Op D'Huugstroet,rue Haute (paire)

Première parution, le 18 octobre 2008


Op D'Huugstroet, rue Haute.

La Chapelle

Église de la Chapelle
Merci à Andrée Bolsius

Prolo

Photo 1
Prolo, le peintre de la Marolles.
Photo de Serge Baré.

marche vieux haute 012
Photo 2

Ci-dessus photo prise par Nicky, en avril 2007, on voit bien le n° de la maison d'à coté, donc pour moi elle se situe entre les 186 et 188.

Enquête de 1932 - tome III
Impasse de Varsovie

 

varsovie

 


 
 

impasse de varsovie1

 

nelly

Nicky

Fin de l'enquête de 1932


 

 

carricollePhoto 4

La photo ci-dessus. Une marchande de caricoles au café du "Petit Lion" rue Haute face à Parivienne. Dans le temps il y avait plusieurs marchandes de caricoles rue Haute devant un café avec leur charrettes.
Merci à Nelly Lallemand

 

 

Petit Stella-01
Photo 5
Photo reçue de Francis (Titi)

hh
Photo 6


Que de fois mes grands-parents m'ont raconté que du temps de leur jeunesse la rue Haute était noire de monde.

Les gens marchaient sur la rue à tel point que quand le tram devait passer le receveur faisait tintait une clochette pour les évacuer.

Avec mélancolie ils me parlaient des salles de danses qui avaient toutes disparues.

Pour eux la rue Haute n'était plus rien à côte de ce qu'elle était avant la guerre de 40
.



 Mes Grands-Parents

gp

J'y ai habité avec eux de 1944 à 72 et pour moi la rue était encore bien vivante.

De la Chapelle à la Porte de Hal tous les rez-de-chaussée sans exception étaient des commerces, des cafés, deux cinémas, des magasins d'alimentations, des bouchers, des chapeliers, des magasins de confection pour hommes etc... Tous ces commerces étaient ouverts chaque jour et même le dimanche matin.



A 1 Ma Boma ---A 2 une amie

photoi

La rue était connue dans toute la Belgique et les gens y venaient des quatre coins du pays pour venir y acheter un costume, une casquette, chapeau etc...A cette époque chaque rue avait sa spécialité pour les magasins ou autres.
Photos et écrit de Nelly Lallemand

 

nelly lallemand
Photo 7
Café la Barrière, 74 rue Haute.


Photo 9

nelly lallemand

Rue Haute , 58.

 

nelly lallemand
Rue Haute, 60. 

 

Commentaires

  • Cette photo avec ma boma date de 1939 c'est entre la rue des Capucins et Saint-Gislain.
    Chaque année pour la rentrée des classes on allait m' acheter un nouvel imper au magasin Daniel des amis de Gust et leur magasin était en face de son café. Ma boma marchandait très fort et Madame Daniel : "non non Karline pas ce prix là, je ne gagne plus rien". Bobonne "et bien madame Daniel garde ta gabardine". Ensuite, après d'interminables discussions elles arivaient à un accord pour le prix et chaque année c'était le même scénario. J'ai toujours eu de beaux impers à des prix sans concurrence.
    Les magasins de costumes pour hommes étaient très nombreux. Ce qui était typique pour la rue Haute c'est qu'il y avait un homme, un accrocheur, qui était posté à l'entrée de ces magasins. Son rôle était d'embobiner les passants, même avec insistance. De ma fenêtre j'ai souvent vu comment les futurs clients étaient presque mis de force dans le magasin. Il ne fallait pas aller au cinéma. C'était à mourir de rire. C'étaient tous d'excellents commerçants et rares étaient ceux qui n'achetaient rien et quand cela arrivait c'est qu'ils n'avaient pas l'intention d'acheter(ils passaient leur temps). Souvent de notre fenêtre nous nous amusions à compter les clients qui sortaient avec une valisette en carton et croyez-moi en ce temps là les commerçants faisaient de bonnes affaires. Tous Ces commerces se sont fermés les uns après les autres. La cause la mode a changé, mais plus rien n'est centralisé.

