• tirage au sort militaire

    LE TIRAGE AU SORT DANS LES MAROLLES.

    C'est le général Jourdan qui institua en 1798 la conscription forcée, ou le sort décidait de l'engagement ou non des conscrits.

    La Belgique étant à cette époque sous le régime Français, tomba sous l'application de cette loi.
    ses effets durèrent  jusqu'en 1909, date de l'établissement du service militaire personnel, projet signé par Léopold II sur son lit de mort.

    En quoi consistait donc  le système qui fut en vigueur pendant tout le XIXè siècle?

    Le nombre de miliciens  dont avait besoin le pays, qui était fonction des évènements internationaux, était réparti à la proportionnelle

    du nombre d'habitants, entre les provinces, les cantons et les communes. Chacune de celle-ci devait donc "livrer" un nombre d'hommes, à prélever sur l'ensemble des garçons atteignant leur vingtième année a la date de l'appel.

    Les plus hauts numéros libéraient  leurs  heureux possesseurs de toutes obligations.

    TIRAGES AU SORT


    Conscrits brandissant le bon numéro sorti de l'urne et le montrant à la foule.

    FANFARE

    Les conscrits marolliens, accompagnés de leur fanfare et portant leur numéro sur leur chapeau, font la tournée des cabarets.

     

    carnet de Mariage

     Extrait du Carnet de mariage d'André HEYMBEECK, 1908 cocernant les obligations militaires.

    PALAIS DE JUSTICE

    Les conscrits sur les marches du palais de justice.

    conscrits Bxl1

    Merci à Nicky pour la photo

    carte de voeux

     

     

    Carte de vœux envoyée aux conscrits   par les parents et amis.


    Numériser0001

     

     

    Merci à Guillaume Kekenbosch pour le texte et les photos 

    De pauvres Diables

    Les soldats étaient tous de milieux forts modestes.
    Ceux qui tiraient un mauvais numéro au tirage au sort avaient la possibilité légale de payer un remplaçant ; cela coûtait aux environs de 1.600 francs.

    Des agences spécialisées proposaient des remplaçants et certaines compagnies d'assurances comme celle des rentiers réunis organisaient des tontines pour un versement de 50 francs par an pendant six ans.
    Extrait de BRUXELLES 1000 ans de Bruxelles et de leur vie militaire - n° 11.

    ++++++++++

    Un frère de mon Grand-père maternelle, Guillaume DE GYNS, qui avait pourtant tiré un bon numéro l'a vendu à un garçon très riche.
    P. HEYMBEECK  

     

  • Ambiance

     

     AMBIANCE

    pc

    Kili Watch un clic sur la photo
    17 novembre  2008
    Joyeux Anniversaire - Nelly

    La photo Bruxelles 1965 .Dans les années 1963 à 1966 je sortais au "Cousins" à la Grand-Place et au "Carabins" place des Martyrs et aussi quelques fois à "Las Végas rue de Malines. Ensuite je suis sortie dans le haut de la ville, "Biblos, Black Horse, Les enfants terribles et le Show Boat". Un jour de sortie avec monique aux "Enfants Terribles" avenue de la Toison d'Or nous y avons laissé notre vestiaire et, de là, nous sommes allés au "Show Boat" rue Jean Stas pendant quelques heures. Aux petites heures nous sommes retournés au "Enfants Terribles" pour récupérer notre vestiaire.Le dancing était au premier étage et le vestiaire était situé dans la cage d'escaliers. Il n'y avait plus personne au vestiaire et le temps de récupérer nos vêtements quelqu'un a fermé la porte d'entrée avenue de la Toison d'Or. On ne s'en faisait pas, nous sommes montés au premier, vers le dancing mais, lui aussi était fermé à clé, ce qui était moins drôle. En clair nous étions prisonnières dans cette cage d'escaliers. A l'époque les GSM n'existaient pas. Heureusement c'était un samedi dans la nuit et nous avons été libérées le dimanche à 1 heure de l'après-midi par une personne qui venait nettoyer. Ouf

    Nelly

    Gilbert marakas

    Je me souviens c'était au mois de mai 1969. Le soir avant le mariage de Monique et Gilbert. Nous avions rendez-vous au café des Trois Portes au Vieux Marché. Le café était tenu par les parents de Monique. En premier lieu rien que les femmes, nous étions au premier étage pour prendre un verre et faire une photo que j'ai toujours. Ensuite nous sommes descendus au café et là quelle surprise, les étudiants de l'ACA avaient promis à Monique de venir pour la veille de son mariage. Ils ont tenu parole et son venus en fanfare. Jamais je ne me suis autant amusée. Tout le monde dansait avec tout le monde. Des personnes âgées, des clientes du café dansaient avec les étudiants et avec moi. Quel souvenir! Quelle ambiance! Cela a duré jusqu'aux petites heures et le lendemain on a remis ça au mariage qui s'est terminé chez Victor rue de la Plume où tard dans la nuit on dansait toujours.
    Nelly
    --------------------

    Si tu vas à Rioooo ! (clic sur la photo)

    Non ça ne nous rajeunit sûrement pas, sweet NELLY et je suis bien sûr un peu (beaucoup) ému en voyant cette photo sur ce blog. Ce que l'on ne voit pas sur la photo c'est le monde qui nous regardait ce soir là sur le vieux marché..."si tu vas à RIOOO" en volle trompett ça réveillait hein !et moi je devais "bouger" avec ma Monixke, c'est vrai c'était une fameuse soirée.

