Album Photos

  • La foire du Midi - 2009


    La foire du Midi
    Août 2009

     

     

    foire du midi 007

     

    En voiture, belle jeunesse, en voiture, la balade va débuter

     

     

     

    foire du midi 001
    Photo 1

     

     

    foire du midi 002

    Photo 2

     

     

    foire du midi 004

     Photo 3

     

    foire du midi 005

     Photo 

     

    foire du midi 006

     Photo 5

    foire du midi 008

     Photo 6

    foire du midi 009

     Photo 7

    foire du midi 010

     Photo 8

     

     

    foire du midi 011

      Photo 9

    foire du midi 012

     Photo 10

     

     

    foire du midi 014

     Photo 11

     

    foire du midi 015

     Photo 12

     

    foire du midi 036

     

     

     Photo 13

     

     

    foire du midi 030

     Photo 14

    Fin de la ballade, retour vers la rue des Tanneurs.

     

     

     

  • Cimetière Américain

    Cimetière américain
    Colleville-Sur-Mer
    France

     

    Cette nécropole de 70 hectares est installée sur les hauteurs qui surplombent la plage d'Omaha Beach, l'une des plages du débarquement de Normandie. Le cimetière a remplacé un premier cimetière provisoire dit de Saint-Laurent commencé à proximité dès le 8 juin 1944. Il s'agissait du premier cimetière militaire américain de la Seconde Guerre mondiale. L'espace a été arrangé par l'architecte paysagiste Markley Stevenson qui a fait en sorte que de n'importe quel angle, on voit une rangée de croix. À l'entrée du cimetière, une statue en bronze de 7 mètres de haut, à l'intérieur du demi-cercle formé par la colonnade du mémorial, fait face aux carrés des tombes. Elle symbolise « L'Esprit de la jeunesse américaine s'élevant des Flots ». Cette statue est entourée de galets symbolisant la difficulté des tanks à passer la plage. Les stèles de marbre blanc sont en forme de croix latine ou en forme d'étoile de David pour les soldats de confession juive.

    Dans le cimetière sont enterrés les corps de 9 387 soldats, dont 307 inconnus et quatre femmes, principalement morts le jour du débarquement ou dans les combats qui ont suivi les semaines suivantes en Normandie. 14 000 dépouilles, d'abord inhumées en Normandie ont été rapatriées aux États-Unis, à la demande de leurs proches.

    Près du mémorial, dans le « jardin des disparus », se trouvent les noms de 1 557 soldats disparus.

    Certains titulaires de la Medal of Honor morts en Normandie reposent à Colleville, dont le général Theodore Roosevelt Junior (1887-12 juillet 1944) (le fils ainé du président des États-Unis Theodore Roosevelt et lointain cousin du président Franklin Roosevelt), le lieutenant Jimmie Monteith (1917 - 6 juin 1944 à Omaha Beach) et Frank Peregory[1] (1916 - 12 juin 1944).

    Le territoire du cimetière est une concession perpétuelle faite par la France aux Etat Unis, comme il est d'usage pour tous les cimetières militaires relatifs aux deux guerres mondiales. La nécropole a été confiée à l'American Battle Monuments Commission.

    Plusieurs présidents des États-Unis se sont rendus dans le cimetière de Colleville, dont Jimmy Carter, Ronald Reagan (en 1984 pour le 40ee anniversaire du débarquement[2]), Bill Clinton (en 1994 pour le 50e anniversaire du débarquement), le dernier en date étant George W. Bush en 2002 (pour le Memorial Day[3]) et en 2004 (pour le 60e anniversaire du débarquement[4]). Une visite de Barack Obama est confirmée pour le 6 juin 2009

     

    cimetière américain

    Les noms des Soldats est illisible sur la majorité des Croix !

    Pourquoi ?

    Les membres de la famille du Soldat défunt, qui visite leur garçon noircissent avec de la terre, le nom et ainsi le rend plus visible. 

