'on avait aménagé plusieurs"cagibis" pour permettre à certains vendeurs du namet d'entreposer leurs marchandises.
    La maison en face avait la même particularité.Si je fais allusion à cette maison c'est pcq vous allez sûrement vous en souvenir.C'était un magasin de fruits et légumes chez Bertine et Jef et à chaque fête du quartier,on sortait une grande roue avec des numéros et on pouvait acheter des plaquettes avec 5 ou 6 numéros chacunes.
    Lorsque toutes ces plaquettes qui comportaient les numéros(qui étaient inscrits sur la roue) étaient vendues on faisait tourner cette roue et on demandait à quelqu'un de l'assistance de jouer au "vogelpick"sur la roue pendant qu'elle tournait.Il y avait 3 ou 5 flèche(je ne me souvient plus)et il y avait autant de lots.Le 1er lot était toujours un panier copieusement garni avec toutes sortes de fruits.Vous pouvez vous imaginer que c'était"vollenbag"devant l'étal du magasin,les gens se bousculaient pour jouer et à cet endroit les passants avaient difficile de se frayer un passage.

  • Jef je pense qu'on à joué au cap et d'épée ensemble apres la séance de cinema.Je suis le petit fils de Maria Cassuul,au n°1 de la rue des renards.Tu te souviens du scheile qui habitait au dessus du boucher en face de ma grand mere, et à coté de chez Jef et Bertinne.Je me suis toujours demandé pourquoi on à jamais reconstruit sur le terrain de la maison de ma grand mere.On là voit bien sur la premiere photo avec son mari et son oncle et ma vieille tetant.C'était la famille Dufey et Mannaerts.Moi je ne venais que le jeudi apres midi en visite chez ma grosse bobonne comme je l'appelait.Elle est malheureusement décédée en 1969.On peu l'apperçevoir sur la 2 eme et 3eme photo en compagnie de sa fille qui est ma maman.Si tu connais des gens qui l'ont connue et qui sont encore je l'espere en vie.Tu voudrais bien me le signaler.Je t'en remercie à l'avance

  • Je me rappelle qu'au moment des fêtes braderie ou autre les commerçants du magasin de fruits étaient vêtus en mexicains avec un grand chapeau.
    Ma maman avait des amis, Louise et Henri qui tenaient un magasin rue des Renards, les parents de Micheline qui elle plus tard à tenu magasin rue Haute à côté du Wiel's Renard. Le magasin de Louise était à droite en descendant presque à côté du magasin de revues de seconde main. Ce qui était typique rue des Renards de chaque côté de la rue il y avait des magasins de vêtements et la marchandise était exposée devant la façade et la vitrine du magasin sur la rue protégée par une tente solaire.

  • Que de souvenirs remontent à ma mémoire en voyant cette photo. Les seaux en « galvanisés » ancêtre de nos seaux en plastic, la cruche dans laquelle on montait l’eau, car il n’y avait pas d’eau à l’étage, le passe-vite pour passer, la soupe, la purée et les épinards etc. Hé oui aujourd’hui tous ses ustensiles sont à mettre au musé des choses disparues de nos armoires.

  • Quelle coincidence lorsque mes parents ont cessé leur commerce d'articles ménagers,ma mère a travaillé comme gérante(dans les "loques"comme on disait) pour Louise et Henri Cancelier.Mon père,lui s'est fait engager comme militaire de carrière(chez les bleus!)

  • Louise était la soeur de Pauline qui elle tenait le magasin au coin de la rue Haute et de la Rasière. Ma boma en parlant de Wis ( Louise ) disait toujours Wis van de kousen winkel.

  • Jef, A1 et A2 Micheline et Louise ou je me trompe?

  • J'avais raison puisque maintenant la réponse à ma question se trouve près de la photo. Cela ne nous rajeunit pas. Mais quels bons souvenirs de mon ancien quartier.

  • Superbe Photos d’époque.
    Les grands chaudrons, notre baignoire de l’époque ! je me souvient, quand on avait passer la journée dans la forêt de Soigne avec les Scout on me plongeait dedans

  • Comme vous j'ai reconnu naturellement ces devantures de kassuuleraas etc, Tout ce brol était effectivement en galvanisé, émaillé, etc et puis, et puis est venu le même brol MAIS en plastique, oué est-ce que vous vous souvenez des 2 MARQUES qui ont dominé ce marché à l'époque chez nous ? (seau, bassine, cruche, etc). Oué awel tant mieux, sinon fourt vous attendrez (un peu) la réponse...qui n'est pas facile je l'admets car cela date de plus de 50 ans.

  • Pour une marque de plastique je pense à Gilac?

  • Pour moi c'est la rue des Vers, vers 1930 depuis la rue Blaes vers le bas, avec la rue de la plume à droite. (voir page 306, tome II de Dubreucq) francine, pense même que par la suite, que l'Epicerie que l'on voit est devenue un cordonnier

  • ...oui, oui, vous avez raison c' est en face de chez Neeke sur le coin Plume. La photo est partie du blog mais j' ai trouvé le bouquin d' où elle vient(PPDB)! Je n' avais pas regardé dans ce bouquin ni dans JD jusqu' à maintenant et si tu regardes à la page 314 du JD vol.2, tu comprendras mon doute, ça y ressemble très fort non? Je vois que les PUB sur les murs sont aussi les mêmes!!! Y' a juste que le vélo est réparé(ou gepikt), que les deux Jef kasquette sont partis boire un pot et que le maçon a fini sont boulot, le seau, le ciment et la pelle sont partis aussi;o))
    A coté de ce magasin il y avait une agence de tiercé tenue par Martha. Mes parents et mes frères ont une fois eu une stiep pendant plusieurs semaines de jouer au tiercé et je devais toujours courir jusque là pour rentrer les tickets avant la cloture. Et un jour, "YA 'K EM HEM...!!!" s' écrie ma Mouma, elle avait le tiercé mais dans le désordre, mais gagné quand-même. Alors moi je me suis fait un de ces films les amis, à voir mes parents si contents et joyeux d' avoir gagné, je me disais que ça devait être un gros paquet d' argent et je dis à Mouma, Maaaaa, "Je peux avoir un vélo" "Ja Menneke", "Maaaa, je peux avoir une balle de basket aussi","Mo ja Menneke"(ce sont les deux choses que je me souvient avoir demandées), tof hein! Resultat des "courses" c' était un petit tiercé et en plus pas dans l' ordre, elle avait gagné 5.000 fr. et croyait avoir beaucoup plus! J' ai pas eu une balle de basket(souvenez-vous qu' il y avait un terrain sur la place) et pour mon vélo j' ai continué à faire comme je faisais toujours, ramasser des morceaux de vieux vélos pour en faire un entier, je devais juste acheter des chambres à air neuves sur le coin des vieux-blocs. Je n' ai jamais joué au tiercé et je ne mange pas du cheval pour me venger;o)

  • Il ne s'agit pas d'un bug de Firefox. En fait, Firefox respecte les standards du langage HTML en n'affichant pas le texte alternatif associé à une image.

    Dans le codage des pages de ses blogs, Skynet insère une image par la balise suivante [i]texte alternatif[/i]

    Il existe un autre attribut pour ajouter un commentaire à l'image, il s'agit de [i]title="xxxx"[/i]. Selon les normes HTML 4.01, l'attribut "title" peut être affiché lorsqu'on passe le curseur sur une image.