    Gilbert

    groupe ecole 2

    Voyage Scolaire

    Ecole 17 , rue des Six Jetons , voyage à Bruges et environs.
    Sur le bateau :A1 Roseline ,A2 moi ...

    Sur l'autre photo de groupe, A1:Rolande
    B2: Marie-France...Le petit singe pendu à l'arbre moi... tout au dessus a gauche Jenny , en bas à droite , fille qui saute du talus pas très reconnaissable,dommage Pierrot!!! Micheline Thys.
    Pour les autres jeunes filles,grand trou de mémoire pour les prénoms.
    J'espère toujour que l'une ou l'autre se verra un jour sur le blog et réagira !!!

    Andrée.

     

    BARCELONE  1969   HAEI LA BARRE

     

     

    Charly Paris

     

     

     

    F52

     

     

    Mimi petite souris

    L'idée de cette photo est venue à Pierrot suite à mon aventure que je vais  vous raconter.

    Mais avant cela vous devez savoir que j'ai toujours bien aimée les gens et les animaux.....TOUS les animaux, sauf....... LES MOUCHES.

    Dans les années septante j'ai été habiter dans une petite maison spacieuse et assez isolée et entourée d'Animaux ; des Bœufs, Moutons, Paons, Poules, des Oiseaux, des "Porc qui pique", et, et......des SOURIS. Jamais au grand jamais j'aurais, fait du mal aux animaux, sauf....... AUX MOUCHES.

    J'avais comme  habitude de donner à manger à tout ce petit monde, qui petit à petit, entoura ma petite maison au plus près (10 mètres pour les bœufs) et les souris !!!!!!

    Oh je ne l'ai avait pas encore vue, les souris, mais bien leurs, petits cacas tout blancs (elles mangeaient  le mastic pour les vitres de Pierrot, qui était dans le garage).

    Alors que je vaquais à mes occupations ménagères habituelles, j'ai aperçue une  toute petite souris,...... je dirais même un souriceau, à la vue de cette  bête, j'étais comme pétrifiée AUTHENTIQUE, ayant surmontée ma peur, vite, vite je me suis rendue dans la cuisine pour y prendre mon porte monnaie, direction l'arrêt du bus, puis le Métro, tout cela sur mes "slaches" et sans manteau, pour enfin arriver à l'aubette à journaux de la maman de Pierrot, car je savais qu'il arriverait là aux environs de 16 heures. Devant l'étonnement de ma Belle-mère, de me voire dans cette tenue, elle me demanda d'un air + qu'inquiet « awel maske wa valt er veu » j'ai bien dû lui dire que je m'étais enfuie de la maison à cause d'une petite souris. C'est alors qu'elle éclata de rire, ce que fit aussi Pierrot.
    Et de là l'idée de la photo.
    MAINTENANT JE N'AI PLUS PEUR D'UNE SOURIS, HEIN.

    francine

     

    Salle Paris

    Num%c3%a9riser..[2]

     

    Bolsius groupe 4

     

    arthur_(2)[1]

     

    porte-avion 4

     

    francine & Pierrot
    francine et Pierrot Köhne - Heymbeeck

    Luppens 023b

     ...avec un canon de...20mm!(merci à toi Jeancke car après 41 ans, aujourd'hui tu m'as appris le nom de cet engin que j'ai... non..avec lequel j'ai tiré! Nous sommes à Brasschaat en 1967, journée "porte-ouverte" du 80èmè. bataillon d'artillerie où mon frère René fait son service militaire.
    Les familles rendent visite à leurs pauvres miliciens, partis si loin de Bruxelles, ocherme!
    J'ai vraiment tiré avec des vraies balles (à blanc) sur des vrais avions (immaginaires). Ca me changait de mes "rivolvers" en plastic, mais je n'aurais quand-même pas voulu ce canon pour jouer tout le temps avec, car les vibrations étaient très fortes, même que quand j'en suis descendu, par après j'avais encore le bidder. Plus loin je suis monté sur un "tank" et rentré dedans, avec ça on pouvait pas rouler, ça c'est dommage! Mais quand je suis sorti du tank j'étais plein de graisse sur mes mains et sur mon "pitalon" et même là c'était pas ma faute et je me suis quand-même fait engueuler;Potferdoumme Nicky...regarde un peu où tu marches zeg! mais c'est pas moi, c'est le tank qui est sâle!

    Nicky

  • La Senne & Notre Dame au Rouge

    Voyage en barque autour du Quartier de Notre Dame au Rouge
    Et un petit détour prés de la cheminée de Léon Paris.