     

     

    Kinse

     

     

    Kenton

     

     

    OmahaBeachFromNormandyCemetery

     

     

    Sainte Mère Eglise

    John Steele, qui, pour ne pas être abattu comme ses camarades, fait le mort, pendu sur le toit de l'Eglise du village de Sainte Mère l'Eglise avant d'être fait prisonnier et presque aussitôt libéré.

     

    cu4.JPG

  • Belgique Ancienne Expo 1935

    "Belgique Ancienne Expo 1935"

     

    Photos faites par mon Bonpapa: Ghisbert LIGNIAN sur appareil Rolleiflex avec film spécial Rollei d'origine format un peu plus petit que le 6X6 des Rollei venus aprés et qui utilisent le film 120 (bobine 6X9 gros axe).

    Ecrit par Roger CÔME

     

     

    Place (F14-2)

    Photo 1
    Merci à Roger CÔME

     

     

    La Cravache-2 (F14-3)
    Photo 2

     

     

     

    Taverne-1 (F14-6)
    Photo 3

     

    Tiens....tiens..... Andrée !

     

     

     

    La Taupe Dorée-1 (F13-2)

    Photo 4

     

    BLOEMHOFF  (F13-1)

    Photo 5

     

     

     

    Brodeuse-1 (F13-5)

    Photo 6

     

    La Bécasse-1 (F16-4)

    Photo 7

     

    LA BECASSE

     

     

    La Bécasse-2 (F16-3)
    Photo 8

    La Becasse

     

     

    Tarif (F14-5)
    Photo 9

     

     

     

    La Couronne-2 (F16-5)
    Photo 10

    - La Couronne -

     

     

     

     

    La Couronne (F14-1)

    Photo 11

     

    - La Couronne -

     

     

    Stand-2 (F16-1)
    Photo 12

    - Le STAND -

     

     

    Arcade (F13-3)

    Photo 14

     

    - ARCADE -

     

     

    Taverne-1 (F13-4)

    Photo 15

     

    Taupe Dorée-2 (F122-1)

    Photo 16

     

    - Taupe d'orée -

     

     

     

     

  • Un Soir de Joie


    Merci à Serge Baré
    Pour les Photos

     

    Un grand, super erci à Serge

     

    Film belge de 1954 réalisé par Gaston Schoukens.
    Scénario E.Olin. Musique José Fontaine.

    Avec Marcel Roels(Arthur,dit le fou) Roger Dutoit (Raymond ),Jean-Pierre Loriot (Robert),Victor Guyard (Claes) Madeleine Rivière (Gilberte).

    Ci-dessous le résumé qui était dans la revue le Moustique le jour où le film est passé à la TV:

    --Frémissant sous la botte nazie,le peuple belge résiste à tous les échelons: témoin en est ce marchand d'oiseaux qui passe pour un dérangé, et qui n'hésite pas à brocarder les troupes d'occupation avec une audace tranquille.

    Toujours dans la revue----Notre avis: un épisode piquant et authentique de la Résistance retracé avec humour par Schoukens.
    Merci à Nelly Lallemand

    **********

     Cette histoire commence le 20 octobre 1943 et se termine, par un énorme éclat de rire, le 9 novembre de cette même année.
    A cette date, des résistants du Front de l'Indépendance vendent, en quelques minutes, cinq mille exemplaires d'un faux numéro du SOIR.
    Auparavant, il a fallu, dans le secret et en vingt jours, trouver un imprimeur, assurer la rédaction des articles et organiser la distribution du quotidien.
    Tout réussit grâce au courage et à l'audace d'un groupe d'hommes.
    La Belgique rit aux éclats, et on l'entend de loin. La parution du « faux » SOIR, au seuil d'un nouvel et dur hiver d'occupation, est une victoire de la résistance, un espoir pour la population et une belle revanche sur la presse pro-allemande.

    Merci à Guillaume Kekenbosch

     ++++++++++

     

    un-soir-de-joie - marchand de journaux
    Photo 1

     

     

    un-soir-de-joie - dans le fond la gare du nord
    Photo 2

    Boulevard Adolphe Max

     

     

    un-soir-de-joie - Oiseaux
    Photo 3

    http://users.skynet.be/koshka/Soir-de-joie/Photo3.mp3

     

    Dialogue

    Le Schleu commence, en désignant un canari:

    - Dieser.

