Bruxelles vu par les bruxellois.

  • Choesels au Madère

    GASTRONOMIE BRUXELLOISE : QUEUE DE BŒUF ET CHOESELS

     

    1.Queue de bœuf chipolata.

     

    Coupez aux jointures deux belles queues de bœuf, mettez les morceaux dans une casserole d’eau froide et laissez tremper durant au moins quatre ou cinq heures, jetez ensuite les morceaux dans l’eau bouillante et laissez donner un bouillon, retirez-les et rangez-les dans une casserole dont vous aurez tapissé le fond de couennes de lard, de rondelles de carottes et d’oignons, thym, laurier et une gousse d’ail, versez par-dessus deux décilitres de bouillon et faites bouillir rapidement pour évaporer le liquide, mouillez alors à hauteur de la viande avec une demi-bouteille de vin blanc et de l’eau chaude, assaisonnez légèrement et faites cuire pendant quatre heures.

     

    Pendant ce temps préparez la garniture : six belles carottes taillées en bâtonnets, les carottes cuites ensuite et glacées au beurre, 100 gr de lard de poitrine coupé en gros dés et passé deux minutes à l’eau bouillante, un quart de kilo de petites saucisses chipolata, cuites quelques minutes au four et détachées. Toutes ces garnitures seront mises dans une casserole assez large.

     

    La queue est à présent cuite. Retirez-là morceau par morceau pour la mettre dans la casserole contenant sa garniture, faites évaporer complètement le fond pour obtenir une sorte de sirop auquel vous ajoutez trois cuillerées de sauce tomate et que vous passez sur la queue et les garnitures. Laissez mijoter quelques minutes et servez aussitôt avec une purée de pommes de terre.

     

    2.Choesels.

     

    Mais qu’est-ce donc que des « choesels » ? Ce mot du terroir bruxellois est intraduisible. Disons qu’en principe ils sont constitués par le pancréas du bœuf ou du veau, mais comme ce petit organe ne se trouve guère aisément en  nombre, on préfère faire appel à d’autres éléments plus ou moins similaires : queue de bœuf, poitrine et pied de mouton, rognons… En voici la recette.

     

    Mettre dans une casserole, de préférence de terre, une livre d’oignons ciselés et un bon morceau de beurre. Découper en tronçons une queue de bœuf, qu’on ajoute aux oignons quand ils ont pris couleur, avec un peu de thym, laurier, clous de girofle, noix de muscade, poivre et sel. Ajoutez de l’eau à hauteur de la viande et laisser cuire à feu doux pendant une heure environ. Ajouter alors une livre de poitrine de mouton découpée en petits morceaux et donner une nouvelle cuisson d’une demi-heure. Pendant ce temps, on dégraisse et on énerve cinq pancréas que l’on met, au moment voulu, dans la casserole avec une demi-livre de poitrine de veau, côté mince, découpée en morceaux réguliers, six pieds de mouton cuits aux trois quarts et coupés en quatre, un demi-rognon émincé et deux ris de bœuf coupés en gros dés. Puis, arroser tout le contenu de la casserole avec une bouteille et demie de « gueuze-lambic », couvrir la casserole, laisser étuver le tout, casserole couverte, jusqu’à cuisson parfaite. Un quart d’heure avant de servir, on ajoute quelques petites fricadelles faites de moitié chair de porc et veau et, enfin, un demi-kilo de champignons frais, épluchés, lavés et grossièrement émincés. Au moment de dresser le plat, lier la sauce, alors qu’elle est encore bouillante, avec une forte cuiller à soupe de fécule délayée dans un demi-setier (25 cl) de bon madère. La liaison est instantanée et la sauce reste lisse.

     

    Et c’est ainsi que, jadis, en hiver, les vitrines des tavernes, des brasseries et des grands estaminets de Bruxelles, arboraient des affiches proclamant : « Tous les jeudis, choesels au madère » !

     

    Eric TIMMERMANS.

    Sources : « Cuisine et Folklore de Bruxelles, Brabant », Gaston Clément, Le Sphinx, 1972, p.33,

  • Impasse Sainte Ursule

     Quartier du "Coin du Diable"

    Impasse Sainte Ursule
    Rue de la Serrure, 26.

     

    ENTREE.jpg
    Photo 1

    Jacques DUBREUCQ, pris cette photo en 1982, il était au coin de la rue d'Alost et de la Serrure. Intrigué qu'il était par la palissade, mais que cachait cette mauvaise porte de bois ?

    Pour en savoir plus, j'ai consulté le tome 3 de l'enquête que la ville a fait effectuer en 1935 

    ursule-2.jpg
    Photo 2

    Voilà l'entrée  que les vilaines planches cachaient à la vue des passants de 1982,
      

    ursule1.jpg
    Photo 3

    Après avoir parcouru une quarantaine de mètres on arrivait à une petite cour, ou deux personnes prennent l'air, ainsi que le chat.

     

    ursule-4.jpg

    Photo 4

    Ensuite, encore un long couloir, encore une petite cour et le WC pour les habitants de l'impasse.

    ursule-3.jpg

    Photo 5

    Ici, c'est le lieu d'aisance.  

    ursule-5.jpg

     

     

    plan.jpg

    En rouge la situation de l'impasse Sainte-Ursule dans le quartier du "Coin du Diable".
    La très chic rue Antoine Dansaert n'était pas très loin.

     

    Eugène BOCHART, décrit l'endroit, de la rue d'Alost et les impasses proches de "recoins et de ces haies qui font de ce quartier un vrai coupe-gorges". (page 397 du DICTIONNAIRE HISTORIQUE DES RUES ET PLACES.....DE BRUXELLES.


    Que reste t'il de l'impasse en 2016 !

    La plaque et ...

    Ursule5.jpg

     

     

  • Renault DAUPHINE

    Circuit de Nivelles-Baulers
    En Renault Dauphine...


     Deux garçons d'Auderghem, passionnés d'automobiles 

     Première parution décembre 2009.

    Dauphine4

     Photo 1

     

    Dauphine3

    Photo 2

     

    Dauphine2

    Photo 3

     

    Dauphine 5

    Photo 4

     

    Moteur Dauphine

    Photo 5

     

    René jean jacques

    Photo 6 - René et Jean - Jacques

     

    Teuf teuf 2

    Photo 7

     

    Teuf teuf

     Photo 8

     

    Photos de Pierrot HEYMBEECK, années 70.
    Mes négatifs (+ de 1000) son hélas en très mauvais état.

     

     

    Saint Gudule

    Photo 9

     

     

    Saint Gudule2
    Photo 10

     

     Nicolas Van Schooten: Super les photos de la Dauphine Proto avec un 1300s de la Berlinette.
    C'était la voiture de mon papa (René) et de mon parrain (Jean-Jacques)

     

     

  • La Laitière.

     

    LA LAITIERE

     

    Une tradition populaire veux que nos Krotjes retrouvaient leur virginité si elle parvenaient à jeter une pièce de monnaie dans l'ouverture du broc, que notre Laitière tient dans ses mains.
    Henri Sempo.

    Photo de Pierrot Heymbeeck (2016)


    La Laitière-5310.jpg

     

    la laitière texte.jpg


    De François Samin & Henri Sempo
    2006.