    L'attribut "alt" sert en fait à afficher un texte alternatif pour remplacer l'image lorsque celle-ci n'est pas chargée par le navigateur Internet.

    Certaines personnes, pour des raisons de marketing et autres, utilisent l'attribut "alt" pour afficher du texte sans aucun rapport avec l'image concernée, sachant que ce texte peut être également lu par les moteurs de recherche.

    C'est une raison supplémentaire pour laquelle les développeurs de Firefox ont décidé de ne pas activer l'affichage du texte contenu dans alt="xxxx".

    Je pense qu'il en va de même pour le navigateur Opera, très respecteux des recommandations du consortium W3C www.w3.org/

    En fait, Internet Explorer est le moins bon des navigateurs en ce qui concerne lesdites recommandations, et à d'autres points de vue également.

    Pour les utilisateurs de Firefox, il existe cependant l'extension Handy Xtra Stuff 3.0.0 (voir le lien) qui permet d'afficher le texte contenu dans alt="xxxx" (voir les choix dans Options).

  • Woaw, que mon prénom est long dans mon message précédent. ;o))

  • Super NELLY,

    il s'agissait en effet de la marque GILAC et d'une autre marque un peu moins chère qui était FF. Remember ?

  • Je pense maintenant me souvenir qu'il y avait même une étiquette sur les seaux avec cette marque

  • Avant les années 60 c'était(aussi)un magasin de vêtement pour dames géré par Elisabeth & Jean Puttemans(respectivement C2 & B5 sur la photo de la Braderie où ils sont costumés).
    Peut-être que quelqu'un de vous à connu Jean, étant donné qu'il était aussi le 1er gérant(ou propriétaire)du garage qui se trouve toujours rue de la Philantropie en dessous des blocs dont l'entrée est rue Haute en face de l'hôpital.
    La rue des Renards était aussi réputée pour ses 2 boucheries chevalines.On venait parfois de loin pour acheter de la viande "chez Dikke Léon"et"chez Adolphe".à un prix démocratique.

  • Sur le blog dans le sujet rue Haute côté impair au 231 coin rue Haute et rue des Renards tu peux voir une photo de Nicky de l'ancienne boucherie chevaline "Chez Dolf". Je me souviens très bien que souvent il y avait de la file jusque sur le trottoir de la rue des Renards. Cette boucherie était connue dans tout Bruxelles et ils étaient plusieurs a servir.

  • J'ai appris que le restaurant "Les Trois Chicons" a été tenu à un moment donné par une fille de ma classe de l'école 15: Lisette Hymbrech.Lisette était de la rue de Montserrat.

  • Sur les photos on voit le magasin d' articles ménagers tenu par les parents de Jef. Maintenant au 32 rue des Renards c'est le restaurant Restobières.J'habite maintenant à Molenbeek et je vois souvent la camionette de Restobières qui vient livrer à l'heure de midi des repas chauds à domicile.

  • A gauche au coin de la rue Blaes et rue des Renards je me souviens du café les "Trois Tilleuls" .C'était un ancien café avec des habitués du quartier et les badauds du Vieux Marché, qq j'y ai été avec mes grands-parents pour y boire un pot. Maintenant au même endroit c'est le café "La Brocante".

  • c'était au dessus du coiffeur que mon grand père habitait et chez le charbonnier c'était moi qui devait aller chercher les sacs (papiers) et les vieuskes rue d'Anderlecht j'ai aussi bien connu!!
    Quand a la boucherie chevaline rue des renards j'y ai aussi fait la file!

  • Rue de la Verdure.

    En face du Bollewinkel de la maman de Charel, (Charles Claus) et du Café des parents de Dédé (Désiré Degroen) se trouvait une "grute paut" d’un charbonnier.

    Le charbonnier était sur le même trottoir que le coiffeur du coin des rue Verdure et Vautour.
    C’est chez ce coiffeur (Bij de Smaus) que mon père allait (et moi avec) le samedi.

    Tarif 5 francs la coupe de cheveux, il y avait aussi une très haute chaise en bois, où les petits ket était assis pour se faire couper les cheveux. Cheveux que le coiffeur faisait disparaître dans un trou du plancher !!!

    Pourquoi je raconte tout ça maintenant ? Je ne sais plus !

    Ha oui, je me rappelle maintenant.

    Le charbonnier avait une fille, Francine, qui a été avec le fils de Michel (un petit blond), qui avait aussi une sœur Adeline,
    "Chez Michel", était un café situé rue d’Anderlecht, à coté de la boulangerie où l’on pouvait acheter des vieuske +ou – en face du siège social de la firme PHILIPS.

    C’était le café où les filles de la rue des Vers, venaient rejoindre le dimanche matin les garçons du quartier (pas moi, je dormais encore).

    Francine, (énervée) dit Pierrot, arrête de raconter ta vie, et pose enfin la question à Jef…

    Quelle question Meike ?

    Francine : QUE LE COUPLE DE CHARBONNIER QUI S’APPELAIT WIS et JEAN, ET QU’ILS AVAIENT TENU UN MAGASIN DE VETEMENTS EN BAS DE LA RUE DES RENARDS DANS LES ANNEES 50. Tu te souvient de ces gens Jef ?

  • Désolé, je ne me souviens pas du couple en question Wis & Jean.Il faut savoir qu'en 1950 j'avais à peine 2 ans et peut-être ces personnes ne sont pas restées assez longtemps habités dans la rue pour que je m'en souvienne.Wis & Jean étaient des noms fréquents en ce temps là,j'en ai connu plusieurs.
    Dans le bas de la rue, aprés le magasin de fruits,il y avait encore une petite boucherie et 2 petits magasins de vêtements.Ensuite il y avait le café sur le coin de la rue Blaes(Primus)En face c'était le bâtiment de la caserne des pompiers.Peut-être ces gens ont tenu 1 des 2 petits magasins.De toute façon quand je verrai ma mère,je lui poserai la question.
    Tu ne les vois pas sur la photo avec les
    commercant(e)s?
    Je t'envoies 2 autres photos,dont encore une de la braderie de 1948 ou 1949.
    Peut-être que tu les reconnaîtras sur celle-là?
    Bàt & @ +

  • Je me souviens très bien de Pauline,la soeur de Louise,et son fils s'appelait Michel
    Bàt & @ +

  • Oui le fils de Pauline est Michel qui s'est marié avec Monique une fille de l'école 15 dont les parents tenaient café rue Haute près de la Porte de Hal, presque à côté du magasin de chaussures Prado. Quand Michel était enfant il avait un malin plaisir à tirer aux tresses (cela lui faisait très mal) de mon amie Monique (la soeur de Gilbert)qui habitait rue de la Rasière . Un jour Monique a vu rouge et elle a donné une bonne correction à Michel. Michel est allé se plaindre chez sa mère qui elle est venue chez la mère de Monique en disant qu'elle lui avait mal etc...Quel bazar chaque maman défendait son enfant. La morale de cette histoire Michel n'a plus jamais embêté mon amie Monique qui elle en a rossé plus d'un dans le quartier.

  • ...sur photo rue des Renards + un Pei de la rue Haute...et ce Pei en pantalon clair est "Susse" (François Tollemans) de la maison Robert à coté de Martin-Shop. Susse a été (parait-il) Bougmestre de la Commune Libre de la Marolle. Sa femme était une amie d' enfance de ma Mouma et un soir Susse était parti à une réunion de comité, à son retour à la maison il trouva sa femme décédée!
    A sa gauche(costume/lunettes) c' est le Pei du magasin de livres/revues d' occasions et le jeune à sa gauche est son fils.