  • Pour moi, un Ket du bas de la ville, la rue Haute était connue pour…….l’hôpital Saint-Pierre, puis entre 8 et 16 ans, après être revenu de chez "MONSIEUR", ma mère faisait toujours une halte au Papillon. Près de la Chapelle il y avait aussi un petit magasin on le trouvait de petits soldats de plomb, Les deux Cinémas, le tailleur MICHIELS, un Coiffeur, en face de la rue des Vers, Le marchand de TV, Pierre COLIN, l’école 15, une fille blonde, petite amie d’un ami et fin Bec. Francine rappelle que les gens qui accostaient devant les magasins on les appelait LES LOKER

  • Wiels Renar
    Parivienne
    Niezz
    Prade
    La pharnacie...
    je m'y revois encore merci Nelly

  • j'ai oublié "Michiels" dont nelly nous a déjà beaucoup parlé.
    Environ en face de Michiels il y avait le Martin-shop de Gilbert & Pierrot
    Je me rapelle bien des balcon en demi rond a droite et pour cause!!!

  • De la photo de cette partie de la rue Haute,les commerces qui restent à ce jour:Wiels Renard,Le Petit Lion,Michiels ,sans certitude je crois c'est tout.
    Dans les années 1950 et 60 toujours cette partie de la rue je me souviens: juste à côte de l'hospice le magasin de chemises Jules, boulanger, pharmacie et au coin de la Beulestroet le café le Faucon. En face le Wiels Renards. A partir de la rue des Renards au coin la boucherie chevaline chez Dolf , Niesz (chemisiers, Parisvienne (confection), Berna (confection)Prado(chaussure),le ciné Rialto,Michiels(confection). A partir des balcons de la rue du Faucon, l'épicerie Het Voske, le magasin de poulets chez Henri, magasin de chaussures, le café le Petit Lion, le magasin de sports, le magasin de lingerie de Madame Hermanus, le café chez Alex, Les Ciseaux d'Or (confection), le café le Saint-Georges, la corseterie Virginie( une fervente Unoniste), le café le Cheval Blanc. A partir de la rue de l'Eventail Belhom(confection), Le Petit Liégeois pantoufles,le Roi du Pantalon,Daniel (confection) Martin Shop (face au Papillon,Le photographe Georges, Raymond casquettes etc...)Alba (confection)le café int'lieg plafond.
    A partir de la rue des Capucins, Michel (chaussures), Chez Louis(boucher, Chez Boy pantalon),Nelson(casquettes etc... Le boulanger Pex, Destré, Le café du Papillon, Le ciné Carly qui sur la photo est déjà Texter(confection, au coin de la rue Saint-Ghislain Chaussures Bata.

  • Suivez le guide,si vous voulez.

  • Pour un peu complèter (car sinon ce serait trop long, hei ma vast)les descriptions de mes Chaukess, j'ajouterai -- par ex : qu'au-dessus du Wiels Renard habitait 2 célèbres jumeaux de l'époque les frères BENIJTS (voir blog école 7) que Séraphin Stevens (frère du bourgmestre des marolles) a tenu ce café avec Josée..DESCHAMPS (soeur de Marcel) dans les années 50, vollem bak. La boucherie DOLF dont le fils François à épousé la fille de Max-des-3-Portes et donc la cousine de ma femme.

    A côté la boutique "NIESZ" tenue par un monsieur assez âgé très élégant (genre Vittoria de Sica) qui vendait pulls, cravates, chemises, ceintures, bref des articles de luxe, vollem bak, au décès du proprio c'est le mag voisin "PARIVIENNE" qui a repris tout le bazar.
    Y avait à côté une bijouterie/montres, en effet "Berna" dont la femme était la soeur d'"Isi" qui tient aussi un mag de vêtements à côté du Wiels", Prado ? (es-tu certaine NELLY ?) encore qq boutiques de vêtements/chemiserie de luxe - ciné RIALTO et MICHIELS (qui précisait avec un air entendu "ici on est entre Belges hein madame"

  • Tu as raison Gilbert,à gauche de la photo il y a l'enseigne Prado. Je ne me souviens pas d'un magasin de chausures à cet endroit c'était sûrement un magasin de vêtements.

  • En face à partir de la rue du Faucon vers la Chapelle, oué "Het Voske", dont le patron adorait le lapin et disait à ma mère : " yaa madam, aaaah konaaïn, mem vraa gereef ma da IN EN KOUME"- le magasin de sport "LORMIEZ sport" dont la vitrine m'a vu baver d'envie pendant des années devant une paire de chaussure de foot affichée 250 frs.

    Le mag de chaussures DELVAUX (Madeleine et René VAN DEN DAMME y ont longtemps habités), le fils HERMANUS (mag de lingerie) a été dans ma classe à Léon Lepage,je crois qu'il s'est converti dans les Assurances.

