• Saccage au Palais de Justice.

    Saccage au Palais de Justice.


    palais de justice1

    Photo 1

    Le Palais de Justice de Bruxelles
    Architecte Joseph POELAERT (1817-1879)

    On a énormément relaté dans les livres et journaux, l’incendie du dôme du Palais de Justice  provoqué par les troupes allemandes en retraite.
    Même que, les parents de beaucoup d’entre nous, ont vécu la scène et….ont même participé volontairement au "déménagement" de nombreux objets du Palais de Justice.

    Mais qui d’entre nous, sait ce qu’il c’est passé le 15 octobre 1883 ?


    palais de justice3

     Photo 2

    L’inauguration du Palais de Justice fut faite en présence du Roi, qui était accompagné de la Reine et de la princesse Clémentine. Un premier discours fut prononcé par le Ministre de la Justice, qui fit l’éloge des maitres d’œuvre  et des artisans.
    Le Roi ayant répondu au discours de son Ministre, ce fut le tour du premier  président de la Cour de cassation De Longé de prendre la parole, etc. etc.

    Pour clôturer la journée, au pied des marches le défilé des ouvriers s’ébranla, groupés selon leur  spécialité, au son des harmonies, suivi du discours du doyen des ouvriers et d’une dernière réponse du souverain.

    Chouette, tof…Et bien non, il eut un os, que dis-je, un paquet d’os.

    Je cite :

    « Une foule d’indésirable s’était parvenu à se faufiler sans invitation,  ce qui faisait, écrit l’Etoile : que la cérémonie ressemblait  plus à l’ouverture d’un marché aux poissons »

     Et encore :

    « Mais c’est surtout l’invasion qui suivi la fin de la cérémonie qui marqua la presse.

    L’ouverture au public provoqua des débordements CONSIDERABLES.

    La populace Bruxelloise a dépassé pour la circonstance sa mesure de sauvagerie habituelle commentait la Gazette ».

    « Toutes les portes étant ouvertes, à l’exception de la Cour de Cassation, une horde de sauvages a envahi toutes les salles, où elle a commis des dégâts sans nombres. A la cour d’Assises des vauriens en SABOTS, ont lacéré à coup de couteau les sièges réservés à la cour et au jury.

    Les allumettes ayant servi à allumer les pipes ont été jetées encore enflammées sur les meubles ; les pupitres ont été renversés ; les sonneries électriques ont été démantibulées, on a brisé deux grandes glaces. Enfin des voyous, on fait des ordures dans tout les coins du nouveau bâtiment »


    Le journal ne précise pas  si ces sauvages pratiquaient l’idiome particulier de la Marolles et s’ils saccageaient les lieux en maudissant à grands cris  le schieve architecte qui avait fait le malheur du quartier. 

    Source : La fonderie 27

    palais de justice2
    Photo 3

  • La Place Saint Géry


    Merci à Guillaume pour le texte et l'image.


    INNONDATION

    La Place Saint Géry.

    Suite à un débordement de la Senne en 1820, la place Saint Géry fut complètement inondée.

    Cette rivière était particulièrement sale parce que les eaux usées y étaient rejetées, t
    ransformant le cours d'eau en un cloaque pestilentiel.

    Le cours capricieux de la Senne occasionnait de fréquentes inondations propageant rapidement les bacilles, causes de plusieurs épidémies de choléra.


    Maquette reconstituant l'île Saint Géri au Moyen âge.

    saint géry

    Saint Géry ext
    Extrait du Panorama du plan de Bruxelles par Martin de Tailly (1640).

    LE DRAME SANGLANT DE LA PLACE SAINT-GERY

    Crimes de sang à Saint Géry

    Un soir de septembre 1847, le cocher du notaire Evenepoel constata que la porte d'entrée de son maître était ouverte.

    Quant il rentra dans la grande maison, du 13, Place Saint - Géry, il trouva les corps d'Henriette Evenepoel, la sœur du notaire, et de deux domestiques.

    Le notaire offrit une récompense de 3.000 franc, à qui fournirai des renseignements pour trouver les assassins.

    Aussitôt arrêté, Rosseel, parla et donnait son complice, Vandenplas.

    Vite jugés, en 1848. On leur coupa le cou à la porte d'Hal

    EXECUTION

    Ci-dessus
    Dessin fait par  Nicky

    têtes

     

  • Le vieux Marché.

    Le Vieux Marché

    Accident aux vieux Marché.


    Le Samedi 18 avril, 1896 comme d'habitude, les fripiers et autres  marchands  de vieilleries arrivaient sur la place du Jeu de BALLE pour y   installer leur  échoppe.

    Parmi eux  J.B. Dolot, dit boultje (petit bossu) accompagné de sa mère âgée de 76 ans.

    Arrivé en face des baraquements, le pauvre hère s'engouffra dans un trou béant qui venait de s'ouvrir sous ses pieds.
    La mère n'eut la vie sauve que grâce au réflexe d'un témoin qui put lui saisir le bras.
    Les autres témoins s'enfuirent dans toutes les directions.