  • Deux photos + texte de la rue des Renards

  • Jef, sur la photo avec tes parents et "Susse" de la rue Haute, je vois ta Maman et ma question est: a-t' elle fréquenté le home des petites soeurs des pauvres, je reconnais bien son visage certainement du quartier mais il me semble l' avoir vue plusieurs fois au home quand j' allais chez ma Boma?

  • Une fois de plus tu as vu juste!
    Le père de ma mère qui était mon parrain était au home et ma maman tenait à ce moment là,avec ma soeur,le magasin"Lady Shop"rue Haute juste en face du home.
    DE ce fait mon grand-père se rendait journellement chez elles et ma mère allait aider les soeurs quand elle le pouvait.Je sais que ma soeur et ma mère tricotaient tous les jours des pulls,écharpes,etc...pour leur Fancy-fair annuelle.

  • J'habitais juste en face de son magasin de bonneterie "Robert" rue Haute. J'ai déjà parlé de lui sur le sujet rue Haute à côté du magasin de pantoufles le"Petit Liègeois". Que de fois je suis entrée dans son magasin. Il était président du comité des commerçants. Ma boma et les clients du café le Papillon le surnomait et disait de son magasin bij"Chicoreke"je ne sais pas pourquoi.

  • ...il me semblais bien la reconnaitre! Avant d' aller dans le home de la rue Haute, ma grand-mère a habité au 12 rue des Renards 1ét. Elle était connue dans tout le quartier et est décédée en 2000 à 100 ans! Elle était née en 1899 rue des Capucins et est toujours restée dans son quartier. Je dois avoir une photo dans tout mon brol où on voit ma Boma-ziep dans la boutique au rez-de-chaussé des petites soeurs pendant la braderie. Je suis certain que mon frère est aussi sur cette photo et à 80% que ta Maman y est aussi. Je la cherche et je te tiens au courant.

  • Sur la photo avec tes parents et Armand le boekewinkel le plus jeune au milieu, je crois qu'il s'appelait Eddy et a eu un magazin de vetement" Grease comme le film de Travolta" rue haute, avant cela il etais vendeur chez Dandy, non ???

  • Il se peut que tu aies raison pour Eddy mais je suis incapable de l'affirmer,je ne
    le connaissais pas plus que ça!
    Tout ce que je sais ,c'est qu'à un certain moment il faisait partie du comité de la rue Haute en même temps que Susse qui a été effectivement Bourgmestre du quartier Breughel comme l'a écrit Nicky.

  • Encore une photo de Jef

  • Le bourgmestre est Joseph Van de Meulebroeck et après lui dans le quartier au moment de la braderie on y voyait Lucien Cooremans.

  • Quand je voie la rue des Renards actuellement bien dégager en piétonnier, je me souviens dans les années 80-90 ce que j’ai pu jurer ! , j’était encore chauffeur, j’avait une tournée aux alentours du vieux Met, toujours des difficultés pour passer avec mon camion du (Mesbach) voiture en stationnement ? principalement le Mardi, et alors par beau temps la cata ! Appeler la police, quant ils savait que c’était la voirie, attend seulement !, appeler un de nos chef j’attend encore !
    Ce que les automobilistes on dut m’en vouloir, bloquer derrière mon camion ! Je vous assure que c’était involontaire et je m'en excucuse.
    Un jour j’arrive pour m’engager dans la rue, pataate godfordoume de nouveau des voitures dans le chemin, ce jour là pour marquer le coup et (essayer) de faire réagir la direction nous avons laissé les ordures sur place.
    Peine perdue j’ai simplement fumé un cigare !
    Plus tard quand je suis devenu, sans STOUFFE (Un peu chef) j’ai su persuader la Haute direction de l’importance d’un charrois plus petit qui serait mieux adapter à l’enlèvement des immondices pour certaine rue du quartier,
    Jaa Wate dur dur l’administration avant que sa bouge !

  • Bonjour,
    Il y a bien longtemps,lorsque la circulation automobile était beaucoup moins dense,des gens venaient chantés au milieu de la rue des Renards ou dans les cours intérieures des maisons.Tout le monde était à sa fenêtre ou sur le pas de la porte et quand ils avaient fini de chanter,les habitants applaudissaient et donnaient ou jetaient depuis leurs fenêtres,des pièces de monnaie.
    Si je ne me trompe,à part sur le nâmet bien entendu ou l'on trouvait presque tout,on pouvait acheter des partitions avec les paroles des chansons dans un magasin situé rue de la Violette entre la place St-Jean et la Grand'Place.

  • Mon bompa chantait très bien et au début des années 1910 chaque fois qu'une nouvelle chanson sortait il achetait la chanson au chanteurs des rues qu'il recopiait dans un cahier. Malheureusement un jour il a prêté son cahier à une soeur de ma boma et il n'est jamais revenu .Que de fois il le lui a demandé sans succès . Cela le rendait triste. J'ai encore un cahier de Liza bich une soeur de mon bompa où il y a pas mal de chansons de l'époque mais moins riche en texte que celui de mon bompa.
    ------
    Les chanteurs des rues ont disparus avant la guerre .ET pourtant il y en a eu qui habitaient rue de l'Abricotier , rue de l'Even tail , rue de la Samaritaine ou impasse des Liserons (rue Haute) . Souvent les familles étaient d'origine italienne.Les enfants essayaient de vendre aux gens qui écoutaient les chanteurs une feuille qui reprenait les derniers succès , qui racontait crimes et drames ayant fait la une des journaux. Source: Petits métiers des Marolles Cercle d'histoire et d'archéologie.

  • Si je me souvient bien il y avait un chanteur des rues qui vendait les feuillets avec les paroles des chansons et il me semble que rue du midi au coin de la rue Philippe de Champagne dans un petit magasin d'instruments , on y vendait aussi ces partitions avec les paroles .
    A chaque anecdote et souvenir raconté par l'un ou l'autre , la mémoire revient , à mon avis consulter le blog est très bon pour les " boyaux " du cerveaux !!!!!

  • Tu as raison Andrée.

    J’ajouterai que j’ai une photo du couple, des chanteurs de rues de notre quartier .Par contre je ne me souviens pas qu’ils chantaient encore sur la rue, mais bien de la vente des partitions.
    Je me souviens aussi, que bien souvent dans les cafés, les gens demandaient à certaines personnes de chanter, comme ça pouvait m’embêter, car le patron du café éteignait le juke-box.Et alors si par hasard, une personne qui avait eu un deuil, la musique était éteinte et le chanteur éventuel était muet, et les clients et patron parlait tout bas, et prenait une figure de circonstance !

  • c'était au dessus du coiffeur que mon grand père habitait et chez le charbonnier c'était moi qui devait aller chercher les sacs (papiers) et les vieuskes rue d'Anderlecht j'ai aussi bien connu!!
    Quand a la boucherie chevaline rue des renards j'y ai aussi fait la file!
    Et Pacitti vendait en été de la glace et en hiver des pataate me de pelle!