    Moins drôle le café St-Georges dont les patrons et une 3e personne ont été tués pour ce qu'on appelle un drame passionnel... fourt on m'appelle. Bigs à tou(te)s. Gilbert (non relu)

  • J'ai encore parlé avec Henri Hermanus cette semaine. Sa maman qui a l'âge de ma maman 89 ans habite le même immeuble que moi. Oui Henri a travaillé dans les assurances , il est pensionné maintenant. Il est le cousin de mon ami d'enfance Charly qui lui est le fils du magasin "Boy" et le petit fils du magasin Nelson. Henri est aussi est un sacré meensekluter il a dit à mon mari que je lui devais encore un teinturier en disant que quand j'étais petite j'avais pissé sur lui chez Gust. Il n'y a pas à dire je suis bien entourée avec mes amis d'enfance.
    Je me souviens du drame du café Saint-Georges.Ce café était situé juste en face du ciné Rialto.

  • Coin rue du Faucon et rue Haute le café "au Faucon" et en allant VERS la Porte de Hal effectivement la pharmacie ou j'allais tjs me peser sur la haute balance avec Pierreke, quand c'était son tour je frouchelais tjs avec les poids et je l'emm..tjs avec son poids réel.., à côté une minuscule librairie/cigarettes, après la boulangerie "chez CEUX" (on disait chez ZEEUURE) c'est là qu'on vendait du bodding à 1 frs -- j'en ai parlé au blog "SOFEI" -- puis un boucher ensuite la boutique de luxe "JULES" pulls/chemises/boutons de manchettes (eh oui remember!).

    Une anecdote la boutique "JULES" était tenue par une femme d'une 50aine d'années (à l'époque) et elle avait un schair (une touche) avec le père LIMON (poëlerie) qui avait son mag au coin de la rue de la Rasière...pour une raison de...il y a eu RUPTURE entr'eux, QUELLE BELLE "REUZE" - une solide hein une vraie en pleine rue HAUTE et en pleine journée. Le pei lui la narguait et rigolait et elle, moeder "JULES" fulminait fulminait (j'en connais évidement les raisons de cette disputeTaiss all mais pas respect pour les familles, hei ma vast ?. Plus tard le fils LIMON (vit-il encore) a ouvert un grand et beau magasin de poëles, convecteurs gaz etc, tjs rue HAUTE coin de la rue Pieremans (en face d' l'hôpital St-Pierre). La suite vi de noste ki, hei ma vanair vast ? Bigs à tou(te)s. Gilbert

  • Je me souviens fort bien de cette histoire ils c'étaient rencontré à un mariage et quand c'était fini entre eux elle n'arrêtait pas de le salir à qui voulait bien l'entendre. Cette dame avait deux enfants un fils et une fille qui était très jolie fille elle a été Mis Breughel dans les années 40ou 50.

  • Bonjour à tous.
    Et un peu plus tard, sur l'autre coin de la rue et du café du "Faucon", une poissonnerie et la belle Angèle,une bien belle femme à l'époque(soupirs...).

  • Au bout de la photo à gauche on peut voir la grande enseigne de la maion Deraedt. C'était un beau magasin de confection pour dames et par la suite faisait uniquement des vêtements pour deuil.J'ai déjà parlé de Monsieur Deraedt sur le topic "Café du Papillon"

  • Petit complément d'information.
    La librairie:cigarettes dont parle Gilbert était tenu par COLAS.
    Aussi un "zeurre", mes parents l'appelaient "COLAS SMOUL".
    En ce qui concerne PRADO, ce magasin de chaussures se trouvait sur la rue Haute presque à la porte de HAL.Quand Pierrot est rentré à l'armée ,il a dit à sa maman qu'il avait besoin de chaussures spéciales qui coûtait très cher.Elle lui a donné 1000 francs pour faire son achat.On a été acheter une paire de chaussures chezBATA, qui coûtait 199 francs,et avec le reste on a été "florer"

  • Il y avait un magasin de Chaussures "chez Berthe"juste à côté du Beurfin et de la bibliothèque "L'Heure Joyeuse"qui est maintenant le "Centre Breughel".Berthe était la maman d'un autre commerçant(confection) dont le magasin était à côté du "Fin Bec". A côté du Beurfin il y avait également un magasin de vêtements de travail.

  • Le magasin de pantoufles,la boulangerie Chez Bompatje et ses bonnes tartes au riz ,Fin Bec, puis une société Vits? je crois, le magasin de légumes Chez Mich.