    DRAME OP DE AMET.

     

     Le malheureux Dolot,  âgé de trente cinq ans à peine, habitait tout à côté au n°4 de l'impasse Sainte - Véronique.

    Imp. St. Véronique1

    Cette impasse, située rue du Chevreuil, à l'endroit où s'élève Aujourd'hui le bassin de natation.
    Le sergent des pompiers est descendu seul dans l'excavation, il parvint à saisir sa main, elle était froide et le sergent pompier en conclut que M. Dolot était déjà mort.
    Merci à Guillaume Kekenbosch
    Extrait de "Le petit Bleu " 23 avril 1896.


    Imp. St. VéroniqueII

    DOLOT

     Imp. St. VéroniqueIII


    imp st véronique22
    Merci à Nicky Luppens

  • Emile SPEECKAERT

    Emile SPEECKAERT, est né en 1880 et est mort en 1935.

    Il fit partie du Comité de Notre Dame au Rouge jusqu'en 1932.
    Lange Jef, qui est également membre du comité tenait ne gruenewinkel, rue de la Verdure, où il y a maintenant le boucher BRIESSEN.

    Le petit fils de Lange Jef, fut médecin rue Plantin.
    Emile SPEECKAERT, est un ancien de la garde civique et, un jour,  strondzat *, il a perdu son fusil, qui heureusement fut retrouvé dans un café de la Grand-Place.

    Avant 1914, François, le tripier de la rue d'Anderlecht et "Susse Panche", qui étaient aussi de la garde-civique. Un jour, il eu une émeute provoqué par des étudiants  à la bourse.

    L'officier de la garde-civique confia un bébé à Susse Panche, le bébé a  guille  gans bequakt ** l'uniforme de Susse Panch, longtemps on c'est moqué de lui dans le quartier.

    Jefke Savoir

    Après la guerre de 14, à l'occasion de la kermesse, Lange Jef, Jefke Savoir et Emile SPEECKAERT, firent faire des affiches annonçant que des personnalités étrangères  viendraient à la kermesse, et ils eurent l'autorisation du chef de la gare du Nord, de mettre un tapis rouge est des plantes vertes et des dais.

    Ils sortirent revêtus de leurs costumes de location et de leurs nombreuses décorations en carton repoussé et colorié, données par l'élixir d'Anvers.

    Ils montèrent dans un landau qui vint par le Boulevard jusqu'à la Bourse.

    Ils descendirent boire un verre de bière au "Kapiteintje", à la Bourse.

    On dû avoir recourt à la police tellement il y avait du monde.
    C'est là que la fanfare de Notre Dame au Rouge est venue les chercher.

    On les a seulement reconnus   que dans le café de la rue de la  Verdure  l'Anneessens, où la photo a été prise.
    N'ayant plus le sous, ils ont eu des problèmes avec le photographe qui avait pris la photo.
    Ecrit par Jean Copin

    Traduction ;

    * plus qu’ivre

    * *chier dessus.

     


     

  • Le Bloemenhof

    Rue des Six Jetons. 82
    LE JARDIN AUX FLEURS


    RUE DES SIX_JETONS

     Sa façade principale se trouvait derrière, du côté du jardin.
    A l'intérieur, l’établissement  était formé de deux s
    alles, dont l'une servait de cabaret et l'autre de salle de billard.
    Une porte à l'arrière, donnait accès au jardin  qui ne manquait pas d'attraits avec ses nombreux jeux.
    Il y avait aussi la salle de réunion du Grand Serment Royal des Arbalétriers de SAINT_ GEORGES.
    Merci à Guillaume Kekenbosch

     

    Plan Jardin aux Fleurs


     En souvenir, la ville de Bruxelles à appeler la Place du Jardin aux Fleurs, la place que les gens du quartier appelaient, vers 1900 « t'pleintje ».
    On y préparait des ballekes servies chaudes avec une sauce brune vinaigrée aux oignions, et avec pain, pour 60 centimes, des tartines au fromage blanc « pottekees » et au « plattekes », des omelettes au jambon, au lard, des œufs  durs, du café avec du cramique, des choesels au madère.
    On y buvait le « snick », l'eau minèrale du Globe. C'est là que la bière Aerts eut ses premiers succès. Aerts faisait partie du Grand Serment et de l'Union......Royale (ouf).
    On y buvait également la gueuze  Hauwaert, du boulevard du Midi, l'export, la bière de Koekelberg, la « zute lambic » (lambic au tonneau), les bières brunes et blondes de Louvain, le « vollepot » et le Peeterman.
    La blanche de Louvain, s'appelait pisse de jument (Merriepeek », Merrezijk.
    La garde civique après le fameux exercice du dimanche « alignez-vous contre le bord du trottoir » terminaient stronzat ou endormis au bloemenhof....Etc. Etc....
    Jean Copin - 1956.


    aaaabbbb