  • Petit, lorsque j'accompagnais mes parents et mes grands-parents au bistrot,je me rappelle qu'il suffisait que quelqu'un commencait à chanter pour que cela durait toute la soirée et chacun à son tour y allait de bon coeur et, tu sais moi ça m'emmmer...royalement!Heureusement qu'il y avait les chips.
    Plus tard,vers mes 8 ans,nous allions tous les samedis soirs dans le café au"Wiel's Renard"(chez Léon après chez Séraphin)en haut au coin de la rue.Ma soeur alors était agée de 18 ans et il fallait l'emmener danser, disait ma mère!
    Là,j'aimais mieux,l'ambiance était plus jeune et surtout j'attendais impatiemment le pei(Pacitti)qui passait au café avec une sorte de réchaud portatif autour du cou et qui vendait des patââtes mei de pelen,des sprokskes et des boesterings.

  • Dans le temps des gens venaient chanter ou jouer d'un instrument dans les cafés de la rue Haute . C'était surtout le dimanche matin . Ensuite avec un cendrier ils faisaient la manche. Et tous les clients donnaient une pièce de bon coeur. Je me souviensd'un chanteur qui venait chanter au café chez Gust . Cet homme avait une belle voix de ténor. D'après certains clients jadis il avait chanté au théâtre de la Monnaie.C'est bien triste de finir ainsi.

  • Je ne me souvient pas de chanteurs de rue dans notre quartier , mais bien rue Haute et rue des Renards , mais j'étais encore une petite fille .Très souvent dans les réunions de familles à un certain moment de la soirée il y avait toujour l'un ou l'autre qui chantaient . A mon mariage en 1965 mon oncle Pierre DE Coster de la rue des Navets nous à chanter presque tout le répertoire de Luis Mariano ! Wass da tof!! il avait une belle voix , mais trop ces trop !!!

  • Il y a bien longtemps le marchand de pataate met de pelle venait dans les cafés rue Haute le samedi soir. A cette époque tout les cafés de la rue étaient vollen bac. Je me souviens que le marchand était un hollandais d'une propreté irréprochable. Il avait un poële ambulant pour garder les p-d-t au chaud et dans un autre panier ses sprosks. C'était servi à table sur une grande feuille blanche avec un peu de sel. Cela se mangeait sans couverts. Ce monsieur faisait de bonnes affaires. Ensuite en hiver Pacitti le marchand de glaces venait également dans les cafés avec des pataate met de pelle. Le prix je ne m'en rappelle plus. Que c'était bon. Souvenirs , nostalgie, que je regrette la rue Haute de mon enfance.
    SP : dans les livres de cuisine en français pommes de terre en robe des champs=patate kazak

  • Moi j’ai connu et passé les Noëls chez les parents de francine, après avoir gouté quelques apéritifs, on demandait à chacun des convives de chanter une chanson. Ca ratait pas, la maman de francine chantait toujours "Minuit chrétien" et son papa "les montagnards", et tous le monde devait reprendre en chœur. Comme la soirée était déjà bien entamée et nous aussi, les paroles n’étaient plus d’une très grande clarté. Les Montagnards, les montagnards, chantez en chœur, chantez en chœur etc.

  • Je suis content de savoir qu'il n'y avait pas que chez mes arrières grands-parents que les montagnards étaient!
    Chaque fois qu'on y allait c'était recta, le "carricolegang "résonnait de cette chanson.

  • J' m' souviens c'était du début des années 50 un samedi, de 2 hommes et 1 femme qui chantaient rue HAUTE devant la rue des RENARDS, mais le PLUS fort c'est que je me souviens (mais DIEU sait pourquoi cela s'est imprimé comme ça dans ma mémoire !) de +sieurs chansons de leur répertoire par ex : "Coeur pour coeur, dent pour dent" de Mouloudji, "Dans les plaines du Far-West" d'Yves Montand, "et bailler et dormir" d'Eddie Constantine,"les 3 bandits de Napoli" d'Annie Cordy, etc, je crois que je possède encore dans mon brol une ou deux feuilles de chansons interprètés par ses chanteurs de rues, souvenirs, souvenirs.

  • Amis du soir,bonsoir,
    Le jeudi après-midi lorsqu'on pouvait rentrer au cinéma Carly voir 2 films pour 5 francs.(+/-12 centimes d'euros actuellement!)
    Le vendredi soir c'était le jour de "gruute koch" à la maison,alors pour éviter que je courres dans leurs pieds,mon père ou ma mère,m'emmenait au cinéma Rialto(je ne sais plus combien de Josélito,Dario Moreno et de Luis Mariano j'ai vu?).Ce qui était particulier à l'entracte c'est qu'il y avait un"crochet".C'est-à-dire, c'était un genre de concours où plusieurs personnes venaient chantés sur la scène.Il y avait un applaudimètre,je crois,et le gagnant,celui que le public avait choisi recevait un prix.
    Je dois vous faire un aveux,je n'ai plus jamais retrouvé le bon goût des chocolats glacés"Artic"d'antan!

  • Photo n° 17 - Merci Jef

  • A2:Micheline,A:3Henri (son papa) A4:Louise (sa maman)

  • A 5 Léon, le papa de Francine DENATIE
    A 6 La Grand-Mère de Francine
    Une bonne amie d’école.

  • Et le petit ket qui fait le strafe...c'est moi!
    Cette photo date de 1952 ou 1953

  • Souvenir d’un Marolliens !
    C’était au début du bassin de Bruxelles rue du Chevreuil, nous étions quelques copains de Notre Dame aux Rouge nous devions avoir 13 ou 14 ans, ayant repérer un rouquin qui en même temps que nous allait dans sa cabine pour se rhabiller.
    L’un de nous (Srafe dans la cabine) lance, ROSE WANIR ES POSE VI A HOERE TE COCHE ! Répéter par chacun d’entre nous (toujours plus farse dans notre cabine) ! Et aussi en cœur ! ROSE WANIR ES POSE VI A HOERE TE COCHE
    Mais voila ti pas qu’à la sortie le rouquin nous attend !!!!!!. Avec l’allure d’un (Veuvechter réputation des marolliens à l’époque) bien déterminer et en colère, Ja watte, t’es aie onze feets !
    Awell je doit vous avoué que nous nous somme dégonfler et avons prit nos jambes a notre cou !
    Bien plus tard j’ai croiser quelque fois se ket qui je pense s’appelait Rose Flup ?
    Et si je ne m’abuse est devenu Flic ?
    Vous voyer sûrement de qui je parles ?

  • Rosse Flup, c'est Philippe Degreef. Sa soeur Elise était dans ma classe à l'école 15. Il habitait rue de la Rasière dans le même immeuble que Gilbert et c'est un de ses amis .Si tu vas sur le blog de Jeannine école 7 il y a plusieurs photos de lui. Mais je laisse la parole à Gilbert qui le connait bien mieux que moi.

  • jef, toi qui connait tout le monde de la rue, est ce que le grand , au milieu de la derniere photo (aussi sur d'autres photos)n'est pas celui qui tenait le magasin de livres d'occasion dans le petit recoins au milieu dela rue

  • Léon était laveur de vitres, et comme moi il travaillait pour LA FRANCAISE.Son équipe lavait les vitres des Galeries Anspach, c'était assez impressionnant à les voir laver les vitres à l'extérieur avec une grande échelle.A cette époque je faisait équipe avec KIKET, on devait avoir 17 ans, après le boulot "normal" on devait se taper une école à Laeken, 40 francs la grande fenêtre, on n'a pas été et le lendemain on a reçu du patron un coup de pied dans notre c...