  • Bonjour à tous.
    Rée(Henri) Limon et sa femme Maria étaient amis avec mes grands-parents(Dufour-Tiscal). Rée et maria avaient un staufwinkel rue de l'Hectolitre. Ils avaient(ont?) deux fils;Jef qui a ouvert le magasin de poëls rue Haute et Zander(Alexandre). Ce dernier,Zander
    etait marié avec la fille du magasin "Jules"rue Haute,c'est peut-être de eux que tu veux parler Gilbert? Zander et sa femme avaient aussi un magasin de chaussures et casquettes sur la digue à Blankenberge.
    Bonne journée.

  • Le café rue Haute "Au petit Stella" je crois est presque en face de la rue du Temple avant d'être tenu par ton oncle Albert. n'était-il pas tenu par la famille de Mascotte?

  • Oué mes Chaukess, à côté de BEURFIN, il y avait dans les années 50 un tout petit bollewinkel surnommé "Boule fouréke" et + tard c'est "BERTHE" qui est venue vendre ses chaussures : VOLLEM BAK et j' répète le mag était minuscule TOUT était en hauteur, des pyramides de boites de chaussures, son grand atout : elle avait tjs TOUTES les pointures (moi je ne chausse que du 39 AWEL elle avait tjs MA pointure. Elle avait 2 filles (fils ?) l'aînée a épousée ISIDORE qui a un mag de vêtements à côté du café WIELS RENARD -- "ISI".
    A gauche de l'école 7 le slachewinkel (+ tard Annie RODELEEUW et 1 copine vendront des habits d'enfants). J'ai connu un mag vêtements femmes (genre boutique) -- une poissonnerie --- BOMPATCHE..et sa fille (lange tanne) tarte au riz à partir de 2,50frs. "FIN BEC" j'en ai fait 30 lignes chez "JEANNINE" -- "TOM" aaah "TOM" en parlerai 1 X + -- encore 1 mag de vêtements -- VITS (sanitaires) le boss tjs tjs tjs scheil zat !
    La droguerie (+ tard vêtements) MICHKE - LIMON enn naa tot fluiss. Bigs

    BERTHE a déménagé et rénové entièrement un autre mag de chaussures près de FIN BEC et parallèlement elle a offet un AUTRE grand et beau mag de chaussures à sa fille cadette à côté du NOUVEAU mag de LIMON rue HAUTE. Ces mag n'ont JAMAIS JAMAIS eu le succès du 1er minuscule kot/magasin de BERTHE. Curieux hein !
    Oué NELLY à droite de la bibliothèque il y avait un mag de chaussures encore (années 50), les vêtements de travail et à côté un p'tit mag de vêtements petite vitrine, trapkess af eh bien là était installé les PARENTS d'ISIDORE (c'est là qu'il a grandi et fréquenté l'école 7). Son papa avait tjs un chapeau et malheureusement il avait un oeil seulement, remember, non ?

  • Le mag de chaussures à DROITE de la bibliothèque s'est transformée + tard en salon de coiffure qui était tenu par "JACQUELINE" la première patronne de notre FRANCINE (du blog). Après c'est JEANNINE (dcd) l'épouse de JOJO HENDBOEG (échevin des Marolles)qui a retransformé le mag pour vendre des vêtements dames.

  • on a oublié a côté du "faucon" et de la boulangerie avec les magnifiques boding, il y avait un petit gazette winkel , j'y achetais mes Spiroux et la DH pour mon pere, et..... aussi.....mes premières cigarettes pas le dire a ma mouma hein...

  • Non, non, non, non,(hei ma vast ?) sweet WILLY j'en parle du gazettewinkel et notre chic FRANCINE (du blog) précise même qu'il était tenu par "COLAS SMOUL" (j'ai adoré !). Bigs menem braaaaaave WILLY

  • La photo avec le portique avec le mannequin en étalage était le magasin de confection pour hommes "Alba" il était situé en face du ciné Carly.

  • Bonsoir à tous.
    Nelly nous dit que ce portique était une entrée d'impasse. Si c'est exact,laquelle? Jean d'Osta nous dit que :<>Le magasin c'est ALBA comme dit Nelly,OK. Longtemps avant ALBA en 1847,il y avait au N°182 un cabaret "Le Grand St.Pierre" et le portique se trouvait déjà à cette place! L'impasse de Varsovie entre les N°186/188 n'a pourtant pas bougé de place! Quelle pourrait-être alors cette impasse mystérieuse?
    Je suis curieux de nature et si il y a quelqu'un pour m'éclairé ce serait tof,merci.