    - Ah, dieze. C'est un beau.

    - Wie viel ?

    - Hundert ffffünf...zig Francs.

    - Hundert fünfzig Francs ?

    - Ja. C'est un beau. C'est un zébré.

    - Zébré ?

    - Oui. C'est très difficile à élever. 1 sur mille... ein.. ein für euh... tau... tausend ?

    - Ach, pourquoi, warum fous pas apprentre lanke allemande ? Très belle lanke. Très utile.

    - Oué, très belle langue. Mais c'est pas la peine. Vous venez ici une fois tous les 25 ans. Et quand vous êtes là, on ne peut tout de même pas ouvrir son bec !

    Merci à Serge Baré

     

     

    un-soir-de-joie 4
    Photo 4

     

     

     

    un-soir-de-joie 5
    Photo 5

     

     

     

    un-soir-de-joie 6
    Photo 6

    http://users.skynet.be/koshka/Soir-de-joie/Photo6.mp3

     

    - Ah Arthur (M. Roels), et ma bouteille de bière ?

    - Oué, j'avais 2 bouteilles de bière, une pour vous et une pour moi. J'ai laissé tomber la vôtre.

    - La mienne ? Comme commissionnaire, je te retiens, toi. Mais comme locataire je ne te retiens pas. Tu as 3 mois de retard !

    - Vous en faites toute une histoire pour une petite mansarde de rien du tout. A tout à l'heure... Ah, je vous abandonne ma bouteille.
     
    - Ah, ma bière nationale ersatz à 0 dégré virgule 8.
    - Je l'aie fait analyser.

    - Et alors ?

    - On m'a fait savoir que mon cheval avait le diabète.

    Merci à Serge Baré

     

     

    un-soir-de-joie 7
    Photo 7

     La Grand Place de Bruxelles

     

    un-soir-de-joie 8
    Photo 8

     

     

    un-soir-de-joie 9
    Photo 9

     

     

     

     

     

     

     

     

    un-soir-de-joie 10
    Photo 10

     

     

    un-soir-de-joie 11
    Photo 11

     

     

     

     

    un-soir-de-joie La rue Neuve
    Photo 12

    Rue Neuve (Pharmacie de l'Opéra)

     

     

    un-soir-de-joie le Bas-Fond
    Photo 13

    La Colonne du Congré (Bas-Fond)

     

     

    un-soir-de-joie Le tram
    Photo 14

     

     

    Photo 15 Kip Kap
    Photo 15
    Pour le Dialogue
    Un clic sur la photo

     

     

     

     

     

    Photo16
    Photo 16
    Pour le Dialogue
    Un clic sur la photo

     

     

     

     

     

     

     Photo17
    Photo 17
    Pour le Dialogue
    Un clic sur la photo

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    faux-Soir-page67 merci Serge

     

     

     

     

     

     

    faux-Soir-page68 - merci Serge

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Justice

     

     

    torturetarif

     

     

    torture

     Merci Nelly,
    Extrait du livre le Musée des Supplices de Roland Villeneuve.

     

     

    Marquise_de_Brinvilliers

     

    La Brinvilliers subissant la question

     

     

    602px-Dieric_Bouts_013

     

     

    En France, la cruauté de ce supplice le réservait à des crimes exceptionnellement graves. Sous l'Ancien Régime, il était destiné aux régicides. Avant que son corps soit rompu par écartèlement, le condamné était dénudé. On liait ses membres aux quatre chevaux de trait ; puis on pratiquait des entailles aux jointures, afin de faciliter la rupture ; parfois la main qui avait tenu l'arme du crime était brûlée au soufre.

    En Asie et particulièrement en Inde, il était parfois utilisé avec des éléphants, notamment avant une exécution.

    Source : Wikipedia

     

    roue

     

     

    Justice1

     

     

    Justice-2

     

     

     

    Justice-3

     

     

    Justice-4

     

     

    Justice-5

     

     

    Justice-6

     

     

    Justice-7

     

     Merci à Jef pour les documents