  • Là tête du grand bonhomme au milieu de la photo 17,est celle de Jean Puttemans qui tenait un magasin de vêtements pour dames avec son épouse Elisabeth(en bas de la photo avec sa petite fille Annie).Actuellement ce magasin est devenu le restaurant "Les 3 chicons".
    Le magasin de livres d'occasions,dans les années 50 se situait effectivement dans le recoin au milieu de la rue(en face du restaurant actuel),mais plus tard la personne(Armand) qui tenait ce magasin et qui se trouve en A4 avec son fils en A5 sur la photo 7 à déménagé et à installé son magasin plus haut dans la rue au n°34.

  • "Louwee coucou"cela vous dit quelque chose?

  • merci Jef ,
    là je ne le reconnait plus. Moi je l'avais déjà connu lorsqu'il avait sont petit magasin au bas de la rue du Miroir.
    J'y passais presque touts les jours en rentrant de Leon Lepage pour acheter ou revendre l'une ou l'autre bricole pour quelques francs

  • Lorsque je suis arrivé en 1948 rue de la Rasière (j’avais 6 ans) mes 2 premiers amis furent Philippe DEGREEF et Jean CARTON avec lesquels j’allais jouer au « terrain » -- terrain vague situé en face de l’hôpital St-Pierre.
    Philippe était rouquin (ses parents ne l’étaient pas) et toute sa vie on l’a appelé « rosse Flup ». Philippe enfant et adolescent était un VRAI ET EXCEPTIONNEL meessekluuter (j’ passe les détails).

    Un grand tournant dans sa vie a été de subir encore très jeune le décès de ses parents et particulièrement celui de sa maman (il avait environ 15 ans). Je m’en souviens comme si c’était hier il était venu sonner un soir très lugubre d’hiver et m’annoncer ce dernier décès et j’ai DU le laisser partir dans la nuit en pleurs et complètement désespéré, dur, dur, dur !

    Lui a pu échapper à l’orphelinat (un de ses grands frères l’a prit en charge) malheureusement une de ses sœurs (ELISE) et son jeune frère (JEAN) ont DU partir à l’orphelinat…

    A force de ténacité il est parvenu à rentrer à la Police de Bruxelles (quelle fierté pour lui et sa famille) et il y est resté près d’un quart de siècle…

    Il a ensuite été confronté à un drame personnel particulièrement dramatique qui a amené son départ de la Police.

    Philippe est aujourd’ hui un homme COMPLETEMENT CHANGE depuis de très nombreuses années en ce sens qu’il a trouvé la paix intérieur dans la religion catholique dont il est devenu un adepte absolument convaincu….Il prie beaucoup et assiste tous les dimanches à la messe du club de Jeunesse, rue des Tanneurs. Je sais aussi qu’il est depuis longtemps « aidant-bénévole » à l’hôpital St-Jean…

    Jean CARTON (aujourd’hui décédé) et Philippe DEGREEF sont TOUJOURS restés mes amis….

  • Si vous souhaitez vous remémorer la tête de Philippe lorsqu'il était jeune vous pouvez le reconnaître !!! sur le blog de notre Jeannine GOSSENS nationale http://jeannine-cherche.skynetblogs.be ensuite vous cliquez sur "club de jeunesse" et chercher parmi les photos qui sont proposées, enn naa fourt.N;B. : je suis toujours en contact régulier avec Flup. Bigs à tou(te)s.


  • C’était aussi dans les années 50 au cinéma ? Rue Haute une mâtiner enfantine ou ?
    Il n’y avait que des kets et des filles de mon âge mais principalement des marolliens , moi venant d’un autre quartier , profil bas zene !
    Pendant l’entracte un ket déambulait dans la salle bouteille de limonade à la main et fessait la démonstration de décapsuler avec ces dents pour nous impressionner, je reconnaît qu’il avait réussi preuve en est, je m’en souvient !
    Bien des années plus tard je l’ai rencontrer il travaillait également au bac, c’est Julien (très sympas)
    Je l’ai revu il y à 3 ans il est retraiter et habite Evere.

  • La matinée enfantine c'était au 165 rue Haute au cinéma Carly le jeudi après-midi. Tous les garçons et les filles du quartier étaient là là là étaient là.

  • Lorsque la famillle Cancelier que les parents de Nelly connaissait(Micheline,Louise et Henri),a démenagé vers la rue Haute(Maintenant Berna).Louis qui était quelqu'un du quartier s'est installé dans leur magasin et s'est lancé dans la réparation et la vente de tv d'occasions.
    Voilà pourquoi il a directement été surnommé "Louwee coucou".
    En semaine, il était rue des Renards et le Week-end il allait à Blankenberghe car sa femme,Hortense, y habitait dans une caravane avec ses chiens.
    Je crois qu'il faisait partie de la famille éloignée de Félicien,Coucke.
    Il s'est fait assez vite une réputation car beaucoup de gens achetaient des tv d'occasions en ces temps là!
    Je suis certain qui a parmi les visiteurs du blog, des personnes qui l'ont connu.
    Plus tard il a aussi déménagé et à ouvert un magasin rue du Faucon l'ancien "cremewinkel" de Simone ou celui de Vanjean magasin d'ameublement,je ne me rappelle plus très bien.

  • En effet Jef ,Louis etais le frere de la maman de Couck donc sont oncle et comme tu dit beaucoup de gens du quartier achetais une "occoije" chez lui, il avais un petit dépot rue aux Laines.

  • Celui qui ouvrait la bouteille avec ses dents c’était Julien DE BRUECKER.


    Pour tordre le cou a à un stuut que j’ai déjà lu +sieurs X le cinéma à 5 frs du commencer en 1955 et se déroulait TOUJOURS l’après-midi donc IL N’Y A JAMAIS DE « MATINEE » cinéma, hei ma vast ?

    Le tout 1er cinéma à pratiquer cette formule c’était le BRISTOL et dès la première séance cette formule a connu un succès phénoménal ! Le cinéma était bour-ré, les 2 balcons complets, j’ai même du m’asseoir sur les escaliers…
    Les ouvreuses faisaient des affaires d’or car TOUS les kets et filles donnaient 1 frs pour un programme qui était parfois dépassé de plusieurs semaines…

    Coïncidence de sujet : c’est lors de cette toute 1ère séance que Julien DE BRUECKER à commencer à flirter avec sa future femme…straf hein !

    Peu après cette formule a émigré au CARLY (je suppose que c’était + facile pour nous surveiller car là il n’y avait pas de balcons). QUELLE AMBIANCE, toute la marolle était là mais des tas d’ados d’autres quartiers aussi. C’était à qui donnait le PLUS de smaks (baisers sur la bouche avec la langue).

    Fallait voir PIERREKE lorsque dans sa fougue il est tombé nez à nez avec (ocherme) une jeune fille mais une rooïgge, rooïgge, !!! moi, je l’instiguais « allez, allez, vas-y, vas-y, t’as peur ? », la formule « t’as peur ? » marchait presque toujours avec lui…. mais pas cette fois, elle était vraiment trop…

    Un jeudi quelqu’un à jeté un œuf cru en plein sur la veste d’un des surveillants (le coupable était Alex VAN ROSSEM) et le pei s’est rué sur…Freddy VAN HOUCHE qui n’avait rien fait, eh bien là ça a été une véritable émeute, le pei-surveillant était déchaîné…mais nous aussi…Résultat Freddy a réintégré la salle mais seulement quand le film a commencé…etc, etc, etc,

    Un dernier gag : un jeudi nous avons pu voir un film « enfants non admis » qui passait cette semaine là au ciné TIVOLI, l’ histoire du film se passait pendant la guerre dans un stalag pendant la guerre (ai oublié le titre) – bon film dans lequel il n’y avait rien de scabreux ! (peut-être les scènes litigieuses avaient-t’elles été retirées).