  • Non Nelly le café de Lisa "van Litte" étais un peu plus loin, c'étais la brasserie Elisabeth !!

  • Bonjour Nicky. Je me souviens fin des années 1950 j'allais jouer au V1 ma bobonne m'avait bien défendu d'aller jouer là car c'était dangereux mais bon( débris de verres , briques, satire etc...) Le cratère fait par la bombe volante, partait de la rue des Minimes (palais) et allait jusqu'au dos des maisons de la rue Haute. Pour rentrer ( j'habitais au 191 rue Haute)j'empruntais ce qui restait de l'impasse de Varsovie qui n'était plus qu'un couloir à ciel ouvert avec une porte qui donnait au 186 rue Haute juste à côté du magasin, Martin Shop et face au Papillon. Je n'ai pas fait cela très longtemps car ensuite la porte était toujours fermé à clé. Maintenant rue Haute à cet endroit il y a une porte en fer forgé et l'on peut voir ce qui reste de l'impasse de Varsovie.
    ------------
    Le portique de chez Alba(au 182) je l'ai toujours connu dans les livres on dit également que c'était l'impasse de Varsovie. Peut-être qu'il y avait deux entrées pour la même impasse.???

  • Bonjour Nelly.
    Tu veux certainement parler du livre de Besser?
    Bonjour Pierrot.
    C'est bien que tu parles du vol.1 de J.Dubreucq, où justement avec les photos de la page 371 on peut compter les N° des maisons...182 avec le portique-184 avec les pignons-186 la maison à gauche de l'impasse(en regardant la photo) et 188 EX-PRES(Martin-Shop?). Sur la photo prise en avril 2007 que je t'ai envoyée c'est l'entrée de la Pollakengang(Varsovie) où on voit le N°186, tu peux vérifier,c'est amusant
    Bonne journée à tous.

  • Le 4 septembre 1944, au moment de la défaite des Allemands, les Marolliens ont envahi les caves du Palais de Justice où l'occupant avait stocké d'immenses quantités de victuailles de tous genres,notamment du vin et du champagne...Inutile de dire que Bacchus ce jour-là à été particulièrement honoré . Mais tandis que les caves se vident la coupole du Palais brûlait: les allemands y avaient le feu à titre de représailles . Après le départ de l'occupation nous fûmes encore visités par les V1 un des engins qui devait peut-être atteindre le Palais s'abattit sur le voisinage de l'impasse de Varsovie( qui s'ouvre au 182 rue Haute) sur un terrain vague heureusement. A côté habitait le peintre Jef Bourgeois.
    Source : Vie d'un quartier bruxellois. Comité d'action des Marolles.
    ------
    Ma famille et les Anciens du quartier au café chez Gust m'ont souvent raconté qu'ils étaient tous présent pour dévaliser le Palais. Je dois dire qu'ils avaient bien raison. On aurait fait de même.

  • Pour la photo de Nicky:
    Le portique d'Alba au 182, le photographe Georges 184, le magasin de casquettes Raymond 186, l'entrée de l'impasse , et puis le pressing Martin Shop ....

  • Le Pollakengang doit son nom : Les années qui suivent 1814 elle était habitée par des Polonnais licencés de l'armée de Napoléon. Elle prit le nom de Varsovie plus tard.

  • Impasse de Varsovie

  • Impasse cloturée on peut voir à gauche un rien de la vitrine du magasin de Chez Raymond, bretelles, casquettes, chapeaux .Si mes souvenirs sont exacts je crois que c'est le dernier magasin qui faisait ces articles. Pourtant dans les années 1950 et 60 ils étaient très nombreux.

  • Merci Nelly et Serge pour votre photo.

  • Bonsoir à tous.
    Sur la photo de Serge ont peut voir que Prolo se trouve au coin de la rue de l'Etuve de de la rue de Chêne. La fille en short regarde en direction de Mennken-Pis.

  • Si la dame a la tête tournée vers le P'tit Julien, c'est parce qu'il était en train de lui chanter...

  • Cliquez sur le lien c'est notre ancien quartier: Rue Haute, Rue des Renards Vieux Marché, Vieux Blocs,le Palais etc....

  • j'ai bien connu le photographe Photo georges pour la bonne raison que la magasin appartenait a la soeur de mon papa et qu'après la mort de son mari pendant la guerre c'est mon papa qui a photographier et developper les photos pour tout Bxl jusqu'a sa fermeture dans les années 1960 !je m'en souviens pourtant j'etais petite ...

Les commentaires sont fermés.