     


    plan modif

     

     Jean Baptiste VAN MOER
    17/12/1819 – 06/12/84.

     Le Bourgmestre Anspach lui commande 15 portraits de la Senne pour 57.000 francs, qui décoreront l'antichambre de son cabinet. On peut encore les y voir aujourd'hui.


     Nul ne pourrait imaginer, en voyant ces toiles, que l'insalubrité de la Senne était à l'origine du voûtement. Mais par leurs précision photographique elles n'en on pas moins une grande valeur documentaire. Les inondations incessantes amenèrent le Bourgmestre Anspach, à assainir la ville une fois pour toute.

    Jules Anspach, alors âgé de 34 ans, n'était certainement pas impopulaire, en raison notamment des mesures qu'il avait prisent pendant l'épidémie de choléra qui couta la vie de 3500 personnes en 1866.

    15 VUES DE LA SENNE A BRUXELLES
    Ci-dessous 10 vues parmi les 15 que J.B. VAN MOER a peintes vers 1870.

     

     

    1

    n° 1 - Vue prise du cabaret L’OURS en direction de la rue des Pierres

     

    2

     n°2 -  Vue prise Le Moulin à Papier rue des 6 jetons

     

     

    3 rue dupt de la carpe

    n° 3 -  La Senne, vue de la rue de la Carpe, côté Ouest

    4 place fontainas (pont de la barbe)

     

     

     

     

    5 Rue Van Artevelde direction 6 jetons

    n°5 La Senne, vue d'une maison dans la rue des Chartreux.

    6 rue du pont de la carpe ---direction bourse

     

    n ° - 6 La Senne vue de la rue de la Carpe, côte Est

    7 bourse -rue Orts

    n° - 7 Vue de la rue Middeleer sur le cabaret l'Ours.

    8 la bourse direction rue Orts

    n° - 8 l'ancienne brasserie des Récollets et le Vaelbeek.

    9  riche claire -direction place fontainas

    n° - 9 Une partie du 1er Rempart de la ville de Bruxelles, vue d'une maison au-dessus de la Senne.

    10 rue des pierres - direction bourse

    n° - 10 Vue vers le cabaret l'Ours prise de la rue des Pierres.

    ++++++++++

    14 Senne bis

    Merci à Andrée Bolsius pour cette image, qui représente la Chapelle de Notre Dame au Rouche.

     

    la Senne - reçu de Nicky Luppens

     Un dessin fait à l'encre de chine  et daté de 1902. A mon avis il a été fait d'après (donc copié) une des photos des frères Ghémar en 1870.
    Ecrit par Nicolas Luppens

     

     

    n° 4 Une partie du 1er Rempart de la ville de Bruxelles, vue de la rue de la Petite Ile.

     

     

    Si Paris a la SEINE, Bruxelles a la SENNE

    Depuis le voûtement de la rivière (en 1867- 1872), il n'y a plus dans notre capitale ni pont à franchir ni quai à arpenter.

    La Senne, à laquelle Bruxelles doit son développement, s'écoule du Sud au Nord, depuis Soignie) en Hainaut, ou elle prend sa source, jusqu'en aval de Malines ou elle rencontre la Dyle qui elle-même rejoint le Rupel, affluant de l'Escaut.

    Venant de Drogenbos, la Senne s'introduit en territoire Bruxellois à Anderlecht.

    Son cours devient souterrain peu avant la gare du midi et retrouve la surface près du pont Van Prat à Laeken.
    Ecrit par Léon Paris.
    ++++++++++

  • Cimetière de Bruxelles

    Cimetière de Bruxelles

    La Toussaint

    Cimetière de Bruxelles

    Les personnes qui habitent Bruxelles 1 (centre) sont enterrées au cimetière de Bruxelles qui est situé à Evere. De nos jours presque tout le monde à une voiture. Je me souviens que quand j'étais enfant c'était toute une expédition. Ma bobonne et moi allions prendre le tram 15 Porte de Hal pour descendre place Madou et prendre le tram 63 jusqu'au cimetière. Un autre chemin : on prenait le tram 48 ou 5 rue Haute, nous changions à la Bourse pour le 76 ou 63 qui eux faisaient toutes les rues qui contournaient Sainte-Gudule (des rues disparues à nos jours). Que c'était long avant d'arriver au cimetière d'Evere. On achetait des fleurs et on nous prêtait une cruche et un râteau.

    Cimetière

     

    Dans le cimetière ma boma et moi allions dire bonjour à tous les gens décédés qu'elle avait connus et cela durait des heures. En sortant on allait prendre un pot et manger un cervolas Chez Dupont à un coin et après, à l'autre coin, chez Demaret, c'était une bonne glace. Tout ça prenait presque la journée.

    Quelques jours avant le 1 novembre nous allions nettoyer nos tombes et le jour avant nous mettions nos fleurs. Le jour de la Toussaint le terminus du tram était déplacé d'un arrêt qu'il y avait du monde et surtout des connaissances du quartier .

    Ecrit par Nelly Lallemand.

    plan cimetière