    J’arrête car sinon. Bigs à tou(te)s.

  • Deux photos de Jef

  • Photo: 18, la célébrité la merveilleuse Annie Cordy?Annie Cordy qui au début des années 1950 chantait Lééééon....Chanson pour big Léon qui fréquente le blog.
    Merci Jef les photos sont superbes nous avons de la chance pour nos souvenirs.

  • ...en couleur il fait encore plus vrai le Susse(N°19)! Dans le livre "Bruxelles, Album de Famille" (tu l' as peut-être?) il y a 2 photos de Susse prise ce même jour où il est aussi déguisé en bourgeois, mais elles sont en noir/blanc.
    PS.Je ne t' oublie pas pour la photo du home.

  • Cela me fait plaisir de partager ses souvenirs avec vous tous et je vous promet encore des surprises.Chaque chose en son temps.
    Nicky ,demain si tu passes par le blog de Jeannine,je pense que tu verras (j'espere)des photos de ma mère.
    Na gouk ik sloepe want ik moed op on veerenalf.

  • Pour nous, les garçons et les filles de Notre-Dame au Rouge et du Coin du Diable.

    LE CENTRA, était notre ciné, pour les séances de MATINEE ENFANTINE.
    Le cinéma était situé à la rue des Chartreux, à coté d’un dispensaire ou une pharmacie, je ne souviens plus très bien.

    La séance de matinée enfantine, et là, je rejoins Gilbert, avait bien lieu le jeudi APRES MIDI.
    Et le prix des places et quelque soit les fauteuils, devant, derrière et même au balcon était de 5 francs, mais nous n’avions pas d’obligation d’achat du programme.

    Contrairement à de nombreux amis, j’allais au ciné pour regarder le film et pour rien d’autre !

    Le film de guerre, dont Gilbert ne se souvient pas du titre, pourrait être STALAG 17, avec William Holden, (un beau garçon pour les filles) Don Taylor, Otto Preminger. Le film date de 1953.

    La description du baiser que fait Gilbert est correcte (comme dab).
    Ma première expérience dans cet exercice, je l’ai connu avec une fille de la rue Haute.
    J’avais un tract incroyable, hé bien oui, si un copain m’avait appris à danser, il était difficile et même impossible pour moi, de faire cela avec un garçon, même pour apprendre.

  • Si je me souvient bien la séance du jeudi au Carly etais a 14h et pour moi cela eté le lieu de mon premier "smag" j'avais +-13 ans avec une fille un peu plus agée que moi que la femme de Pierrot a bien connue du coté de la rue des vers !!!Jeannine "van de h..."

  • J'ai gagné mon pari (intérieur) j'étais SUR ET CERTAIN qu'un(e) de mes Chaukess allait me "sortir" le titre de "STALAG 17" avec le fameux traitre qui cachait les messages destinés au cdt du camp dans une lampe, etc, ainsi que le fameux air musical du film que les kets chantaient (lalalala lala lala). Awel NON c'était PAS CE FILM là (STALAG 17 était d'ailleurs projeté "ENFANTS ADMIS) qui n'a pas eu la même publicité, il y avait là-dedans un acteur Allemand qui était assez remarquable mais pas connu, enn naa fourt !

    Mais chic PIERROT, mille fois bravos, tu dégaines très très vite et (presque cette fois) juste.
    Leve TITI, toi avec JEANNINE van den...(ce n'était certainement pas la + moche)et dire qu'après tu as été séminariste ! Mais si cela peut te consoler cette chère JEANNINE (avec qui je m'entendais très bien) a eu beaucoup, beaucoup, beaucoup beaucoup de smaks dans sa vie, hei ma vast ? Bigs à tou(te)s>. Gilbert

  • Francine l’a bien connue, c’était une de ses bonnes amies,
    mais moi aussi zenne.

    Francine, Jeannine, Claudine etc. venaient dans mon quartier danser.
    A cette époque, je sortais avec mon ami André CATALANO, (Cata), il habitait rue de Cureghem, chez sa Boma à quelques maisons de la rue de Léon.

    Ayant reçu mon "bon", de ma Moke (de 2 ans + âgée que moi) de Molenbeek, je suis revenu dans le quartier, avec une tête d’enterrement.

    Louis, oui… encore lui, voyant ma tête me dit « allez, allez Pierrot, il y a des belles filles chez Swa "AU QUATRE COINS" et en plus de notre âge, va avec une »

    Ayant une déception sentimentale, je répondis NON, NON Louis.

    Quelques jours plus tard, La fille blonde, vient à ma table et me dit « regarde comme j’ai une belle robe » et tout de go elle me dit « j’ai répondu à Louis que je voulais bien aller avec toi ».
    Je pense avoir été une semaine avec elle, mais il avait rien à faire j’étais encore toujours dans les patates.

    La fille était du mois d’août 45, On l’a revu quelques fois chez Nicole "Aux Brigittines". Dans les années 90, elle allait boire son verre, dans un café de la rue Blaes.

  • Bon, puisqu'"on" insiste ! JEANNINE van de...était une chouette fille et sa maman m'aimait beaucoup aussi (hei ma vast ?) je dansais souvent avec elle ( avec JEANNINE hein) chez "MANU" et + tard au "MISTRAL".

    La "grande affaire" de JEANNINE a été "KIKET" (Baudouin DELPLACE) dans le genre "je t'aime moi non plus" cela a duré des années...sans conclusion finale !

    C'est vrai chic PIERROT les dernières X que j'ai eu des nouvelles de JEANNINE c'est qu' elle fréquentait le café de MARIETTE ex femme d'HENRI SCHNEIDEWIND "AU REFUGE" - à la rue BLAES. Elle était tjs célibataire.

    JEANNINE a été surtout été fort affectée et déboussolée par le décès de sa maman.Je pense qu'elle était fille unique. Je ne sais pas du tout ce qu'elle est devenue. Bigs

  • Pierrot le cinéma Centra était à côté de la polyclinique de la mutualité Concordia ....
    Un jeudi après midi dans un cinéma de la rue haute , j'ai vécu une drôle d'aventure je devais avoir 14 ans , à l'époque très réservée et timide , je n'ai pas osé broncher quand un garçon ma embrassée plusieur fois dans le dos , j'ai trouvé cela très agréable mais je ne me suis pas retournée et à la fin du film je suis partie très vite ,donc je ne saurai jamais qui avais trouvé mon décolleter à son goût , même ma copine ne s'était aperçue de rien tellement je suis restée steif. Avec quelque années de plus , ce gars aurait reçu une de ces armolette !!!!!

  • Jeannine a été mariée elle a un fils et elle est veuve depuis une quinzaine d'années

  • ...j' ai retrouvé la photo du home avec ta Mouma, ma Boma et mon frère Louis.
    Je scanne demain et je te l' envoie à cette adresse? jeff709@hotmail.com

  • Aaaaaaahh c'était TOI, TOI, TOI, Toffen ANDREE la fille dont mon ami Pierreke a embrassé la nuque pendant de longues minutes sans réaction de ta part. Awel pendant des années et des années mon ami t'a recherchée sans succès. Je lui demandais tjs "mais comment est son visage, à qui ressemble-t'elle ?" Pierreke me répondait tjs "j' sais pas j' connais que sa nuque... ma sa nuque je la reconnaîtrais directement...". Depuis ce jour lorsqu'il faisait connaissance d'une jeune fille/femme il regardait tjs d'ABORD et UNIQUEMENT sa..nuque et chaque fois..même déception "caramba, c'est pas "ELLE".

    A quoi tient notre destin, hein Toffen ANDREE, voilà que SI tu te serais retournée au ciné mon Pierreke aurait été guéri de son obsession "nuque", hei ma vast ? J'arrête mon délire. Bigs à toi et chez toi. Gilbert

  • he oui!! c'était une technique bien rodée, on cherchais la fille avec laquelle on voulait smakken, quand elle était assise vite on se mettait dans la rangée derrière, et durant le film on se rapprochait petit a petit jusqu'à ..............
    une baffe ou ..............
    un grand smak et échange de chique, parce que ne croyez pas que les filles ne savaient pas qui était assis derrières elles.
    Je suis surpris qu'il y a que des garçons qui en parle!!!! les filles du blog étaient elles réellement innocentent, et ce semaines apres semaines!!!
    Je regrette, Andree, que ce n'était pas moi!!
    hei ma vast??

  • Que les filles du blog ne parlent pas des flirts au cinéma. Personnellement j'allais presque tous les soirs au ciné et également le jeudi après-midi au Carly. Contrairement à d'autres c'était uniquement pour voir le film. Des gens qui se bécotaient sans arrêt devant moi au ciné cela me dérangeait et m'empêchait de voir le film. Et puis payer pour un flim et pas regarder j'ai toujours trouvé cela imcompréhensible. Pour flirter il y a d'autres endroits.

  • Ce que j'ai eu souvent au ciné c'est qu'un type se mette à côté de moi et me faisait du pied, je changeais de place .Un soir à l'Eldorado place de Brouckère j'étais avec la soeur de Gilbert et voilà mon voisin qui commence à me faire du pied. Cette fois là j'avais un parapluie que je bougeais et le gars a cru que c'était mon pied. On a bien rigolé. Une autre fois toujours avec Monique au Cinéac Nord un malade a carrément ouvert son pantalon et s'est Bran...ensuite il a été embarqué. Il y avait de drôles de cocos au cinéma etc....

  • J’ai la mémoire qui flanche, je me souviens plus très bien (Jeanne Moreau).Mais malgré tout Willy , mon premier « Smak » c’était à la matinée enfantine du Carly. Avantage pour nous les filles, on pouvait choisir le garçon !

  • Drôle de pei au Cinéma.

    Pour voir les tofs et nouveau film de guerre, j’allais au VICTORY, cinéma situé dans la rue Neuve à Bruxelles.

    Souvent, un pei assis à côté de moi, insidieusement mettait sa main sur ma cuisse et tout doucement montait, montait, montait. Comme j’étais encore petit, de peur je levais et je quittais la salle, en regardant bien que l’on ne me suivait pas.

    Plus grand (13 14 ans) et toujours au même cinéma, un pei a fait la même chose sur la cuisse de Louis, ce dernier s’est levé et tout en criant SALOPARD, lui a tourné une "motte" sur sa façade.
    Heureusement pour le pei, la police est arrivée et c’est à nous qu’ils ont embarqué.

  • je cherche des photos de mon bompa!il est né en 1914 et il a perdu sa jambe à cause d'un tram op d'huug stroet ou la rue de blaes ,ternoe es hem klirmoeker gewedde et il chantait de l'opera dans les crochets.quand il était ket il habitait péremansstroet .si parfois quelqu'un a kekchoos ????? dat hem ma ne mail opsteut

  • j'ai laissé un messaach pour retrouver des photos de mon bompa,mo j'ai mal tapé mon adresse !je suis ossi habile de mes doigts qu'un cochon de sa queue, zo den ander zegge !

  • bonjour,

    ça y est mamy nous resort toutes les photos d'epoques....

    Mamy c'est José de cola et Mareke qui on tenu le magasin de textile au n° 14 et puis au 16 de la rue des Renards.
    que de souvenirs qui surgissent en une fraction de seconde....
    on se rapelle très bien de toi Jef ainsi que de ta maman Trinet y avait aussi Bertine qui tenait l'epicerie en bas de la rue avec son fils Henri.
    c'etait l'epoque de tante Anna...Mémé..dikke Jef Nonkel... Breu...Cola...etc

    ps: josé et jef jouait toujours ensemble chez Maria Casul derriere dans les kot ;-)

    je scanne les photos et vous les envoyent

  • Bonsoir,Grimaldi...comme le nom de famile de mon ancien ami et compagnon de jeux Paolo et de son frère Joseph,qui habitaient au-dessus de la boucherie en bas de la rue des Renards?
    Comment va Mamy Josée?
    As-tu déjà scanné les anciennes photos?
    Je suis impatient de les découvrir sur ce blog

  • oui Jef c'est exact Paolo et Joseph sont les cousins de mon pere Mario qui lui a épousé josée...
    pourrait tu me donner ton adresse email pour que je puisse t'envoyer les photosou dit moi comme je dois faire pour les mettre ce blog.

    @Nelly oui Carmelina fait aussi partie de cette famille ;-)

  • Dans les années 55 à 59 dans ma classe à l'école 15 rue Haute, il y avait une nommée Carméline Grilmadi. Cette fille habitait rue de l'Economie est-elle de la même famille?

  • Chic Pierrot,
    Sur la photo 5 la femme en B1,c'est Louise van Laurent tenancière d'un café rue des Renards(juste en face du magasin de mes parents).
    Est-ce la même personne qui tenait un bistrot "chez Louise van Laurent"dans ton ancien quartier?
    Si j'ai bonne mémoire,elle avait une fille qui s'appelait aussi francine.

  • Louise et laurent, dont tu parles Jef, ont bien atteris dans le quartier de Pierrot.
    Mais ceux-ci n'ont pas tenus un café, mais un marchand de charbon.J'ai bien connu Francine quand elle habitait rue des Renards, par la suite je l'ai encore rencontré place Annessens quelque fois.

  • Jef, je ne me souviens pas d'un café dans le bas de la rue des Renards.
    Quand je jouais avec les 2 Francine et Jean, il me semble que la famille Laurent, tenait un magasin de vêtements, dans le bas de la rue des Renards.

  • il y avait un café dans le bas de la rue des
    Renards,dont une vitrine donnait rue Blaes,et une rue des Renards,avec la porte sur le coin,je parle de 1950.

  • Guillaume,

    Le marchand de charbon dont parle francine était situé rue de la Verdure, à coté du coiffeur "Bij de Smaus" (5 Fr. la coupe de cheveux) et presque en face du café des "4 Coins".

    Francine, la fille de Louise et Laurent, a été la petite amie de Jean, le fils du café "chez Michel" situé rue d’Anderlecht. Pour Monique, Jean, était le frère d’Adeline.

    francine, se souvient du grand café, coin Renard et Blaes. Mais comme Jef écrit, le café était situé dans le bas de la rue des Renards, en face du commerce des ses parents

  • Le café des parents de Francine ne se situait pas dans le bas de la rue,mais bien vers le haut.Le magasin de mes parents était au n°32 et juste en face était le bistrot.
    Quand ils sont partis,ma soeur y à ouvert un commerce de vêtement pour les enfants.
    C'était juste à côté du marchand de glace Pacitti,si tu te rappelle Francine.

  • Francine était une cousine d'Henri Van Poppel qui à ce moment là habitait encore Rue Haute avant d'aller habiter rue des Prêtres dans les Marolles et ensuite à Saint-Gilles.

  • Sur le blog de Jeannine le 24/04/2008,il y a une photo d'une petite fille avec un petit garçon(Roger Thomas)eh bien,pour moi c'est Francine Laurent.Qu'en penses-tu?

  • Je viens d'aller sur le blog de Jeanine,à la date indiquée.Je te rejoins, je crois bien que c'est Francine, en tout cas ça lui ressemble très fort, elle a les même yeux que son papa.Quand je l'ai revue, elle avait pris un peu de poids et avait cette figure ronde comme sur la photo.Quelle coîncidence,tu trouves pas!

  • Bonjour Sandra,

    Avant tout je tiens à te remercier d'avoir répondu à mon commentaire ,c'est vraiment sympa.

    Si tu veux m'envoyer des photos,elles sont les bienvenues.

    Je pense que pour le moment,il est préférable de les envoyer dans ma boîte "emails "dont

    l'adresse est la suivante : jeff709@hotmail.com

    Dès réception,je me ferai un plaisir de les faire parvenir à Pierrot(le responsable de ce blog).

    Un grand MERCI d'avance.

    Bisous à toi et à tous les Grimaldi.

    Ps:Je vais te revéler un secret,mamy Josée a été ma 1ère petite amie et pour confirmation

    regardes,sur ce blog,dans le post"Premier baiser"

  • pssttt...c'est pas un secret....on l'a aussi cette photo ;-)

  • Salut Michel,
    Comme tu l'as écrit,on à sans aucun doute dû jouer et "skèremé"ensemble dans cette chère Vossestrout.
    Ah,que c'est loin tout ça!
    Le scheile qui habitait en face de chez ta boma s'appelait Paolo(Paul).
    Si je connaissais très bien ta grand'mère(Maria),par contre ta maman,je ne m'en rappelle plus.
    Lorsque tu fais allusion à la 2ème et 3ème photo où l'on peut apercevoir ta bobonne ainsi que ta mère,je suppose que tu veux parler des photos de la braderie numéros 5 et 6.En quelle position se trouve ta maman?
    J'ai en mémoire un gars qui était dentiste,étais-ce un fils ou un beau-fils(peut-être ton père)de Maria?
    Je me rappelle aussi que dans ces années là(50)et dans ce quartier,une personne qui exerçait cette profession,était considéré comme un érudit,quelqu'un qui avait réussi et de ce fait respecté par la plupart des habitants du quartier.
    Pour répondre à ta question,je suis désolé mais je ne vois,ni ne connais plus personne qui a connu ou cotoyé ta bobonne.
    Bàt

  • Bonjour,
    Quelqu'un aurait une photo du 14 rue des renards à l'époque (c'est l'actuel magasin de ma maman "le roman de renards") ? j'aimerais voir à quoi cela ressemblait à l'époque. Merci a vous

  • Bonsoir Allison, je crois que tu vas être déçue car, à mon avis, ce bâtiment n' est pas si vieux que ça, les anciennes maisons ont étées démolies puis des neuves ont pris leur place.
    PS ma grand-mère a habité fin des années '90 au-dessus (n° 12 au 1er étage) du magasin de ta maman.

  • Bonjour Charly,
    Sur le lien Jef Slagmulder et sa famille;

  • photos 7lepei en pantalon blanc c'est georges le marchand de chemisesrue haute en face de chez louiske

  • Sur la photo 8, le gros bourgmestre était le docteur Jef Vandemeulebroek qui a été fait baron.

  • Quand j'étais jeune mariée j'allais souvent mangé aux trois chicons rue des renard on y mangeai bien que de bon souvenir

  • Jef,tu ne m'as pas répondu,je suis le petit fils de Maria,magasin de casseroles,au nô 1de la rue des renards.A très bientôt Jef.

  • bonsoir, jef,
    en voulant retrouver, francine la coiffeuse de la rue haute, je me sui avanturez, sur la rue du renard, ma grand'mère et ma maman venait régulièrement achter des vetements chez vos parents, j'ai vu une phot de votre soeur avec vos parents, est-ce que votre soeur ne travaillait pas chez le courtier en assurance rue des bogards, si oui nous avons travaillé dans le meme bureau, comment elle se porte, une réponse de votre part me ferait plaisir, et j'espère revoir votre soeur. où communiquer avec elle. Merci et bonne soirée . Monique Louckx

  • Bonsoir Jef,
    merci de votre réponse, est)ce que je peut vous demander quelque chose, pour une de mes petite fille qui suit une formation de photographe, au parc duden, et à dois faire un reportage sur les marolles, et de ce fait elle m'avait demandé si je ne connaissait pas quelqu'un qui habitait le quartier, comme j'avais travaillé avec un personne, que ses parents habitait la rue des renards et avait un magasin de vetement dames, et au vu des photo sur le blog, j'avais espéré la retrouver, je venais aussi à la rue haute chez la coiffeuse francine, je lui adressé un mesage, étant donné que ce n'est la personne avec qui j'ai travaillé et n'ayant pas encore eu de répone de francine, je me permets de vous demander si vous connaissez quelqu'un qui pourrait la guider dans le quartier des marolles, afin qu'elle puisse faire son reportage sur votre quartier, qui me tient à coeur, j'y suis né et j'ai toujours aimé venir dans les marolles, avec ma famille, j'ai meme fait mes premiers pas de danse dans un café qui était situé sur un coin et tout près de la porte d'hal

  • Bonjour Michel,

    Je suis plus qu'étonné par ton message du 19 août 2014!!

    Lorsque tu m'as adressé un commentaire le 01 avril 2011,je t'ai immédiatement répondu le
    jour mëme(et ce n'est pas un POISSON!)

    Si tu remontes +/- 10 commentaires avant celui-ci,tu pourras lire ma réponse.

    @+
    Bien à toi

  • Bonjour Monique,

    Très heureux de vous lire et par ce fait de vous compter parmi les nombreux visiteurs de ce blog.

    Au risque de vous décevoir,veuillez noter que ma soeur Jeannine,n'a jamais travaillé chez un courtier en

    assurances.

    Désolé...

    Bav

  • Bonsoir Monique,

    J'ai quitté le quartier en 1975 et.....depuis lors cette partie de Bruxelles a ENORMEMENT changée ainsi que sa population!
    Concernant votre recherche,je pense que vous aurez plus de chance de trouver de l'aide du côté de "Facebook"car à ma connaissance, il existe plusieurs sites concernant les marolles et anciens marolliens(par ex:Comité Marolles).
    Quant à votre message posté sous la rubrique"Francine",je crains fort que vous n'obtiendrez jamais de réponse car il s'agit d'une personne différente.
    Pour votre gouverne la coiffeuse rue Haute se nommait Francine Dossin.
    Bav

  • bonjour
    le bourgmestre de la rue des renards s'appelait van de Meulebroeck
    c'était une franche "zatekut"
    moi je m'appelle Yvonne et mes parents étaient Fernand et wantche de la
    fabrique de limonade rue NOTRE DAME DE GRÄCES
    amicalement

  • Bonjour Yvonne ,
    Cliquez sur le lien http://bruxellesanecdotique.skynetblogs.be/archive/2008/10/04/limonade.html

  • Sur la photo 8, le bourgmestre c'est Jef Vandemeulebroek, qui depuis qu'il avait été baron était devenu dans le quartie "baron jef" ou "baron Jef ziep".
    Bizzzz à tous

Les commentaires sont fermés.